Series of Interest
Bienvenue sur
Series of interest


Si vous rencontrez un problème pour vous connecter ou vous inscrire, vous pouvez nous contacter, nous répondrons aussi vite que possible.
Series of Interest
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Bienvenue dans l'univers de toutes les séries
 
AccueilAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Script VF - 1X06 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
carine79
Personne influente
carine79


Script VF - 1X06 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Empty
MessageSujet: Script VF - 1X06 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Script VF - 1X06 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb I_icon_minitimeSam 18 Juil - 14:22

Finch : On vous surveille. Le gouvernement possède un dispositif secret : une Machine. Elle vous espionne jour et nuit, sans relâche. Je le sais parce que c'est moi qui l'ai créée. Je l'avais conçue pour prévenir des actes terroristes mais la Machine voit tout, tous les crimes impliquant des citoyens ordinaires, tels que vous. Des crimes dont le gouvernement se désintéresse. Alors, j'ai décidé d'agir à sa place, mais il me fallait un associé, quelqu'un capable d'intervenir sur le terrain. Traqués par les autorités, nous travaillons dans l'ombre, jamais vous nous nous trouverez. Mais victimes ou criminels, si votre numéro apparaît, nous, nous vous trouverons.
 
SÉQUENCES - Westward - 18 heures 34 minutes 4 secondes ; Toit - Caméra 3 (Sud-Est) - 19 heures 46 minutes 23 secondes ; 15ème étage - Trafic - Caméra B - 20 heures 4 minutes 15 secondes ; 12ème étage - Trafic - Caméra F - 20 heures 4 minutes 16 secondes ; Balcon Est - Caméra vue de la rue - 20 heures 42 secondes 54 secondes ; Angle Nord-Ouest 72ème et 3 - Caméra n°1 - 21 heures 32 minutes 16 secondes ; Vue de la rue 1 - Sud-Ouest - 21 heures 54 minutes 34 secondes
Dana Miller : (Voix d'un enregistrement.) Tu sais pourquoi je suis là, tu sais ce que j'en pense. Je ne peux pas continuer à me taire, ce qu'on fait, c'est mal.
 
EXTÉRIEUR - Près d'une habitation - Soirée
Zoe Morgan : (Descendant les marches, elle s'apprête à monter dans sa voiture lorsqu'elle voit John.) Où est mon chauffeur habituel ?
Reese : Il est souffrant. On m'a demandé de le remplacer au dernier moment.
Zoe, voulant avoir le cœur net, passe un coup de fil mais tombe sur Harold.
Finch : (Au téléphone.) Callahan Service, j'écoute.
Zoe Morgan : (Au téléphone.) Ici Zoe Morgan, vous avez remplacé mon chauffeur ?
Finch : (Au téléphone.) Veuillez nous excuser pour ce désagrément, mademoiselle Morgan, mais il a contracté la laryngite de son fils.
Zoe Morgan : (Au téléphone.) Son fils, lequel ?
Finch : (Au téléphone.) Andy, le plus jeune. Nous avons envoyé notre meilleur chauffeur pour le remplacer.
Zoe Morgan : (Au téléphone.) Ça, c'est à moi d'en juger. (Elle raccroche puis s'adresse à John.) Pas de blablas, pas de questions. Vous restez dans la voiture et vous gardez les yeux sur la route. (Elle déchire une liasse de billets en deux et donne une partie à John. Elle monte dans le siège arrière de la voiture.) Le reste en fin de soirée.
John : (Fermant la portière.) Je m'en réjouis d'avance.
Il hacke le téléphone de Zoe puis monte à son tour dans la voiture et démarre. C'est à ce moment-là qu'Harold se trouve près de l'appartement de Zoe, monte les marches et s'apprête à forcer la serrure pour entrer chez leur nouveau numéro.
 
INTÉRIEUR - Dans la voiture de Zoe Morgan - Soirée
Zoe regarde son téléphone pendant que John la regarde à travers le rétroviseur.
Finch : (Au téléphone.) J'ai quelques difficultés à crocheter la serrure, monsieur Reese. C'est moins simple qu'il n'y paraît.
INTÉRIEUR - Dans l'appartement de Zoe Morgan - Soirée
Finch : Oubliez, j'ai réussi. (Faisant le tour de l’appartement.) Pas de photos de famille, ni d'amis. Des disques de jazz.
INTÉRIEUR - Dans la voiture de Zoe Morgan - Soirée
Finch : (Au téléphone.) Elle a laissé tomber la fac de droit. Elle est actuellement sans emploi. Ce qui ne l'a pas empêchée d'acheter comptant un appartement de deux millions de dollars il y a trois ans.
 
INTÉRIEUR - Dans l'appartement de Zoe Morgan - Soirée
Finch : (Allumant la lampe de bureau.) Dans quelle sale affaire elle a bien pu s'embarquer ?
 
EXTÉRIEUR - Dans un terrain vague - Soirée
John arrête la voiture puis en sort. Au loin, un groupe de jeunes hommes arrive. John ouvre la portière et Zoe se met à en sortir.
Finch : (Au téléphone.) Où est-ce qu'elle peut mettre les choses auxquelles elle tient ?
 
INTÉRIEUR - Dans l'appartement de Zoe Morgan - Soirée
Finch : Vous feriez quoi, vous ?
 
EXTÉRIEUR - Dans un terrain vague - Soirée
Reese : Il n'y a aucune chose à laquelle je tiens.
Zoe et celui qui semble être le chef du groupe se rejoignent.
Zoe : Slip.
Slip : Zoe.
Zoe : Est-ce que tu l'as ?
Slip : (Sortant un paquet de son sac.) Tu sais bien que pour toi je trouve toujours.
Zoe : (Donnant une liasse de billets enroulés.) Promets-moi d'être sage.
Zoe retourne à la voiture et retourne à sa place.
Reese : (Refermant la portière.) Elle vient d'acheter quelque chose, très cher et en cash.
 
INTÉRIEUR - Dans l'appartement de Zoe Morgan - Soirée
Finch : Vous avez vu ce que c'était ?
Reese : (Au téléphone.) Non.
 
EXTÉRIEUR - Dans un terrain vague - Soirée
Reese : Vous voulez savoir où les gens mettent ce qu'ils veulent cacher. Toujours en dessous.
Dans l'appartement, Harold, fermant la porte du frigidaire, se met à souffler.
 
INTÉRIEUR - Dans la voiture de Zoe Morgan - Soirée
Zoe se met à sortir une arme d'un paquet. John se met discrètement à la regarder dans le rétroviseur, mais elle s'en aperçoit.
Zoe Morgan : Gardez les yeux sur la route.
Zoe se met à enlever son gilet, John, obéissant à son employeur, continue de regarder la route. Elle se prépare, comme si elle doit se rendre à une soirée.
 
INTÉRIEUR - Dans l'appartement de Zoe Morgan - Soirée
Pendant ce temps, Harold, grâce à une lampe-torche, regarde sous le lit pour voir s'il n'y aurait pas quelque chose. Sous un meuble, il aperçoit une arme accrochée en-dessous.
Finch : Tiens, tiens.
 
EXTÉRIEUR - Dans une rue - Soirée
La voiture de Zoe s'est arrêtée et elle en ressort.
Zoe Morgan : Je ne serais pas longue, laissez tourner le moteur. (Elle se met à partir.)
Reese : (Au téléphone.) J'ai vu ce qu'elle a acheté. C'est un flingue.
 
INTÉRIEUR - Dans l'appartement de Zoe Morgan - Soirée
Finch : (L'arme à la main, la tenant avec un mouchoir.) Mais elle en a déjà un, caché dans son salon.
 
EXTÉRIEUR - Dans une rue - Soirée
Finch : (Au téléphone.) Pourquoi en acheter un autre ?
Reese : Quand on achète une arme dans la rue, c'est pour qu'elle ne soit pas identifiable.
 
INTÉRIEUR - Dans l'appartement de Zoe Morgan - Soirée
Reese : (Au téléphone.) Si le numéro de cette femme est sorti, c'est peut-être... (commençant à partir à son tour) qu'elle s'apprête à tuer quelqu'un.
 
SÉQUENCE - Ascenseur 2 - Caméra 3 - 23 heures 43 minutes 15 secondes
 INTÉRIEUR - Dans un bâtiment - Soirée
Zoe sort de l'ascenseur et se met à bipper un agent de sécurité se trouvant au loin, avec des gens habillés en tenue de soirée. Il se met à partir pour la rejoindre lorsque Zoe s'en va. John la surveille de loin et la voit passer.
Reese : (Voyant Zoe, l'arme à la main, rejoindre l'agent. Il en informe Harold.) Zoe Morgan est une tueuse et la cible est un flic.
Zoe Morgan : Lieutenant Gilmore. (Il se retourne vers elle. Cette dernière lui donne l'arme.) Vous me devez une faveur. Tout comme le flic qui a oublié son arme dans les toilettes du métro.
Gilmore : Il en est conscient, soyez tranquille. Vous venez de sauver la carrière d'un bon policier. Nous avons besoin de tous nos hommes de valeur.
Zoe Morgan : (En souriant.) Vous êtes sûr que le fait que ce soit votre neveu n'a rien à voir là-dedans ?
Gilmore : Je vous en suis reconnaissant.
Zoe Morgan : Dans un monde parfait, votre reconnaissance me suffirait. Vous menez actuellement une enquête sur le conseiller Rush, enquête dont le seul enjeu est politique. Je pense qu'il est temps d'y mettre un terme, qu'en dites-vous ?
Gilmore : Je comprends maintenant d'où vient l'expression "un mal nécessaire". Et nous serons quitte ?
Zoe Morgan : Non, mais c'est un bon début.
John, voyant que Zoe commence à partir, s'enfuit pour éviter qu'elle le voit. Pendant ce temps, Gilmore est à la fois soulagé mais malgré tout anxieux.
 
EXTÉRIEUR - Près de l'appartement de Zoe Morgan - Soirée
John ouvre la portière de la voiture pendant que Zoe en ressort.
Zoe Morgan : Vous avez vu des choses intéressantes ce soir ?
Reese : Rien qui ne mérite d'en parler.
Zoe Morgan : (Lui donnant l'autre moitié de la liasse de billets.) Soyez là demain soir, dix heures précises. (Elle commence à monter les marches pour se rendre chez elle.)
Reese : (Au téléphone.) J'espère que vous êtes sorti, Finch. (Il regarde sa montre.)
Finch : (Se trouvant derrière John.) Vous avez une idée de ce qu'elle fait ?
Reese : (Se retournant vers son patron.) Elle rend des services, des services payants. C'est une négociatrice.
Finch : Ce qui la désigne plutôt comme victime. Une idée de qui voudrait la voir disparaître ?
Reese : Sûrement pas moi.
 
SÉQUENCES - Caméra du toit - Vue ouest - 8 heures 34 minutes 7 secondes ; Kessel/72ème - Sud-Est - Caméra C - 8 heures 40 minutes 17 secondes
 
INTÉRIEUR - Dans un appartement - Matinée
Un agent de police photographie les lieux où s'est déroulé un crime. En effet, un homme est allongé dans son fauteuil, un couteau dans l'abdomen.
Carter : C'est quoi le topo ?
Turney : Vincent DeLuca. Âgé de soixante-et-onze ans. Moi, j'appelle ça un meurtre d'intérêt public. Ce type travaillait comme casseur de bras pour la mafia de Brighton Beach.
Carter : (Regardant vers la blessure de DeLuca.) C'est sûrement une vengeance. Le couteau vient de la cuisine ?
Turney : Non, il n'y a rien. À part des petits couteaux à viande.
Carter : La lame lisse. Elle a l'air vieille, émoussée. Ҫa a dû être douloureux, très douloureux. (Se relevant.) On a le casier de notre vieux gangster ?
Turney : (Donnant le dossier à Joss.) Épais comme le bottin. Vol à main armée, racket. (Joss Carter se met à le lire lorsque Turney s'éloigne.) Inculpé pour homicide dans les années 70 mais pas condamné.
Carter parcourt le dossier lorsqu'elle voit le nom de Marlene Elias.
Carter : Marlene Elias ?
Turney : (Se tournant vers elle.) Qu'est-ce que tu as dit ?
Carter : Oh, c'était en 73 l'homicide, (Turney se met à la rejoindre) celui pour lequel il n'a pas été condamné. La victime s'appelait Marlene Elias. Les pièces à conviction ont été volées au dépôt il y a deux semaines.
Turney : (Étonné.) On a volé les pièces d'une affaire non résolue vieille de quarante ans ?
Carter : Ouais, y compris l'arme du crime. Marlene Elias avait été frappée à de nombreuses reprises à la poitrine avec un couteau de cuisine.
 
SÉQUENCE - Rond-point C - Caméra 15 - 10 heures 29 minutes 14 secondes
 EXTÉRIEUR - Dans la rue - Journée
John ouvre la portière pour que Zoe puisse sortir, la protégeant avec un parapluie. Zoe s'en va tout en gardant l'objet afin de se protéger. Elle va rejoindre un homme inconnu.
Reese : (Refermant la portière.) Finch, j'ai l'impression que Zoe Morgan a rendez-vous avec un homme d'affaires. (Prenant des photos de la rencontre.) Je vous envoie les photos. (Prenant d'autres photos d'un autre véhicule avec un homme à l'intérieur.) Et on a un autre homme qui observe depuis une voiture.
 
INTÉRIEUR - Dans la bibliothèque - Journée
Reese : (Au téléphone.) Regardez à qui appartient la plaque "Golf, Hôtel, Oscar, 7-5-6-1".
 
EXTÉRIEUR - Dans la rue - Journée
Douglas : Mademoiselle Morgan ?
Finch : (Au téléphone.) J'ai le propriétaire de la voiture. La plaque est...
 
INTÉRIEUR - Dans la bibliothèque - Journée
Finch : (L'écran d'ordinateur montre la photo du propriétaire, issue d'une biographie sur le site d'un groupe du nom de "Virtanen", celui-ci est l'homme qui rencontre Zoe.) ... au nom de Samuel Douglas, chargé de la gestion de crise chez Virtanen, un laboratoire pharmaceutique.
 
EXTÉRIEUR - Dans la rue - Journée
Douglas : (À Zoe.) Vous connaissez Anthony Talbott ?
Zoe Morgan : Pourquoi, je devrais ?
Douglas : C'est un blogueur spécialisé dans la finance. Aucune morale, aucune limite. Il serait prêt à tout pour décrocher un scoop. Y compris porter atteinte à la vie privée de nos salariés.
Zoe Morgan : Si ça concernait seulement un de vos salariés, vous n'auriez pas demandé à me voir, moi. Qu'est-ce qu'il a sur votre...
 
INTÉRIEUR - Dans la bibliothèque - Journée
L'écran montre une autre biographie d'un certain Mark Lawson, issue également du site du groupe pharmaceutique, "Virtanen".
Zoe Morgan : (Via le micro.) ...patron ?
Finch : (Donnant les informations à John.) Le patron de Douglas est l'homme dans la voiture, Mark Lawson.
 
EXTÉRIEUR - Dans la rue - Journée
Douglas : (À Zoe.) Un enregistrement. Une conversation avec une jeune femme qui pourrait être interprétée de manière erronée.
Tous les deux s'arrêtent.
Zoe Morgan : Une maîtresse ? Qui ça peut intéresser ?
Douglas : Sa femme. (Se tournant vers la voiture.) Monsieur Lawson doit reprendre la tête de Virtanen. (Hors cadre ; plan de Lawson qui se trouve dans son véhicule.) Il gère déjà la société au quotidien mais son beau-père en est le PDG jusqu’à nouvel ordre. Alors, s’il pouvait éviter d’apprendre…
Zoe Morgan : Combien demande Talbott ?
Douglas : (Sortant une enveloppe qu’il donne à Zoé.) 40 000. Dedans, il y a son numéro de portable. Oh, euh, j’oubliais.
Zoe Morgan : Je récupère l’enregistrement. Je n’ai pas besoin de connaître son contenu.
Douglas : Nous apprécions votre discrétion. Comme toujours. (Il s’en va.)
Zoe le quitte aussi en rejoignant sa voiture, pendant que John lui ouvre la porte. Elle s’y engouffre et il prend son parapluie, puis celui-ci se met à sourire.
 
EXTÉRIEUR – Dans un parcJournée
Zoe Morgan : Bonjour monsieur Talbott.
Talbott : (En voyant Zoe, il se met à sourire mais ironiquement.) Ils sont gentils d’avoir envoyé une jupe.
Zoe Morgan : Je crois que vous avez quelque chose qui intéresse mon client.
Talbott : (Sortant une clé USB de sa poche.) Oui, c’est vraiment fascinant tout ce qu’on peut trouver rien qu’en se baladant à droite et à gauche sur le net. (Il l’installe sur son ordinateur.) S’il y a une chose que j’ai appris sur les hommes de pouvoir, c’est qu’ils savent pas la garder dans leur pantalon. (Il met en route le document audio.)
Dana Miller : (Sur un enregistrement.) Tu sais pourquoi je suis là. Tu sais ce que j’en pense. Je ne peux pas me continuer à me taire.
Zoe referme le portable, enlève la clé USB, et un bip se fait entendre, puis donne à Talbott l’enveloppe avec l’argent à l’intérieur, enfin range la clé dans sa poche de manteau.
Talbott : (Commençant à regarder dans l’enveloppe.) Il y a les 40 000 ?
Zoe Morgan : Comptez… À la maison. (En partant.) En fait, j’aurais demandé 80, sûrement une histoire de jupe.
Reese : Talbott est une belle petite saloperie mais il n’a rien de dangereux. Et du côté de ses anciens clients ?
Finch : (Au téléphone.) Aucun nom dans son appartement.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : (La main sur sa joue.) Vous allez devoir la faire parler.
 
EXTÉRIEUR – Dans un parcJournée
Reese : (En partant.) Plus facile à dire, non à faire.
 
SÉQUENCE – Entrée du commissariatCaméra 0317 heures 13 minutes 24 secondes ; Hall d’entrée 0617 heures 14 minutes 44 secondes
INTÉRIEUR – Bureau de CarterJournée
Carter : (Levant la tête, voit un homme et se lève.) Ah, lieutenant Sullivan.
Sullivan : (Tendant la main vers l’inspecteur qui la prend.) Ah, ça c’est finit depuis longtemps. Maintenant, c’est Bernie ou Sulli. (Pointant son index vers elle.) C’est vous qui voyez.
Carter : Oui, comme je vous l’ais dit, (donnant un papier vers Sullivan), je souhaite vous parler de cette affaire sur laquelle vous avez travaillée.
Sur le papier est évoquée l’affaire d’une femme assassinée pendant un vol.
Sullivan : Ah oui, Marlene Elias. Comment cette histoire a pu refaire surface ?
Carter : (Prenant la photo où se trouve John devant une caméra de vidéosurveillance.) Un homme sur lequel j’enquête est récemment entré de force dans le dépôt des scellés. (Prenant un dossier.) Lui et ses complices ont volé les pièces à conviction de l’affaire Elias, vos notes ainsi que l’arme du crime, un couteau de cuisine de 20 centimètres, qu’on vient de retrouver enfoncé dans le torse de votre principal suspect (montrant les documents) à l’époque.
Sullivan : Si ça ce n’est pas du retour de karma.
Carter : Vous pouvez me parler de De Luca ?
Sullivan : Hmm une belle ordure. Il était cuit le salopard. J’allais le faire plonger pour le meurtre de cette femme ; cet abruti avait laissé ses empreintes sur le couteau.
Carter : (Assise à son bureau) Et le proc a abandonné ?
Sullivan : (S’asseyant devant Carter.) Purement et simplement. C’était un autre New York en ce temps-là. Marlene Elias travaillait comme serveuse dans un club qui appartenait à Gianni Moretti. Elle a eu une aventure avec lui. Elle a voulu qu’il quitte sa femme jusqu’au jour où lui en a eu marre de l’entendre geindre et il a envoyé le maniaque de la lame lui fermer le clapet. C’est ce qu’il a fait, et pour toujours. Ce que je n’oublierai jamais c’est le gosse.
Carter : (Surprise) Le gosse. Quel gosse ?
Sullivan : (Prenant un document dans l’enveloppe.) Marlene Elias et Moretti ont eu un enfant (le donnant à Carter où se trouve une photo du petit), un garçon. Il jouait dehors lorsque c’est arrivé. Il a trouvé le corps en rentrant. Le gamin a marché jusqu’au poste ; je le vois encore là debout devant moi, il était pieds nus.
Carter : Qu’est-ce qu’il est devenu ?
Sullivan : Moretti n’a pas voulu le reconnaître ce môme, il l’a envoyé à l’assistance. Vous savez aussi bien que moi comment ça se passe. Vous croyez que c’est le tueur ?
Carter : Je ne vois pas qui d’autre s’être donné autant de mal.
 
SÉQUENCES EN ACCÉLÉRÉ – Caméra du trafic sur le pont42A17 heures 55 minutes 17 secondes ; BoweryCamera W B18 heures 08 minutes 43 secondes
INTERIEUR – Dans la voiture de Zoe MorganJournée
Zoe Morgan : (Elle regarde des documents mais est gênée par la musique d’ambiance.) Qu’est-ce que c’est ?
Reese : (Hors cadre.) Oh, un vieil enregistrement pirate. Vous aimez le jazz ?
Zoe Morgan : Vous, vous aimez ?
Reese : Ah oui, j’adore ce que Miles Davis a dit à propos du jazz : « Ne jouez pas les notes mais les silences entre les notes ».
Zoe Morgan : Il a dit ça ?
Reese : Vous avez l’air de savoir jouer des gens.
Zoe Morgan : Je règle leur problème, je ne me joue pas d’eux, quant à votre question, c’est non, je déteste le jazz.
John, ayant sa confiance, se met à sourire.
 
SÉQUENCE – UnderpassCaméra de sécurité 418 heures 14 minutes 29 secondes
EXTÉRIEUR – Dans une ruelleJournée
Lawson et un homme sortent de leur véhicule et John en fait autant.
Reese : (Ouvrant la portière pour faire descendre Zoe Morgan.) C’est une ou deux personnes que vous deviez voir.
Zoe Morgan : Qu’est-ce que ça change ?
Reese : Laissez-moi m’en charger Zoe.
Zoe Morgan : Mademoiselle Morgan. Remontez dans la voiture. (Elle s’en va rejoindre les deux personnes.) Je ne savais pas que c’était une conférence. (Donnant l’enregistrement.) Talbot me l’a donné, tout s’est bien passé.
Douglas prend une tablette et insère la clé USB dedans pour l’écouter, pendant ce temps le chauffeur du véhicule sort et se place derrière Zoe, ce qui met en alerte John.
Douglas : Est-ce que vous l’avez écouté ?
Zoe Morgan : On ne m’a pas engagée pour l’écouter.
Douglas : (Donnant la tablette et les écouteurs à son homme de main.) Monsieur Lawson souhaiterait vous remercier de vive voix. (L’homme ouvre la portière.)
Zoe Morgan : (Commençant à s’inquiéter.) Il me paie et c’est largement suffisant.
Douglas : Non, nous y tenons. (En criant.) Allez, occupez-vous du chauffeur.
John arrive et frappe le chauffeur, puis l’homme et enfin Douglas. Il prend Zoe par le bras et commencent à courir, l’amène à la voiture et la fait entrer à l’intérieur. Douglas se relève et se met à tirer, John réplique en tirant vers la voiture et crève un pneu. Il s’enfuit mais est pris en chasse par Douglas qui se met à tirer vers la vitre arrière qui se brise.
Reese : (À Zoe.) Couchez vous ! (Il se retourne et tire de nouveau.)
Zoe Morgan : Apparemment, je ne vous paie pas que pour conduire.
Finch : (Au téléphone.) Monsieur Reese, tout va bien ?
Reese : (À Harold.) Le rendez-vous était un piège. Douglas a tenté de nous abattre.
Zoe Morgan : (Ne comprenant pas.) Je suis au courant, merci, j’étais là, vous vous rappelez ?
Finch : (Au téléphone.) Elle n’a rien ?
Reese : Un peu secouée, sinon ça va.
Zoe Morgan : A qui est-ce que vous parler ?
Finch : (Au téléphone.) Ils sont prêts à tuer pour cet enregistrement. Il faut savoir ce qu’il y a dessus.
Reese : Envoyez-moi l’adresse de Talbott.
Zoe Morgan : (Énervée.) Mais enfin, qui êtes-vous ?
Reese : Je suis un peu comme vous, moi aussi je règle des problèmes. On m’a informé que vous couriez peut-être un danger.
Zoe Morgan : « On » vous a informé ? Qui vous a informé ?
Reese : Vous avez vos informateurs, moi j’ai les miens.
Zoe Morgan : Ah.
Reese : Il faut retrouver le journaliste qui vous a vendu l’enregistrement pour savoir ce qu’il contient.
Zoe Morgan : (Prenant la tablette depuis le siège arrière.) J’en ai fait une copie. Je suis discrète, pas idiote.
Zoe met en route l’enregistrement où une voix féminine se fait entendre.
Dana Miller : Je ne peux pas continuer à me taire, ce qu’on fait c’est mal.
Reese : La femme qu’on entend, c’est qui ?
Zoe Morgan : Aucune idée, j’ai déjà du mal à le comprendre.
 
SÉQUENCE – Rue piétonneCaméra G19 heures 41 minutes 14 secondes ; 21 heures 17 minutes 35 secondes
Femme : Au prochain rendez-vous, je te raconterai.
Homme : OK, à tout à l’heure.
 
EXTÉRIEUR – Près de la maison de TalbottSoirée
La voiture de Zoe se gare là où se trouve une ambulance stationnée devant le domicile de Talbott.
Reese : (Sortant de la voiture.) Restez à l’intérieur.
Finch : (Au téléphone.) Monsieur Reese…
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Harold se trouve debout à son bureau au téléphone avec John.
Finch : …Communication sur la fréquence de la police. Talbott a…
 
EXTÉRIEUR – Près de la maison de TalbotSoirée
Finch : (Au téléphone.) …été trouvé mort, ce serait une crise cardiaque.
Reese : Douglas ne perd pas de temps. Il tue tous ceux qui ont eu l’enregistrement entre leurs mains.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Finch : S’il est aussi déterminé, il va encore essayer d’abattre Zoe Morgan. Ne la quittez surtout pas une seconde.
Reese : (Se tournant vers la voiture, il s’aperçoit que le siège passager est vide.) C’est plutôt mal parti.
 
SÉQUENCE – Sud-estCaméra 128 heures 14 minutes 53 secondes
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
John s’approche du bureau d’Harold qui travaille sur l’enregistrement grâce à ses ordinateurs.
Finch : Je nettoie le son. Les interférences laissent penser à un appel sur une ancienne fréquence GSM. Je dirai que l’enregistrement remonte à au moins deux ans.
Reese : Si les interférences ont des millésimes.
Finch : (Se levant de sa chaise.) En tout cas, j’ai réussi à mettre un nom sur la voix. (Il s’approche vers d’autres moniteurs.) J’ai comparé l’enregistrement à toutes sortes de vidéos, de réseaux sociaux, de la communication d’entreprise. (John s’assoit à côté de lui.) 268 femmes pouvaient correspondre. Six vivaient à New York mais une seule d’entre elles travaillaient pour les laboratoires Virtanen. (Il met en route une vidéo.)
Dana Miller : Virtanen est bien plus qu’un groupe pharmaceutique. Nos produits soulagent et guérissent. Chez Virtanen, nous sommes une famille, une famille dont j’espère longtemps faire partie.
Reese : Alors, la maîtresse de Lawson fait partie des employés. Joli travail, Finch.
Finch : Je serai vous, je ne me féliciterai pas trop vite. (Se tournant vers John.) Ce n’est pas la première fois que je vois le nom de Dana Miller. (Se rendant vers un tableau, il prend un article de journal.) Il y a six mois, la Machine a donné son numéro. J’étais toujours à votre recherche à l’époque alors, je n’ai rien pu faire pour elle. (Tendant l’article vers John qui le prend.) L’article dit qu’elle est morte d’une rupture d’anévrisme. Elle n’avait que 27 ans. Et la Machine ne voit pas les décès accidentels.
Reese : Alors, elle a voulu révéler leur liaison et Lawson l’a fait tuer. Il aurait pu lui donner de l’argent.
Finch : Lawson est l’héritier. Tout l’empire Virtanen lui reviendra. Si Robert Keller apprenait la vérité, il perdrait tout dans la seconde.
Reese : Ça ne doit pas être difficile quand on bosse dans un labo pharmaceutique de donner à un meurtre une allure de mort naturelle.
Finch : Je pensais ne jamais savoir ce qui lui était arrivé et encore moins connaître le nom du responsable. Nous pouvons faire en sorte qu’il ne fasse plus d’autres victimes. (Il part en mettant sa veste.) Retrouvez mademoiselle Morgan, Lawson peut mettre la main sur elle à tout moment. Alors, faites vite.
Reese : Et vous, vous allez où ?
Finch : À un rendez-vous d’affaires important, un tout nouvel investissement.
SÉQUENCES – Entrée Bâtiment - Caméra 138 heures 53 minutes 13 secondes ; Bâtiment estCaméra 48 heures 54 minutes 3 secondes ; Escalier estCaméra 28 heures 55 minutes 21 secondes
INTÉRIEUR – Bureau de LawsonJournée
Lawson : Vous avez annulé mes rendez-vous pour que je rencontre un actionnaire.
Douglas : Pas n’importe quel actionnaire. Il a acheté 87 millions de part dans les dernières 48 heures. (Il donne un dossier à Lawson pendant que la secrétaire s’en va.) Il détient maintenant 8% de Virtanen.
Lawson : Jamais entendu parler de lui.
Douglas : Ni vous, ni personne. Peut-être l’homme de paille de gros investisseurs en vue d’une OPA mais bon. Tâtons le terrain, on pourrait peut-être faire venir le patriarche pour qu’il lui sert la main.
Secrétaire : Par ici.
Harold s’avance avec une canne à la main.
Lawson : Monsieur Partridge. (Harold s’avance et sert la main de Lawson.) Mark Lawson. Ravi de vous rencontrer.
Finch : Merci de me recevoir aussi rapidement.
Lawson : Je croyais connaître tous les grands investisseurs du marché, je me trompais.
Finch : Quand tout le monde en a après votre portefeuille, un doigt d’anonymat ne peut pas faire de mal. (Donnant une petite boîte.) Au Japon, j’ai appris à jamais me rendre à un rendez-vous les mains vides. (La boîte contient une montre de luxe.)
Lawson : (Surpris.) Oh, merci, c’est… je vous remercie, c’est trop généreux. (Il pose la boîte sur la table derrière lui.) Voudriez-vous que je vous fasse visiter nos locaux. Veuillez me suivre. (Il s’en va suivi d’Harold.)
Revenir en haut Aller en bas
carine79
Personne influente
carine79


Script VF - 1X06 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Empty
MessageSujet: Re: Script VF - 1X06 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Script VF - 1X06 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb I_icon_minitimeSam 18 Juil - 14:26

SÉQUENCE – Labo 14Caméra 69 heures 24 minutes 56 secondes
INTÉRIEUR – Laboratoire - Journée
Lawson : La principale préoccupation des patients est aussi la nôtre, soulager la douleur.
Finch : Ce n’est pas moi qui vais vous le reprocher.
Lawson : Nous avons conquis 20% du marché l’an dernier. Cela va encore augmenter avec le lancement de notre nouveau produit, le Sylocet.
Finch : Le Sylocet ?
Lawson : Un nouvel antimigraine. Un produit révolutionnaire, il vient d’être approuvé par l’agence de contrôle.
Ils descendent les escaliers afin de rencontrer Mr Keller.
Keller : Monsieur Partridge. (Ils se serrent la main.) Robert Keller.
Finch : Vous avez bâti un empire impressionnant, Mr Keller.
Keller : Cet empire appartient désormais à Mark. Mon départ ne sera effectif qu’au printemps prochain. (Mettant la main sur l’épaule de Lawson.) Mais c’est déjà lui qui prend les grandes décisions. Ne le dites à personne, je ne voudrais surtout pas ma table au country club. (Lui et Harold se mettent à rire.)
Lawson : (Posant la main sur le dos d’Harold.) Si vous voulez bien m’excuser. (Il s’en va.)
Keller : Mark a fait un travail remarquable non seulement du point de vue financier mais aussi par son implication dans la recherche de nouveaux produits.
Finch : J’ai confiance en ce que je viens de voir, mon argent est entre de bonnes mains, j’en suis certain.
Keller : (En serrant la main.) J’ai été ravi de vous connaître.
Keller s’en va et la secrétaire commence à marcher pendant qu’Harold la suit mais son téléphone se met à sonner.
Finch : Excusez-moi, il faut que je réponde.
Douglas : (Au téléphone.) J’ai récupéré la clé USB.
 
INTÉRIEUR – Bureau de LawsonJournée
La boîte ouverte avec la montre cache en fait un micro.
Douglas : Et Talbott nous posera plus de problèmes.
Lawson : (Se servant d’un verre d’alcool.) Excellent travail.
Douglas : Il reste encore un détail à régler, Zoe Morgan. Son chauffeur était en fait un garde du corps. Hmm, on n’avait pas vraiment prévu ça.
Lawson : (S’approchant de Douglas.) C’est tout sauf un détail, on se retrouve à la case départ.
Douglas : Je vais m’occuper d’elle.
Lawson : Et aussi du chauffeur.
Douglas fait un oui de la tête.
 
EXTÉRIEUR – Devant les locaux de VirtanenJournée
Harold est désormais à l'extérieur des locaux de Virtanen
Lawson : (Au téléphone.) Personne ne doit faire le lien avec nous.
 
SÉQUENCE – Entrée bâtimentCaméra 189 heures 36 minutes 24 secondes
Harold, toujours au téléphone, se met à marcher alors qu’un carré jaune entoure sa tête.
 
INTÉRIEUR – Locaux de la policeJournée
Le téléphone sonne et Carter court pour prendre l’appel.
Carter : Carter.
Sullivan : (Au téléphone.) Ici Sully.
 
INTÉRIEUR – Dans la maison de SullivanJournée
Sullivan : (Au téléphone.) J’ai réussi à retrouver deux ou trois choses sur le gamin Carl Elias.
Carter : (Au téléphone.) Bravo.
Sullivan : (Au téléphone, il s’assoit.) Bravo si l’on veut. Le gamin était un vrai fugueur professionnel. Incapable de rester plus de deux mois au même endroit.
 
INTÉRIEUR – Locaux de la policeJournée
Carter : (Au téléphone.) Alors personne ne l’a vraiment connu.
Sullivan : (Au téléphone.) Non personne, mis à part une vieille nana coriace….
 
INTÉRIEUR – Dans la maison de SullivanJournée
Sullivan : (Au téléphone.) …du nom de Gloria Recinto. Apparemment…
 
INTÉRIEUR – Locaux de la policeJournée
Sullivan : (Au téléphone.) ...elle se serait occupée de lui. Il lui envoyait une carte à chaque Noël…
 
INTÉRIEUR – Dans la maison de SullivanJournée
Sullivan : (Au téléphone.) … avec aussi un peu d’argent.
 
INTÉRIEUR – Locaux de la policeJournée
Sullivan : (Au téléphone.) Vous devriez jeter un coup d’œil sur ce qu’il écrivait. À le lire, on se demande si on n’est pas en face d’un futur…
 
INTÉRIEUR – Dans la maison de SullivanJournée
Sullivan : (Au téléphone.) … président ou un futur Attila. Vous voulez que je vous les apporte ?
 
INTÉRIEUR – Locaux de la policeJournée
Carter : (Au téléphone.) Non, c’est moi qui passerait les prendre.
 
INTÉRIEUR – Dans la maison de SullivanJournée
Sullivan : (Au téléphone.) Il va falloir que je me fasse beau alors.
 
INTÉRIEUR – Locaux de la policeJournée
Carter : (Au téléphone ; en souriant.) Je vous souhaite bonne chance.
 
SÉQUENCE – Sud-ouestCaméra 318 heures 14 minutes 16 secondes
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Dana Miller : (Enregistrement audio.) Tu sais pourquoi je suis là. Tu sais ce que j’en pense.
Reese : Toujours aucune trace de Zoe.
Dana Miller : (Enregistrement audio.) Je ne peux pas continuer à me taire.
Reese : Si je n’arrive pas à la retrouver, Douglas ne doit pas la retrouver non plus.
Finch : (Travaillant sur l’enregistrement sur l’ordinateur.) Je tente de nettoyer l’enregistrement pour combler les vides.
Dana Miller : (Enregistrement audio.) Tu sais ce que j’en pense.
Finch : Je pense que ça a été enregistré dans le bureau de Lawson. Écoutez.
On entend en bruit de fond un semblant de brouillage.
Dana Miller : (Enregistrement audio.) Ce qu’on fait c’est mal.
Reese : Alors, elle a enregistré leur conversation sur son portable. Pourquoi ? Pour le faire chanter ?
Finch : Non, je ne crois pas. C’est la fontaine dans son bureau. Grâce au micro que j’ai posé, j’ai récupéré l’ambiance sonore de la pièce, ce qui me permet de le faire disparaître de l’enregistrement. (Il dissocie les deux bandes son.) Écoutez, c’est beaucoup plus distinct.
Miller : (Enregistrement audio.) Je ne peux pas continuer à me taire. Ce qu’on fait, c’est mal. Il faut que je le dise. Je ne peux pas dormir en sachant ce que notre médicament a fait.
Lawson : (Enregistrement audio.) Dana, réfléchis bien à ce que tu es en train de faire.
Finch : (Répétant les paroles de Dana.) « Je ne peux pas dormir en sachant ce que notre médicament a fait ». Je n’ai pas encore réussi à nettoyer la dernière partie mais une chose est sûre, ça n’a rien à voir avec une soi disant aventure avec Lawson. (En insistant.) Elle voulait le dénoncer, c’était ça la menace. (Harold se lève et regarde vers les tableaux.) Vous savez, avant que nous… avant que je vous trouve, ces numéros ne faisaient que me hanter. Jamais de toute ma vie je ne me suis senti aussi impuissant. (Se tournant vers John.) Je sais que je ne pourrai pas obtenir justice pour chacun d’entre eux, mais la simple idée de pouvoir le faire une seule fois…
Ils sont interrompus par le signal GPS clignotant sur un ordinateur.
Finch : On dirait que mademoiselle Morgan a finalement décidé de se montrer. Tâchez de ne pas la perdre cette fois.
 
INTÉRIEUR – Dans un restaurantSoirée
John arrive et s’approche de la table se trouvant Zoe ; il s’assoit.
Zoe Morgan : Alors, vous avez pisté mon téléphone. Je connais toutes les personnes qui font tourner cette ville. Je connais leurs points faibles. Je sais comment tout fonctionne. Et puis, il y a vous. Je ne vois pas ce que vous venez faire là-dedans ; et je n’apprécie pas du tout ce que je ne comprends pas.
Reese : Alors pourquoi m’avoir attiré jusqu’ici ?
Zoe Morgan : Parce que je n’ai pas besoin de vous apprécier pour me servir de vous. (Passant à autre chose.) La fille sur l’enregistrement, elle s’appelait Dana Miller. Lawson a ordonné son meurtre, mais ce n’est pas parce qu’ils couchaient ensemble.
Reese : Oui, je sais. Elle travaillait chez Virtanen. Elle s’apprêtait à faire éclater un scandale, l’affaire impliquant l’un de leurs médicaments.
Zoe Morgan : Pas mal. Sauf qu’il vous manque les détails. Elle travaillait aux essais cliniques et cinq jours avant qu’on la tue, on l’a changée de service, elle n’avait plus accès à rien.
Reese : De qui vous le tenez ?
Zoe Morgan : Vous avez vos informateurs, moi j’ai les miens.
Reese : Laissez-moi deviner. Vous voulez faire un deal avec Virtanen.
Zoe Morgan : Pas cette fois, non.
Reese : Je croyais que tout était à vendre.
Zoe Morgan : J’ai connu une fille autrefois. Naïve. Un jour, on s’est chargé de lui apprendre que la vie était dure. Dana Miller me fait penser à elle.
Reese : Et puis, ils ont tenté de vous tuer.
Zoe Morgan : Il y a ça aussi. Ah, ça vous dirait d’aller ailleurs ?
Reese : (Se mettant à boire un verre.) Pour faire quoi ?
Zoe Morgan : Une chose totalement illégal.
 
SÉQUENCE – Vue Nord Bound5ème1 heure 37 minutes 23 secondes
EXTÉRIEUR – Devant les locaux de VirtanenNuit
Zoe Morgan : Lieutenant Gilmore. J’ai failli ne pas vous reconnaître sans votre joli uniforme.
Gilmore : Vous voulez quoi ?
Zoe Morgan : Il va y avoir un cambriolage aux laboratoires Virtanen ce soir. Arrangez-vous pour que la police n’intervienne pas.
Gilmore : Après ça, on est quitte. (Il regarde vers John puis s’en va.)
 
SÉQUENCE – Sud-estCaméra 114 heures 27 minutes 21 secondes
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Reese : (Au téléphone.) OK, Finch, les caméras sont en place.
Finch : Je couvre tout le bâtiment, allez-y.
 
EXTÉRIEUR – Devant les locaux de VirtanenNuit
John regarde vers l’intérieur où se trouve un garde.
Reese : (Donnant quelque chose à Zoe.) Tenez-moi ça. (Il enlève le boîtier d’ouverture de la porte pour la désactiver.) Alors, ces types tentent de vous tuer et vous, vous décidez de cambrioler leurs bureaux.
Zoe Morgan : Je suis comme ça, je préfère la méthode directe.
Reese : (À Finch.) Entrée sud. Est-ce que vous voyez des gardiens ?
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : (Guidant les caméras de vidéo surveillance.) Deux au rez-de-chaussée, personne dans l’escalier. La voie est libre.
 
EXTÉRIEUR – Devant les locaux de VirtanenNuit
Reese : (Il réussit à ouvrir la porte.) On entre.
Zoe Morgan : Vous me présenterez…
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Zoe Morgan : ...votre ami imaginaire ?
Reese : Oh, c’est quelqu’un de très secret.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenNuit
Finch : Attention, un gardien au deuxième, il vient vers vous.
John et Zoe arrive à se réfugier dans une pièce sans éveiller les soupçons.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : (Surveillant toujours les mouvements des gardiens.) Allez-y, c’est bon.
Sur l’ordinateur, John et Zoe arrivent à s’échapper.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenNuit
John et Zoe s’approchent d’un bureau, se servant d’un trombone pour ouvrir la porte.
Zoe Morgan : Je parie que vous êtes du genre à vous libérer de n’importe quoi avec un trombone. Où est-ce que vous avez appris à faire ça ?
Reese : (En souriant.) C’est une longue histoire.
Après avoir ouvert la porte, ils entrent dans le bureau.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : (Scrutant toujours les caméras.) Toujours personne en vue.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenNuit
John s’approche de l’ordinateur et tente de trouver des documents.
Reese : Ils ont effacé les mails et l’historique de navigation de Dana Miller.
Finch : (Au téléphone.) Rien n’est jamais vraiment effacé, monsieur Reese.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : Les morceaux sont dispersés un peu partout, le tout est de savoir tout recoller.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenNuit
Finch : (Au téléphone.) Servez-vous de l’utilitaire de récupération de données.
Reese : (En tapant sur le clavier de l’ordinateur.) OK.
Sur l’écran de l’ordinateur apparaissent des fenêtres où les résultats de la recherche apparaissent.
Zoe Morgan : (Voyant une fenêtre avec le nom des documents ainsi qu’une autre fenêtre avec un document.) Là ce fichier. Elle y a accédé une dizaine de fois dans les jours qui ont précédés son assassinat.
Reese : Des résultats des tests cliniques pour leur nouveau médicament, le Sylocet. Il vient juste d’être approuvé.
Zoe Morgan : (Montrant un autre fichier.) Ils ont été modifiés. On trouve deux fichiers qui portent le même nom. Mais le plus ancien est légèrement plus lourd.
Reese : (Tapant sur le clavier, la fenêtre de commandes montre une liste de noms.) Six noms ont été retirés du rapport que Virtanen a soumis à la commission de contrôle.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : Donnez-moi ces noms, monsieur Reese.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenNuit
Reese : (Il utilise son téléphone pour prendre les noms en photo et les envoie à Harold.) Je vous les envoie.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : (Il tape sur le clavier et récupère les noms. Sa recherche aboutit à des articles de presse des six noms concernés. Il les scrute.) Ils sont tous morts, monsieur Reese.
Reese : (Au téléphone.) D’accord.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenNuit
John se lève et regarde vers la fenêtre menant vers l’extérieur.
Finch : (Au téléphone.) Tous les gens sur cette liste sont morts d’une crise cardiaque dans l’année qui a suivie.
Zoe Morgan s’assoit sur le siège.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : Lawson a dû verser des pots de vin pour les faire disparaître du test.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenNuit
Reese : Leur remède miracle est mortel.
Zoe Morgan : Six patients sur deux cents, ça fait une mortalité de 3%. Si un million de personnes prenait ce médicament, (se tournant vers John) il pourrait y avoir trente mille morts.
Finch : (Au téléphone.) Attendez.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : C’est quoi ce bruit ?
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenNuit
Reese : (En écoutant.) C’est la clim. Pourquoi ?
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : (En tapant sur le clavier.) C’est ce qui me manquait. Taisez-vous, bougez plus. Je dois enregistrer ce bruit et rien d’autre. (Après avoir fini l’enregistrement, il se lève et parle à voix basse.) Parfait. (À voix haute.) Je vous recontacte.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenNuit
La lumière s’est allumée, ce qui inquiète Zoe. Douglas arrive, un pistolet braqué vers John et Zoe.
Douglas : Regardez qui voilà. Je devrais appeler les flics, vous ne croyez pas. (Gilmore arrive derrière et se met à coté de Douglas.)
Zoe Morgan : (Vers Gilmore.) Très mauvais calcul, lieutenant. Si vous me trahissez, je vais devoir vous écraser.
Gilmore : Quelque chose me dit que vous n’en aurez pas l’occasion. Et puis, j’ai tenu ma promesse. Vous vouliez que la police n’intervienne pas, (commençant à partir) regardez, la police n’intervient pas.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Dana Miller : (Enregistrement audio ; Harold tape sur le clavier.) Je ne peux pas dormir sachant ce que le médicament a fait.
Lawson : Dana réfléchis… (Harold ajuste les fréquences pour pouvoir mieux écouter l’enregistrement.)
Dana Miller : Tu ne me laisse pas le choix, je vais aller voir Keller.
Harold retourne à son bureau pour contacter John.
Finch : Je crois avoir trouvé quelque chose. (Ne voyant personne.) Monsieur Reese…
 
SEQUENCES EN ACCÉLÉRÉE – 45ème & 5èmeAngle Sud Ouest4 heures 53 minutes 33 secondes ; Zone C Parc USLampostCaméra 24 A5 heures 28 minutes 53 secondes ; Angle 14 SCaméra 35 heures 52 minutes 17 secondes ; HighwayCaméra 23 E6 heures 24 minutes 54 secondes
Douglas : Je vous avez dit que ce serait réglé. Je les ai, tous les deux.
Lawson : J’arrive.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenNuit
Zoe et John sont assis attachés à deux chaises.
Zoe Morgan : Vous ne m’avez jamais dit votre nom.
Reese : (En souriant.) John. Je m’appelle John.
Zoe Morgan : (Commençant à rigoler.) Oui, évidemment. Alors, John, comment vous avez su que j’allais avoir des ennuis.
Reese : Vu la profession que vous exercez, il n’y a pas besoin de beaucoup d’imagination. Peut-être qu’il faudrait songer à une reconversion.
Zoe Morgan : Et c’est vous qui me dites ça. Et puis, d’abord, vous ne savez absolument rien de moi.
Reese : Je sais à peu près tout ce qu’il y a à savoir de vous. Je sais que vous avez grandi dans une jolie maison à Yonkers. Je sais que votre père était un élu local jusqu’à ce qu’il soit pris dans une affaire de corruption. Je sais que le reste de votre enfance, vous l’avez passée dans un petit appartement du Queens avec votre mère. En fait, il n’y a qu’une chose que j’ignore, c’est pourquoi vous avez décidé de faire ce que vous faites aujourd’hui.
Zoe Morgan : Mon père était un pion dans son parti. Un rouage de la machine. Il faisait ce qu’on lui demandait, jusqu’au jour où les flics ont débarqué pour lui passer les menottes. Les journalistes de la presse locale ont campé sur notre pelouse pendant des semaines. Et puis, ce type est arrivé, celui que son parti envoyait chaque fois qu’il était fasse à une situation embarrassante. Il a dit deux mots aux journalistes et dans la seconde qui a suivi, tout le monde a remballé, ils sont tous partis. On ne les a jamais revus. Alors, je me suis dit, voilà ce que je veux être plus tard. La personne qui sait ce qu’il faut dire, qui, quoi qu’il arrive, a toujours une monnaie d’échange.
Reese : Et là, c’est quoi votre monnaie d’échange ?
Zoe regarde vers Douglas qui est arrivé.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : (Au téléphone.) Oui, ici monsieur Partridge. Je dois parler à monsieur Keller.
Standardiste : (Au téléphone.) Je regrette monsieur, mais monsieur Keller n’est pas joignable.
Finch : (En haussant le ton.) Je vous demande de me le passer maintenant, c’est extrêmement urgent. C’est une question de vie ou de mort.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenNuit
Douglas frappe John au visage.
Lawson : (Vers Zoe.) Nous finissons enfin par nous rencontrer.
Zoe Morgan : Vous faites une grave erreur, Mark.
Lawson : Ce n’est pas moi qui est menotté à une chaise. Alors, vous avez vu le rapport du test.
Zoe Morgan : Vous ne m’en voudrez pas si j’en ai envoyé une copie à un ami pour pouvoir le relire plus attentivement.
Lawson : Très bien. À qui l’avez-vous envoyé ?
Zoe Morgan : À la seule personne en qui j’ai confiance. Et s’il nous arrive quoi que ce soit, le document sera publié. Tout le monde saura que votre nouveau médicament est mortel. À votre avis, comment réagira Keller quand il l’apprendra.
Lawson : (Regardant vers Zoe puis vers John.) J’ai une idée, puisque Zoe aime tant négocier, je vous propose, à tous les deux, un marché : le premier qui me dit où trouver le rapport aura la vie sauve.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Standardiste : (Au téléphone.) J’ai joint monsieur Keller, il va vous prendre dans un instant.
Finch : (Au téléphone.) Merci.
Harold se tourne vers l’écran où se trouve l’enregistrement, qui devient de plus en plus net.
Dana Miller : (Enregistrement audio.) Tu ne me laisse pas le choix, je vais aller voir monsieur Keller.
Lawson : (Enregistrement audio.) Tu veux le dire au grand patron, c’est le moment ou jamais.
Keller : (Enregistrement audio.) Vous imaginez qu’il puisse se passer quelque chose dans mon entreprise sans que je sois au courant ? Vous me croyez idiot à ce point ?
Standardiste : Monsieur Partridge, je vous passe monsieur Keller.
Harold, comprenant la nature exacte de l’enregistrement, éteins son téléphone.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenNuit
Douglas : (Vers Lawson.) Quelqu’un a prévenu le patriarche.
Keller arrive, le téléphone à la main, l’éteignant.
Keller : (Vers Lawson.) Mark, ils ne sont pas encore morts ?
Lawson : Elle dit avoir fait une copie du rapport.
Keller : Et dire que j’avais cru que vous seriez capable de régler une affaire vraiment importante. (Se tournant vers Zoe.) Mademoiselle Morgan, voyons, soyez raisonnable. Tout médicament a des effets secondaires, d’où les exclusions de responsabilité. (Pendant ce temps, Douglas prépare une seringue et un flacon.) Et les assurances. Ça m’étonne, cette croisade morale ne vous ressemble pas du tout. La Zoe Morgan que je connais est pleine de bon sens. Elle sait toujours prendre la bonne décision.
John regarde vers Keller puis vers Zoe.
Zoe Morgan : Vous aurez le rapport. (John est déçu et baisse la tête.) Je vais vous y conduire.
Keller sourit et Lawson enlève les menottes de Zoe.
Keller : Bien.
Zoe Morgan : (Elle se lève et se tourne vers John.) Qu’est-ce que je vous disais ? Toujours avoir une monnaie d’échange. (Elle commence à l’embrasser puis lui met un trombone dans les mains.) Allons-y.
La porte de la pièce se ferme et John commence à déplier le trombone pendant que Douglas tape le flacon sur ses doigts.
 
SÉQUENCE EN ACCELEREE – Vue du toit est6 heures 16 minutes 22 secondes - 6 heures 34 minutes 31 secondes
Douglas : (Il enlève la protection de la seringue puis le pique dans le flacon de chlorure de potassium.) Franchement, faut pas t’étonner du sale coup qu’elle t’a fait. Je me suis toujours méfier de cette garce. Elle vous vendrait père et mère. (Il claque deux fois sur la seringue pour agiter le produit.)
Reese : Chlorure de potassium.
Douglas : On s’en sert pour l’exécution des condamnés. (S’approchant de John.) Le cœur s’arrête dans la minute. Plutôt humain, non ? (Il bouge la tête de John pour avoir son cou.)
Reese : Une chance pour vous.
Douglas : (Ne comprenant pas bien.) Une chance pour moi ?
John se lève et attrape le menton de Douglas pour le projeter vers des armoires puis retourne la seringue vers Douglas, qui s’écroule.
 
SÉQUENCES – RueSécurité C7 heures 02 minutes 06 secondes ; William & JohnAngle Sud-OuestCaméra 27 heures 04 minutes 34 secondes ; Gold & FultonAngle Nord-EstCaméra 3
INTÉRIEUR – Dans une voitureSoirée
Zoe Morgan : (Au téléphone.) Je pars maintenant, le chantier naval.
Lawson : (Prenant le téléphone des mains.) C’est terminé, plus aucun appel.
 
INTÉRIEUR – Dans un restaurantSoirée
Finch : (Il raccroche le téléphone après avoir eu le message de Zoe.) Oh, que c’est malin. (Le téléphone sonne.)
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenSoirée
Reese : Ah Finch.
Finch : (Au téléphone.) J’essaie de vous joindre depuis deux heures. Keller est dans le coup
 
INTÉRIEUR – Dans un restaurantSoirée
Finch : (Au téléphone.) Lawson et lui ont tout manigancé, tout jusqu’au meurtre de Dana Miller.
Reese : (Au téléphone.) Je sais. On ne s’est pas assez méfié de lui. Ni de Zoe.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenSoirée
Reese : Elle s’apprête à remettre la copie des tests cliniques à Lawson.
 
INTÉRIEUR – Dans un restaurantSoirée
Finch : (Au téléphone.) Quel manque de confiance, monsieur Reese. Elle vient de m’indiquer où elle se rendait. Le chantier naval, ça vous dit…
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de VirtanenSoirée
Finch : (Au téléphone.) ...quelque chose ?
Reese : (Regardant vers les chaises puis se retourne.) Je pars tout de suite.
 
INTÉRIEUR – Dans un restaurantSoirée
Serveur : Veuillez me suivre, monsieur.
Finch : (En souriant.) Allons-y.
Keller se trouve à une table en train de manger pendant que le serveur accompagne Harold vers cette dernière, tirant la chaise vers l'extérieur.
Finch : Monsieur Keller, pardonnez mon retard.
Keller : (Se levant et serrant la main d’Harold.) C’est moi qui m’excuse de ne pas vous avoir attendu, monsieur Partridge, mais arrivé à mon âge, il faut profiter de chaque minute. (Ils se mettent à rigoler.) Un petit pousse-au-crime. (Harold hoche la tête en signe d’acquiescement.)
 
EXTÉRIEUR – Chantier navalSoirée
La voiture s’arrête devant le même endroit où Zoe était venue.
INTÉRIEUR – Dans la voitureSoirée
Lawson : Qu’est-ce qu’on vient faire ici ?
Zoe Morgan : Vous voulez la copie du rapport, non ? (Abaissant la fenêtre et regardant une voiture en face.) Et bien, elle est là. (Se tournant vers Lawson.) C’est moi qui vais la chercher ou c’est vous ? (Slip sort du véhicule.)
Lawson : Non, je crois que je vais m’abstenir, vous savez pourquoi ? Parce que je crois que vous n’avez transmis de copie à personne. Le rapport n’a jamais quitté ce téléphone. Vous n’avez rien envoyé.
 
INTÉRIEUR – Dans un restaurantSoirée
Keller : Vous avez choisi le moment idéal pour nous rejoindre, monsieur Partridge. Après le lancement du Sylocet, vous n’aurez plus besoin d’investir dans quoi que ce soit.
Harold regarde son téléphone puis le pose, tout en souriant à Keller.
 
INTÉRIEUR – Dans la voitureSoirée
Lawson : N’importe qui, dans votre situation, aurait envoyé le rapport à la police ou à la presse. Mais vous, non. Vous, vous n’avez pas pu résister à l’envie de garder une dernière carte en main. (Regardant le téléphone de Zoe, il trouve le fichier du rapport.) Alors, en effet, vous l’avez envoyé à la seule personne en qui vous ayez confiance, c’est-à-dire vous. Et vous allez disparaître avec. (Au chauffeur.) Fichons le camp d’ici.
Prêts à s’en aller, ils sont interrompus par John qui brise la vitre avant au niveau du chauffeur et tire. Lawson, affolé, veut partir mais John utilise une matraque électrique dans le cou de ce dernier, qui s'effondre.
Reese : Une migraine peut-être ? Il paraît qu’on a trouvé un remède miracle.
Zoe Morgan : (Après être sorti de la voiture pour rejoindre John.) Eh bien, vous avez mis le temps.
Reese : (Se relevant.) À quel moment vous avez su que c’était la meilleure chose à faire ?
Zoe Morgan : Environ deux secondes avant que je glisse le trombone dans votre main.
 
INTÉRIEUR – Dans un restaurantSoirée
Le serveur dépose la note sur leur table.
Keller : Quoi qu’il en soit, c’est agréable de parler de choses et d’autres, mais on aimerait savoir au conseil d’administration, quelles sont vos intentions, maintenant que vous détenez 8% de Virtanen.
Le téléphone d’Harold bipe alors qu’un message qu’il regarde apparaît : « Reese – Rapport des tests récupéré ».
Finch : Je ne détiens plus aucune part de Virtanen. J’ai tout vendu suite à une information selon laquelle le court allait plonger.
Keller : Une information ? Qu’est-ce qu’on vous a dit ?
Finch : Que les dirigeants de l’entreprise allaient avoir de sérieux démêlés avec la justice. En fait, j’ai repris mon investissement de départ et j’ai fait une vente à découvert, sur cinq cent millions de parts de votre société.
Keller : Vous voulez pariez contre moi ? De toute évidence, vous ne savez pas du tout à qui vous avez à faire.
Finch : Oh si, je sais parfaitement à qui j’ai à faire. (Mettant la photo de Dana Miller sur la table.) Je sais que pour vous, la vie humaine n’a pas d’importance. Je sais que ce qui compte à vos yeux, c’est l’argent. Alors, justement, c’est votre argent que je vais vous prendre, tout votre argent, jusqu’au dernier dollar. Vous aviez raison, monsieur Keller, jamais je n’aurais plus besoin d’investir dans une autre société.
Sous les yeux éberlués de Keller, Harold met quelques billets sur le plateau. Il se lève, prend sa canne et s’en va.
 
INTÉRIEUR – Dans une cage d’escalierJournée
Joss Carter monte les escaliers mais tombe nez-à-nez avec un inconnu.
Carter : Pardon. (S’approchant de l’appartement de Sullivan, la porte est entrouverte.) Lieutenant Sullivan. (Frappant à la porte.) Sully ? (Elle ouvre la porte.) C’est moi, Ҫa… (Elle n’a pas eu le temps de terminer sa phrase car Sullivan est allongé, tué.) Non. (Elle entend du bruit dans l’escalier et commence à descendre, elle prend son arme.) Police !
L’inconnu commence à tirer mais Carter riposte, ce qui donne à un échange de tirs et l’homme court à l’extérieur. Carter descend et sort tout doucement hors du bâtiment mais reste sur ses gardes en pointant son arme. Voyant qu’il n’y a plus personne, elle baisse son arme et voit du sang sur le mur.
 
SÉQUENCES – Cruiser 314 BHoodcam21 heures 14 minutes 22 secondes ; NYPD RVR Camera - HDSN Line3 heures 49 minutes 53 secondes ; 50ème étageBalconCaméraEastland6 heures 58 minutes 23 secondes - 7 heures 14 minutes ; Marina Pier 3 – Caméra A8 heures 40 minutes 16 secondes ; Rue Sécurité C – 11 heures 23 minutes 53 secondes ; Brooklyn QueensExpwy underpassAdams B13 heures 03 minutes 21 secondes
Journaliste : Robert Keller, le PDG de Virtanen doit comparaitre aujourd’hui devant la cour aux côtés de son gendre et directeur financier Mark Lawson, suite à leur inculpation pour fraude, association de malfaiteurs et meurtre. La mise en vente du Sylocet, leur traitement anti-migraine a été officiellement suspendu. Beecher Pharma, le principal concurrent de Virtanen a annulé la sortie d’un produit similaire.
 
INTÉRIEUR – Dans la voitureJournée
Zoe Morgan : Vous voulez bien couper s’il vous plaît. (John s’exécute.)
Reese : On dirait que la concurrence a été bien renseignée. J’en connais qui ont dû bien gagner leur journée.
Zoe Morgan : Pas autant que vous croyez. La famille de Dana Miller a reçu un don important pour pouvoir attaquer Virtanen.
Reese : J’ai aussi entendu dire que le lieutenant Gilmore allait devoir répondre à de graves accusations de corruption. Oh, il a dû contrarier la mauvaise personne.
Zoe Morgan : (Voyant que John la scrute du regard.) Les yeux sur la route, John.
Il arrête la voiture et fait descendre Zoe du siège passager arrière.
Reese : Mademoiselle Morgan. (Il ferme la porte arrière.) Tâchez d’être prudente.
Zoe Morgan : (S’en allant vers la rue en face.) Ça, n’y comptez pas trop. Vous avez mon numéro.
 
SÉQUENCES – Trottoir Zone 5EstCaméra D13 heures 25 minutes 10 secondes ; Balcon 5FCaméra rue 613 heures 25 minutes 32 secondes
Zoe passe devant les caméras de vidéosurveillance.
Revenir en haut Aller en bas
 
Script VF - 1X06 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème de Lecture pour mon Script T_T
» 1x06 - Dalek (Dalek)
» problème de découpe écriture script
» Textes inédits des Brontë
» Un script pour le Finder

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Series of Interest :: Person of Interest :: Scripts :: Saison 1-
Sauter vers: