Series of Interest
Bienvenue sur
Series of interest


Si vous rencontrez un problème pour vous connecter ou vous inscrire, vous pouvez nous contacter, nous répondrons aussi vite que possible.
Series of Interest
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Bienvenue dans l'univers de toutes les séries
 
AccueilAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Clé de licence Windows 10 PRO à 2,99 € (version téléchargeable)
2.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Script VF - 1X23 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
carine79
Personne influente
carine79


Script VF - 1X23 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Empty
MessageSujet: Script VF - 1X23 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Script VF - 1X23 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb I_icon_minitimeDim 19 Juil - 18:25

Finch : On vous surveille. Le gouvernement possède un dispositif secret : une Machine. Elle vous espionne jour et nuit, sans relâche. Je le sais parce que c’est moi qui l’ait créée. Je l’avais conçue pour prévenir des actes de terrorisme, mais la Machine voit tout, tous les crimes impliquant des citoyens ordinaires, tels que vous. Des crimes dont le gouvernement se désintéresse. Alors, j’ai décidé d’agir à sa place. Mais il me fallait un associé, quelqu’un capable d’intervenir sur le terrain. Traqués par les autorités, nous travaillons dans l’ombre, jamais vous ne nous trouverez. Mais victime ou criminel, si votre numéro apparaît, nous, nous vous trouverons.
 
SÉQUENCES – NYPDVue de la merCaméra37717 mai 201222 heures 35 minutes 03 secondes ; EntréeCaméra 0117 mai 201222 heures 36 minutes 43 secondes
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Joss CarterSoirée
Le téléphone portable de Joss se met à sonner.
Carter : Laissez-moi deviner, je dois annuler mon dîner de ce soir.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Finch : Notre ami commun a besoin d’aide lieutenant, il est au sud de Manhattan.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Joss CarterSoirée
Carter : J’irai le rejoindre dès que j’aurais terminé ici.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Finch : Pardonnez-moi d’insister, mais c’est urgent lieutenant. Ça ne peut pas attendre. (Il coupe la communication.)
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Joss CarterSoirée
Joss prend son arme de service dans le tiroir, prend son manteau et s’en va mais elle est interpellée par l’agent Donnelly.
Donnelly : Carter, venez avec moi, tout de suite.
Carter : Euh mais, j’avais quelque chose…
Donnelly : Non, plus maintenant.
 
SÉQUENCES – Hélicoptère 4122 heures 51 minutes 30 secondes ; 8ème étageCaméra du balcon23 heures 01 minutes 32 secondes
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBISoirée
Donnelly : J’ai toujours eu la ferme conviction que tout criminels, aussi malin soit-il, finit toujours par faire un faux pas.
Carter : Vous voulez bien me dire ce qu’il se passe.
Donnelly : (Regardant une vidéo sur un écran géant venant du centre d’images en temps réel.) L’homme en costume. On le tient. (John se trouve avec une femme en train de s’échapper.)
 
SÉQUENCE – Centre d’images en temps réelCaméra 0823 heures 02 minutes 27 secondes
Le temps remonte de 23 heures 02 minutes le 17 mai 2012 au 15 mai 2012 à 6 heures 10 minutes
 
SÉQUENCES – Angle de la 32ème et 9èmeSud-OuestCaméra 0315 mai 2012 - 06 heures 10 minutes 24 secondes ; Sud-EstCaméra 15 15 mai 201206 heures minutes 37 secondes
Reese : Bonjour, Finch.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Finch : Monsieur Reese, qu’est-ce que vous faisiez ?
Reese : J’ai essayé de corrompre Fusco.
Finch : Est-il besoin de lui forcer la main ?
Reese : Je l’encourage à montrer de l’ambition, à gravir les échelons à la DRH.
Finch : Ça va devoir attendre, nous avons un nouveau numéro. (Il appose la photo d’une femme sur la vitre.) Caroline Turing.
Reese : (La regardant.) Oh, elle est bien plus jolie que Fusco.
Finch : Et beaucoup plus discrète. Elle gère soigneusement les informations de son profil en ligne.
Reese : Elle aurait quelque chose à cacher ?
Finch : Plein de choses, certainement. Elle est psychologue.
 
SÉQUENCE – EntréeCaméra B7 heures 47 minutes 28 secondes
La femme a, a priori, connaissance de la Machine car elle a un carré jaune autour d’elle.
Finch : (Hors cadre ; pendant que John la surveille en la suivant.) D’après ce que je sais, elle est spécialisée dans la clientèle haut de gamme, le genre à insister sur la discrétion. Rapprochez-vous d’elle pendant que je poursuis les recherches, tâchez de savoir d’où vient la menace.
Reese : (Hors cadre ; pendant que Turing entre dans une boulangerie.) La menace vient peut-être d’elle-même.
Finch : (Hors cadre.) Je suis sûr que vous en aurez le cœur net.
 
EXTÉRIEUR – Près d’une boulangerieMatinée
John clone le téléphone de Caroline pendant qu’elle est, elle-même sur son téléphone.)
Batista : Je vous écoute.
Caroline Turing : Désolée, euh, (via le téléphone.) un double macchiato s’il vous plaît.
 
SÉQUENCE – 33ème ruePoste 1087 heures 58 minutes 55 secondes ; Angle de la 37ème et de la 2èmeNord-OuestCaméra 018 heures 14 minutes 29 secondes
Le téléphone de John se met à sonner.
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Reese : (Pendant qu’il surveille toujours Turing.) Oui, Lionel.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans une pièceMatinée
Fusco : Je vais bientôt rencontrer quelques pontes de la DRH.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Reese : Je suis content pour toi.
Fusco : (Au téléphone.) Je croyais que tu voulais être là. On pourrait arrêter ces salauds.
Reese : (Devant le bâtiment d’où est entrée Caroline et qui se trouve être son lieu de travail.) Chaque chose en son temps.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans une pièceMatinée
Fusco : (À voix basse.) C’est moi qui risque gros dans l’histoire. (Pendant que Joss regarde vers Lionel.) En plus, je suis dans le collimateur de Carter, il faut qu’on en finisse.
 
EXTÉRIEUR – Dans une alléeMatinée
Reese : C’est ce qu’on va faire, quand je le déciderai.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans une pièceMatinée
Reese : (Au téléphone.) En attendant, je veux…
 
EXTÉRIEUR – Sur une terrasseMatinée
Reese : …que tu enquêtes sur quelqu’un d’autre. (Surveillant Turing avec son appareil photo.) Caroline Turing. Je t’envoie sa photo. Appelle-moi dès que tu as du nouveau.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans une pièceMatinée
Lionel raccroche et reçoit aussitôt la photo de Turing et Joss regarde vers Lionel.
 
EXTÉRIEUR – Sur une terrasseMatinée
Caroline Turing : (Via un micro.) Vous pensez que je ne vous comprends pas.
Hans Friedrickson : (Via un micro.) Oui, tout juste.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringMatinée
Hans Friedrickson : Vous m’envoyez des signaux, vous me faites dire ce que je n’ai pas dit. Et je suis inquiet à propos des secrets que je vous ai confiés. (Voulant prendre un bloc-notes et un stylo.) Je croyais qu’on était d’accord, pas de notes.
Caroline Turing : C’est vrai, désolée, une sale manie.
Hans Friedrickson : Les choses que je vous aie dites…
 
EXTÉRIEUR – Sur une terrasseMatinée
Hans Friedrickson : (Via un micro.) … si quelqu’un les apprenait, cela poserait un gros problème…
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringMatinée
Hans Friedrickson : Vous comprenez ?
Caroline Turing : Pour qui, Hans, vous ou moi ?
Hans Friedrickson : Pour nous deux. Vous me comprenez maintenant ?
 
SÉQUENCE – Hélicoptère de la police 1212 heures 01 minutes 23 secondes ; EntréeCaméra C12 heures 03 minutes 59 secondes
INTÉRIEUR – Dans un restaurantJournée
Lionel et Simmons entre dans un restaurant et vont rejoindre un groupe d’hommes faisant partie de la DRH.
Simmons : Conseiller Larsson, lieutenant Romano, capitaine Lewis, voici le lieutenant Fusco.
Lieutenant Romano : Hmm. Il paraît que vous avez les mains sales, Fusco ?
Capitaine Lewis : Les mains sales ? J’ai entendu dire qu’il était pourri jusqu’à la moelle.
Conseiller Larsson : Ouais, parce qu’à partir de maintenant les élus municipaux et procureurs ne tolèrent plus la moindre malversation au sein des forces de police. (Il regarde vers Fusco.) Qu’avez-vous à dire pour votre défense ?
Fusco : Bah, en fait, je ne sais pas, euh…
Les trois hommes se mettent à rire. Lionel est désormais soulagé.
Conseiller Larsson : (Montrant la chaise.) Allez, assez d’amabilités. On a quoi au planning ? (Lionel et Simmons s’assoient.)
Lieutenant Romano : Ah, on a un contrat. Un type plein aux as qui a un problème, il voudrait être blanchi. La méthode, c’est votre affaire. (Passant un dossier.) La seule contrainte, c’est d’agir vite. Il faudra bien choisir vos tireurs.
Simmons : Ils sont tous très sûrs. Fusco veillera au grain du côté de la Criminelle, au cas où il y aurait des questions.
Fusco : Si je dois veiller au grain, il faut que j’en sache plus.
Simmons : Non, inutile. La question, c’est est-ce que le client est fiable ?
Lieutenant Romano : J’ai confiance en son pognon. Il l’a déjà mis de côté. (Donnant une enveloppe à Simmons.) D’ailleurs, j’ai un premier acompte pour couvrir les frais.
Simmons ouvre le dossier et voit une photo d’une femme que Lionel tente de regarder discrètement. Il comprend que c’est la psychologue dont John a donné la mission de faire des recherches : Caroline Turing.
 
EXTÉRIEUR – Sur une terrasseJournée
Caroline Turing : (Via un micro ; alors qu’elle se lève.) Je suis désolée mais si voulez que je vous aide…
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringJournée
Caroline Turing : …il faut me faire confiance. (Notant quelque chose sur un papier.) Or, c’est loin d’être le cas. Je vais vous adresser à un autre thérapeute.
Hans Friedrickson : (Se levant.) Vous me virez, c’est ça ?
 
EXTÉRIEUR – Sur une terrasseJournée
Caroline Turing : (Via un micro ; pendant que John les surveille avec son appareil photo.) Non, je reconnais que j’ai échoué. Je me vire moi-même.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringJournée
Caroline Turing : Vous avez des problèmes à résoudre et vous devez pouvoir en parler librement.
 
EXTÉRIEUR – Sur une terrasseJournée
Reese : (Activant son oreillette.) Finch, est-ce que vous écoutez ça ?
Finch : (Au téléphone.) Apparemment, certains patients de mademoiselle Turing sont du genre collant.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringJournée
Hans Friedrickson : Je vous ai tout dit. Je me suis mis à nu devant vous.
Caroline Turing : Ce sera mieux pour vous. (Donnant un bout de papier.) Croyez-moi.
 
EXTÉRIEUR – Sur une terrasseJournée
Friedrickson prend le papier et semble s’en aller. John, prenant des photos, prend son téléphone qui s’est mis à sonner.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rue - Journée
Reese : (Au téléphone.) Quoi encore ?
Fusco : Content aussi de t’entendre. Je les ai vus, les chefs de la DRH.
Reese : Alors, c’était comment ?
Lionel voit de loin les trois hommes avec Simmons.
 
EXTÉRIEUR – Sur une terrasseJournée
Reese : Apéritif et petits fours ?
Fusco : (Au téléphone.) Non, c’était sérieux.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rue - Journée
Fusco : Un projet de meurtre sur commande.
 
EXTÉRIEUR – Sur une terrasseJournée
Reese : Et tu connais la cible ?
 
EXTÉRIEUR – Dans la rue - Journée
Fusco : Oui, je la connais. Toi aussi.
 
EXTÉRIEUR – Sur une terrasseJournée
Fusco : (Au téléphone) C’est la psy sur laquelle tu voulais des infos. Dans quarante-huit heures, elle sera morte.
John regarde vers Caroline Turing, comprenant qu’il faut la protéger.
 
SÉQUENCE – Portes ACaméra15 heures 33 minutes 55 secondes
INTÉRIEUR – Dans un couloir menant au bureau de Caroline TuringJournée
Finch : (Au téléphone ; pendant que John met une caméra.) Il y a une caméra à détection de mouvement dans le thermostat. Nous aurons une image de tous les patients…
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Finch : …qui entreront ou sortiront du bureau de mademoiselle Turing. (Les images de la caméra s’affichent sur son ordinateur.) On devrait pouvoir identifier rapidement les plus suspects d’entre eux. À mon avis, c’est l’un d’eux qui a engagé la DRH pour la faire taire.
 
INTÉRIEUR – Dans un couloir menant au bureau de Caroline TuringJournée
Quelqu’un appelle l’ascenseur, Harold pouvant désormais voir les images.
Reese : Le tout est de savoir…
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Reese : …qui ? (L’ordinateur d’Harold fait un scan en essayant de trouver qui se trouve dans le couloir.) En attendant d’avoir la réponse, il va falloir que je reste aussi près que possible de Turing.
Finch : Je suis d’accord. Il est temps de vous pencher sur certains de vos problèmes, monsieur Reese.
Reese : (Regardant vers la caméra.) Problèmes ?
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringJournée
Caroline Turing : Dites-moi, que faites-vous dans la vie, monsieur… ?
Reese : Rooney. Je suis, je suis, consultant. C’est compliqué, pas vraiment important.
 
EXTÉRIEUR – Près de la voiture d’Harold FinchJournée
Caroline Turing : (Via un micro.) Je n’en suis pas si sûre. Il n’est pas rare que la profession de mes patients soit au cœur de leurs préoccupations.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringJournée
Reese : On m’a dit que je pouvais compter sur votre discrétion.
Caroline Turing : Mes patients sont attachés à leur vie privée. Je respecte ça. C’est une chose que je protège en toutes circonstances.
 
EXTÉRIEUR – Près de la voiture d’Harold FinchJournée
Finch : Voilà quelqu’un avec qui je m’entendrai.
Caroline Turing : Alors…
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringJournée
Caroline Turing :… pourquoi êtes-vous en quête d’une thérapie ?
Reese : Vous pouvez fermer les rideaux ?
Caroline Turing : Bien sûr, si ça peut vous mettre à l’aise. (Elle utilise un boîtier pour fermer les rideaux.) Vous voulez peut-être boire quelque chose ?
Reese : Un verre d’eau, s’il vous plaît. Merci.
Il en profite pour prendre des photos de l’agenda de Turing.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchJournée
Finch : (Recevant les pages de l’agenda sur son ordinateur.) Apparemment, c’est son agenda mais elle ne note que les initiales de ses clients.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringJournée
Finch : (Au téléphone.) Cette femme est prudente.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchJournée
Finch : (Alors que son téléphone s’est mis à sonner.) Oui, lieutenant, du nouveau sur les finances du conseiller Larsson ?
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de CarterJournée
Carter : Il a fait un dépôt à sa banque cette semaine d’un montant de 500 000 dollars. (Affichant un chèque ainsi qu’une page sur la biographie de Larsson sur le site du conseil de la ville de New York.) Jolie somme pour un fonctionnaire.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchJournée
Finch : On sait d’où vient l’argent ?
Carter : (Au téléphone ; pendant qu’Harold voit descendre d’une voiture Simmons.) Un compte fiduciaire tenu dans la même banque fait état…
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de CarterJournée
Carter : …d’un déboursement du même montant ce jour-là.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchJournée
Finch : Envoyez-moi le numéro de compte, je me charge du reste.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de CarterJournée
Carter : Dans quelle sale affaire le conseiller est-il impliqué ?
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchJournée
Finch : (Regardant Simmons parler avec un homme et lui montre le dossier où se trouve la photo de Turing.) Meurtre commandité, lieutenant. La DRH étend ses activités. On reste en contacte. (Il raccroche, pendant que les deux hommes se séparent, et que Carter en fait autant de son côté.)
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringJournée
Caroline Turing : Dites-moi, qu’est-ce que vous vous êtes fixé comme objectif ?
Reese : Comme objectif ?
Caroline Turing : Oui, quel est le but de votre visite ? Il me semble que vous êtes un peu nerveux en ce moment.
Reese : Ah oui, qu’est-ce qui vous fait dire ça ?
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchJournée
Caroline Turing : (Via un micro.) Votre langage corporel.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringJournée
Caroline Turing : Les rideaux fermés, vous n’aimez pas les fenêtres, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que vous redoutez ?
Reese : C’est amusant, j’allais vous poser la même question.
Caroline Turing : Moi ?
Reese : Vous avez un bouton d’alarme installé sous votre bureau, c’est récent ? Vous avez peur de quelqu’un ?
Caroline Turing : Vous êtes très observateur. Hypervigilant. Attentif à ce qui vous entoure.
Reese : En d’autres termes, je suis paranoïaque.
Caroline Turing : C’est ce que vous pensez ? Personnellement, je pensais à autre chose. Ancien militaire ?
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchJournée
Finch : Soyez très prudent, monsieur Reese.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringJournée
Reese : C’est donc si flagrant ?
Caroline : (Se mettant à sourire.) Oui, c’est, ça tient à la façon dont vous êtes entré dans la pièce, dont vous vous êtes assis, face à la porte. Vous voyez le monde autrement que la plupart des gens, n’est-ce pas ?
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchJournée
Caroline Turing : (Via un micro.) Une menace à chaque coin de rue.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringJournée
Caroline Turing : Est-ce que vous ressentez le besoin de protéger un peu tout le monde ? De sauver des vies ?
Finch : (Au téléphone.) Choisissez bien vos mots, on ne peut laisser personne découvrir ce que nous faisons.
 
SÉQUENCES – Angle de la 22ème et de la 9èmeSud-OuestCaméra 0212 heures 40 minutes 29 secondes ; Sud-EstCaméra 1012 heures 41 minutes 33 secondes
Harold sort par une allée et part par une grille. Il est photographié de loin par Alicia Corwin, qui a trouvé sa planque, la bibliothèque.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : Monsieur Reese, j’ai réussi à consulter le fameux compte bancaire qui alimente la DRH.
 
INTÉRIEUR – Dans une pièceJournée
Reese : (Il scrute Caroline Turing qui se trouve sur la terrasse d’un café, mangeant.) La vraie question c’est qui les engage.
Finch : (Au téléphone.) Impossible de le savoir, l’argent vient de dizaine points de paiement, à travers plusieurs pays.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : Le solde du compte s’élève à 5 millions de dollars.
Reese : Une jolie somme.
Finch : Quelqu’un avec des moyens important veut se débarrasser de Caroline Turing.
 
INTÉRIEUR – Dans une pièceJournée
Finch : (Au téléphone.) J’ai fait appel à une vieille amie pour découvrir qui c’est.
Zoe Morgan : (Arrivant près de John.) Elle est mignonne.
Reese : Bonjour Zoe.
Zoe Morgan : C’est bien que vous vous fassiez aider. Mais je doute qu’il y ait une femme sur cette terre qui puisse vous réparer, John.
Reese : Caroline Turing. Vous la connaissez ?
Zoe Morgan : Non, mais ce n’est sans doute pas dû au hasard. (Elle s’assoit.) En général, après les barmen, c’est aux femmes psy que les hommes aiment le plus souvent se confier, c’est plus facile que de parler à leurs propres femmes. Mais ces hommes-là cherchent la discrétion.
Reese : Vous connaissez certains de ses patients ?
Zoe Morgan : Quelques-uns oui, la liste est longue. (Sortant des photos.) Je l’ai réduite à trois candidats. Hans Friedrickson, l’avocat qui l’a menacée, il est censé être en voyage d’affaires actuellement.
Reese : Ou il a quitté la ville pour avoir un alibi.
Zoe Morgan : Le patient numéro deux : (mettant la photo sur celle de Friedrickson) banquier du nom de Terrence Baxter. Le bruit court qu’il est soupçonné de montage financier frauduleux. Et pour finir, il y a David Sarkesian, un haut fonctionnaire de la ville. On raconte ça et là qu’il couche avec une stagiaire.
Reese : (Voyant Turing en train de boire.) On dirait que notre psy est assise sur une véritable poudrière.
Zoe Morgan : Une situation très lucrative pour qui c’est l’exploiter. Et fatale pour les autres
 
SÉQUENCE – Angle de la 14ème et de la 9ème  - Nord-OuestCaméra 0319 heures 41 minutes 35 secondes ; 40ème étageCaméra 319 heures 42 minutes 33 secondes
Simmons : (Via un micro.) La cible travaille en centre-ville.
EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée
Simmons : (Portant un sac.) En général, elle quitte le bureau très tard. (Hors cadre ; pendant que Turing fait le parcours jusqu’à chez elle.) Elle prend toujours le même chemin. Elle traverse le quartier jusqu’à la station de métro de Fulton Street. La portion qui s’étend sur Pearl Street, c’est la plus sombre. Pas de vitrines, peu de piétons, pas de caméras. (Il entre dans sa voiture ; pendant qu’un des hommes attend tapi dans l’ombre.) Dès qu’elle tourne à ce coin de rue, elle quitte la pleine lumière. C’est là que vous passez à l’action, un vol qui a mal tourné. On retrouvera le sac à main dans une poubelle d’Alphabet City. Et on pensera que l’arme a été jetée dans l’East River. (Hors cadre.) C’est du gâteau.
Homme : On y va. (Hors cadre ; au téléphone.) Elle vient vers toi.
Caroline Turing passe dans une allée là où tout est sombre. Lorsqu’elle veut passer à l’angle de la rue, John arrive.
Reese : (Avec un gobelet à la main.) Bonsoir, docteur.
Caroline Turing : (Surprise.) John, je, euh. (Les deux hommes comprennent que l’un d’eux ne pourra plus s’en prendre à  elle.) Qu’est-ce que vous faites ici ?
Reese : Ce n’est pas le moment idéal pour se promener.
Caroline Turing : Écoutez, John, ce n’est pas bien ce que vous faites. Vous étiez en train de vous suivre ?
Reese : Laissez-moi vous appeler un taxi.
Caroline Turing : C’est à ça que je veux venir, à la séance d’aujourd’hui. (John se retourne.) Vous croyez qu’il y a une menace à chaque coin de rue mais, ce n’est pas vrai John. Il n’y a pas de grand méchant loup. Vous n’êtes plus chargé de protéger la nation. Et j’ai l’habitude de faire ce trajet à pied, ma station de métro est vraiment juste là. Tout va bien. Je n’ai rien à craindre. Rentrez chez vous. Et essayez de dormir un peu.
Reese : D’accord.
Caroline Turing : On se voit demain.
Turing continue son chemin pendant qu’un homme, un couteau à la main, s’apprête à la rejoindre pour la tuer. Un autre homme la suit par derrière, une arme à la main, prêt à tirer. Mais John arrive, le frappant contre une barre. L’autre homme tire vers John mais ce dernier riposte en tirant dans les genoux.
Reese : (Prenant Turing par le bras.) Venez, on s’en va.
 
SÉQUENCES – Angle de Beaver et WilliamNord-OuestCaméra 0122 heure 18 minutes 22 secondes ; Fenêtre FSécurité22 heures 18 minutes 24 secondes ; Sortie arrièreCaméra 422 heures 18 minutes 26 secondes
Policier : Coups de feu entre Fulton et Pearl Street. Plusieurs unités sont sur place.
EXTÉRIEUR – Dans une rueSoirée
Caroline Turing : (En ayant peur.) Qui sont ces hommes ? Pourquoi ils vous ont tiré dessus ?
Reese : Parce que je me tenais devant vous.
Caroline Turing : Ils voulaient me tuer ?
Reese : (Voyant Turing aller vers une voiture de police.) Ne faites pas ça.
Caroline Turing : Pourquoi ?
Reese : Les types qui en ont après vous sont des flics, impossible de savoir si cela sont de mèche avec eux. (Faisant marche arrière.) Venez.
 
SÉQUENCE – Sur le toitCaméra Nord22 heures 33 minutes 07 secondes
Simmons : C’est moi, vous vous êtes occupé de la psy ?
Homme : Pas encore.
INTÉRIEUR – Dans la voiture de SimmonsSoirée
Simmons : Ne dites pas qu’à vous cinq vous ne faites pas le poids.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée
Homme : Un type a surgi de nulle part, super vite.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de SimmonsSoirée
Homme : (Au téléphone.) Il a tiré dans les jambes de Mandell.
Simmons : Laisse-moi deviner, un grand en costume. Est-ce que la femme a eu le temps de vous voir ?
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée
Homme : Ouais.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de SimmonsSoirée
Simmons : Alors, ça mon pote, ce n’est pas une bonne nouvelle.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée
Simmons : (Au téléphone.) Faites le nécessaire parce que de notre côté…
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de SimmonsSoirée
Simmons : …jamais on ne vous laissera tranquille avec ce que vous savez.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée
Simmons : (Au téléphone.) Tuez-les.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de SimmonsSoirée
Simmons : Sinon, c’est moi qui vous tuerai.
 
SÉQUENCE – RéceptionPorte ACaméra 222 heures 34 minutes 44 secondes
John et Caroline Turing entrent dans la réception de l’hôtel, deux carrés jaunes autour d’eux
INTÉRIEUR – Dans un hôtelSoirée
Caroline Turing : Qu’est-ce qu’on vient faire ici ?
Reese : On a besoin d’un endroit pour se cacher, faut la saisir. (À la réceptionniste.) Bonsoir.
Réceptionniste : Bonsoir.
Reese : On voudrait une chambre.
Réceptionniste : La seule chambre disponible c’est la suite nuptiale. Le tarif est de 3 000 dollars la nuit.
Reese : (Montrant une carte de crédit.) On la prend.
Caroline voit que John a la main ensanglantée. Un des tueurs passent devant l’hôtel, Turing et John tentent de se cacher puis s’en vont en direction de la chambre.
SÉQUENCE – RéceptionPorte ACaméra 222 heures 35 minutes 55 secondes
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Finch : Je cherche un moyen de vous faire sortir de là, monsieur Reese.
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelSoirée
Reese : (Appelant l’ascenseur.) J’apprécie votre aide, la situation est un peu tendue.
Caroline Turing : Génial, maintenant vous entendez des voix.
Reese : Pas vraiment, c’est un ami, un ami vraiment plein de talents et de ressources.
Ils entrent dans l’ascenseur.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de CarterSoirée
Carter : (Alors que son téléphone se met à sonner.) Laissez-moi deviner, je dois annuler mon dîner de ce soir.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Finch : Notre ami commun a besoin d’aide, lieutenant, il est au sud de Manhattan.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de CarterSoirée
Carter : Eh bien, j’irais le rejoindre dès que j’aurai terminé ici.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Finch : Pardonnez-moi d’insister, mais c’est urgent lieutenant. Ça ne peut pas attendre. (Il coupe la communication.)
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de CarterSoirée
Joss prend son arme de service dans son tiroir, prend son manteau et commence à partir mais elle est interpellée par l’agent Donnelly.
Donnelly : Carter, venez avec moi, tout de suite.
Carter : Oh, mais j’ai quelque chose…
Donnelly : Non, plus maintenant.
SÉQUENCE – Box 0822 heures 37 minutes 52 secondes
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelDans la chambre nuptialeSoirée
Caroline donne une serviette à John pour qu’il puisse soigner sa blessure.
Caroline Turing : (Visiblement choquée.) Je ne comprends rien à tout ça. Qui peut vouloir me tuer ?
Reese : Je comptais sur vous pour me le dire. Quelqu’un qui a les moyens d’engager une équipe pour se débarrasser de vous. Ça pourrait être un de vos patients ?
Caroline Turing : Oui, quasiment tous.
Reese : La seule façon d’échapper à ces chiens, c’est de savoir à qui ils obéissent.
Caroline Turing : (S’asseyant sur le lit.) Je ne peux pas réfléchir, je ne peux pas bouger. (De plus en plus bouleversée.) C’est sûrement la panique qui fait ça.
Reese : (Donnant une boîte.) Tenez, du chocolat.
Caroline Turing : Vous croyez que ça va favoriser la montée d’adrénaline dont j’ai besoin.
Reese : Non, mais ceux-là sont très bons.
Caroline Turing : Mais qui êtes-vous.
Reese : Disons que moi aussi j’aide les gens à faire face à leurs problèmes. (Il s’abaisse pour être à la même hauteur que Caroline.) Je suis simplement un peu plus… percutant. (Mettant sa main sur celle de Turing.) Je vous promets, je vous préviendrais quand il sera temps de paniquer.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Soirée
Donnelly : Carter, voici le lieutenant Sagan de la police de New York. Vous voulez bien expliquer ce que vous faites ?
Sagan : (Regardant les images sur l’écran géant.) Ces images ont été prises il y a une heure et demie. On sait qu’il y a eu des coups de feu. Puis il a pris la fuite avec cette jeune femme, certainement une otage. (Carter regarde vers le policier, sachant très bien que ce n’est pas ça.) On les a perdus après ça. Mais on est quasiment sûr qu’ils sont toujours dans ce périmètre.
Donnelly : Les six pâtés de maison les plus surveillés du monde. C’est une chasse à l’homme fédérale.
Carter : (Ayant vu Lionel assis en face d’elle.) Ça m’étonne de te voir ici, Fusco.
Fusco : Hmm. J’aime être dans le feu de l’action.
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelDans la chambre nuptialeSoirée
Reese : (Rejoignant Caroline qui se trouve sur la terrasse.) Est-ce que ça va ?
Caroline Turing : Ça va mieux.
Des sirènes de véhicules de police se font entendre. Il s’agit des hommes de la DRH.
Reese : J’ai besoin d’aide, Finch. La DRH sait où on est. On a deux-trois minutes avant qu’ils ne trouvent notre chambre.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Finch : Donc, descendre n’est certainement pas une option. (Regardant les plans de l’immeuble.) Je vais voir ça.
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelDans la chambre nuptialeSoirée
Finch : (Au téléphone.) Ça y est, je crois que j’ai trouvé quelque chose…
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Finch : (Regardant la page sur son écran.) Le précédent occupant de la suite nuptiale vient d’être arrêté pour évasion fiscale, mais le fisc n’a pas encore saisi tout ce qu’il possède.
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelDans la chambre nuptialeSoirée
Reese : Et quel rapport avec nous ?
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Finch : Vous savez bien voler des voitures alors pourquoi pas des hélicoptères. (Il regarde l’image d’un toit pouvant servir d’atterrissage à un hélicoptère.)
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelDans la chambre nuptialeSoirée
Reese : Je n’ai pas piloté depuis longtemps, je risque d’être un peu rouillé.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Finch : L’avantage c’est que si ça ne vous revient pas, la chute sera courte.
Revenir en haut Aller en bas
carine79
Personne influente
carine79


Script VF - 1X23 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Empty
MessageSujet: Re: Script VF - 1X23 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Script VF - 1X23 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb I_icon_minitimeDim 19 Juil - 18:27

INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Homme : (Au téléphone.) Entendu, oui, oui, on a l’image, oui, c’est parfait. Tu peux envoyer la deux maintenant. Fais agrandir ça. (Des images où l’on voit John et Caroline apparaissent. Donnelly s’en aperçoit.)
Donnelly : Attendez, attendez, revenez. C’est eux là.
Sagan : Dites à nos hommes de converger vers cet hôtel.
Donnelly : Euh, avec tout mon respect lieutenant, la police va se tenir à l’écart. (À un agent à côté de lui.) Envoyez nos équipes.
Homme : Oui, monsieur.
 
SÉQUENCE – 45ème étageHall BCaméra 15 heures 21 minutes 22 secondes
INTÉRIEUR – Dans un hôtelNuit
John et Caroline partent vers un couloir, passant devant une caméra de vidéosurveillance. Des hommes armés sortent d’un ascenseur et se dirigent vers la suite nuptiale. Ils rentrent à l’intérieur mais voient qu’il n’y a plus personne.
Homme : Les escaliers, maintenant.
John et Caroline sont dans un couloir et se dirigent vers les escaliers, qu’ils prennent. Les hommes les suivent
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelDans les escaliersNuit
Caroline Turing : Votre volonté de me sauver, c’est pour vous racheter de ne pas avoir sauvé quelqu’un d’autre ?
Reese : Je croyais qu’on en avait terminé avec la thérapie.
Caroline Turing : Ça me distrait un peu de discuter de vos problèmes.
Reese : Qui a dit que j’avais des problèmes ?
Caroline Turing : Donc, la réponse est oui.
Reese : (Entendant un bruit au loin.) Attendez. J’entends un hélicoptère.
Caroline Turing : Ce n’est pas ce qu’on voulait.
Reese : Si, mais je ne l’ai pas encore volé. (Ils redescendent les escaliers.)
Caroline Turing : Hey.
 
EXTÉRIEUR – Sur le toit de l’hôtelNuit
Homme : L’hélicoptère privé est toujours là, on se pose sur le toit de l’hôtel.
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelDans les escaliersNuit
Reese : Suivez-moi, on change de plan.
Des hommes du FBI se mettent à descendre les escaliers.
Caroline Turing : (Commençant à paniquer.) Vous disais que vous me diriez quand céder à la panique. Je suppose que c’est le moment.
 
SÉQUENCE – ToitCaméra E5 heures 24 minutes 37 secondes
Homme : (À la radio.) Contrôle du système de vidéosurveillance de l’hôtel…
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Homme : … effective dans trois, deux, un.
Toutes les caméras de vidéosurveillance se trouvent sur l’écran désormais.
Donnelly : (Au téléphone.) Fouillez tous les étages, je le veux vivant. (Pendant qu’il regarde ses hommes descendre les escaliers, Carter se trouve à côté de lui, inquiète.
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelDans les escaliersNuit
Caroline Turing : (En panique, elle descend vite les escaliers avec John.) Qui c’est là-haut ?
Reese : Le FBI.
Caroline Turing : Eux aussi ils veulent me tuer ?
Reese : Non, en fait, c’est moi qu’ils veulent.
Caroline Turing : Quoi ?
Reese : Finch, j’ai besoin de votre aide.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Finch : Oui, j’y travaille.
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelDans les escaliersNuit
Finch : (Au téléphone.) Monsieur Reese.
Reese : (Faisant patienter Turing.) Quoi ?
Finch : (Au téléphone.) Allez jusqu’à…
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Finch : …l’ascenseur de service à l’angle nord-ouest du bâtiment. Descendez au parking, niveau moins 4. Il y a un ancien tunnel de service qui mène à l’usine de traitement…
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelDans les escaliersNuit
Finch : (Au téléphone.)… des eaux, près du port. Je vous récupère là-bas.
John regarde vers le couloir pour voir s’il n’y a personne et emmène Caroline avec lui.
Caroline Turing : D’accord.
 
EXTÉRIEUR – Près de la bibliothèqueNuit
Harold sort de la bibliothèque. Alicia Corwin, au loin, l’a vu et se dirige vers celle-ci.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Carter reçoit un message sur son portable « Ils sont au 45ème et ont besoin de vous ». Elle se dirige vers un ordinateur et voit l’image d’un couloir où se trouvent John et Caroline. Joss envoie un message à John pour le prévenir en disant « Faites vite demi-tour ».
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelDans un couloirNuit
John, ayant reçu le message, s’arrête.
Reese : Venez.
 
SÉQUENCE – 45ème étageEscaliers FCaméra 25 heures 26 minutes 03 secondes
Les hommes du FBI entrent dans le couloir du 45ème étage.
INTÉRIEUR – Dans un hôtelDans un couloirNuit
John et Caroline continuent leur chemin et arrivent à fausser compagnie au FBI en se cachant dans une partie du couloir. Pendant ce temps, Joss, voyant les images, lui envoie un message « Allez-y »
Reese : Allons-y.
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelDans le parkingNuit
Homme : Mes hommes se rapprochent mais il y a une complication. Les fédéraux.
Simmons : Ils ne sont pas là pour Turing, ce qu’ils veulent, c’est le tireur. On va les descendre tous les deux.
Homme : Ah ouais, comment on va s’y prendre, ils sont absolument partout.
Simmons : On a un gars à l’intérieur qui va nous dire où ils sont et s’occuper des caméras. Les fédéraux croient qu’il a pris Turing en otage. C’est un cinglé, un ex des Forces Spéciales. Il résistera jusqu’au bout. (À un autre homme.) Tu as le matos ? (L’homme ouvre le coffre de la voiture.)
Lulick : (Montrant le matériel pour faire une bombe.) On a de quoi creuser un trou jusqu’en Chine.
Simmons : On va le coincer et faire sauter l’étage. Les autres croiront que c’était lui. Faut foutre le bordel. (Il s’en va pendant que les hommes déchargent le matériel.)
 
SÉQUENCE – Angle de la 36ème et de la 2èmeNord-EstCaméra 035 heures 28 minutes 02 secondes
Finch : (Via un micro.) Mademoiselle Morgan, vous avez trouvé qui a engagé la DRH pour tuer Turing.
Zoe Morgan : Non, pas encore.
 
EXTÉRIEUR – Dans une rueNuit
Zoe Morgan : Mais j’ai espionné l’assistante de Hans Friedrickson. Il s’avère qu’il est réellement parti en voyage d’affaires.
Finch : (Au téléphone.) Ben alors, qui est l’homme qui menace Turing ?
Zoe Morgan : Je le saurais bientôt. (À Friedrickson qui sort de son domicile.) Il faut qu’on parle.
Jimmy White : Bien sûr, avec plaisir.
Zoe Morgan : J’ai pisté votre téléphone. Et j’ai découvert, Hans, qu’il était enregistré au nom d’un petit truand du nom de Jimmy White, un escroc à la petite semaine, quelques brefs séjours en prison. Et entre nous, vous faire passer pour un procureur. (En rigolant.) Ce n’était quand même pas une bonne idée.
Jimmy White : C’était juste un boulot. Ils m’ont forcé à prétendre que j’étais ce type, Hans et à menacer la psy.
Zoe Morgan : Qui vous a forcé ?
Jimmy White : Je n’en sais rien. Je vous jure que je n’en sais rien. Tout s’est passé par e-mail, ils avaient… des moyens de pression. Ils savaient tout sur moi.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Alicia Corwin a fini par entrer dans la bibliothèque en brisant le cadenas de la grille. Elle désactive l’alarme et entre dans la pièce principale. Elle voit la vitre où se trouve la photo de Caroline Turing, regarde l’écran d’ordinateur où il faut un mot de passe. Elle scrute tous les tableaux où se trouvent toutes les personnes qui ont eu besoin d’aide et comprend ce qu’il fait.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Carter surveille du coin de l’œil l’agent Donnelly pendant qu’elle regarde la caméra où se trouvent John et Caroline et voit qu’ils s’approchent de l’asenceur.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans un couloir près d’un ascenseurNuit
John appuie sur le bouton pour ouvrir l’ascenseur et ainsi descendre.
Reese : On est dans l’ascenseur de service.
 
SÉQUENCE – 20ème étageCaméra ouest5 heures 29 minutes 58 secondes
Finch : (Via un micro.) Content de le savoir. Je vous rappelle dès que je suis sur place.
 
EXTÉRIEUR – Sur le toit d’un immeubleNuit
Finch : (Au téléphone.) Mademoiselle Morgan, êtes-vous en mesure de me dire qui a engagé la DRH ?
Zoe Morgan : Non.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit
Zoe Morgan : Mais une chose est sûre…
 
SÉQUENCE – TrottoirSécurité B5 heures 30 minutes 14 secondes
Zoe Morgan : (Via un micro.) …quelqu’un a payé Hans pour être le patient de Turing. Je retourne à son bureau pour voir si je peux dénicher autre chose. Et Harold…
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit
Zoe Morgan : …faites attention, je n’aimerai pas qu’il arrive quelque chose à notre ami commun.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans l’ascenseur de serviceNuit
John et Caroline descendent toujours dans l’ascenseur.
SÉQUENCE – 24ème étageEscaliers BCaméra 15 heures 30 minutes 26 secondes
Homme : (Via un micro.) On me dit qu’ils sont dans l’ascenseur de service, on peut les cueillir au 25ème.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans le couloir du 25ème étageNuit
Les hommes entrent dans le couloir et vont vers l’ascenseur et l’un d’entre eux appuie sur le bouton pour appeler l’ascenseur.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Joss voit les hommes sur l’écran de  l’ordinateur. Elle observe également Lionel qui envoie un message sur son téléphone. Elle se met à l’écart et envoie également un message à John pour le prévenir.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans l’ascenseur de serviceNuit
John reçoit le message de Carter : « La DRH est au 25ème. Stoppez l’ascenseur maintenant ». Ils sont au 27ème. John appuie sur le bouton du 26 pour l’arrêter.
Caroline Turing : Qu’est-ce que vous faites ?
Reese : Ils ont appelé l’ascenseur à l’étage du dessous. (Ils sortent du 26ème étage et appuie sur le bouton d’alerte.)
Caroline Turing : Les types qui en ont après vous ou ceux qui en ont après moi ?
Reese : Ouvrez le panneau de sécurité, essayez de créer un court-circuit pour qu’on passe en commande manuelle. On pourra alors descendre sans s’arrêter. (Turing fait ce que John lui a dit de faire.)
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans le couloir du 25ème étageNuit
Simmons : (À la radio.) Ils ont arrêté l’ascenseur au 26ème. Placez les charges dans l’escalier et débarrassez-vous d’eux.
Homme : On y va. (Les hommes quittent l’ascenseur.)
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans l’ascenseur de serviceNuit
Caroline Turing : (Tentant toujours de provoquer un court-circuit.) Je crois que je vous dois des excuses.
Reese : (Près du couloir.) À quel sujet ?
Caroline Turing : Je vous ai pris pour un paranoïaque.
Reese : On peut très bien être paranoïaque et avoir réellement un tueur à ses trousses.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans le couloir du 25ème étageNuit
Les hommes passent en-dessous de l’endroit où se trouve l’ascenseur.
Caroline Turing : Je n’arrive pas à provoquer le court-circuit. Ça ne marche pas.
Reese : Essayez encore.
L’homme sort de la mallette le matériel pour provoquer une explosion.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Donnelly regarde toujours les images des caméras de vidéosurveillance. Il trouve une image où John se trouve près d’un couloir.
Donnelly : Cette fois, on le tient. Dites à nos hommes de sortir au 27ème, qu’ils descendent au 26ème par l’escalier B.
Homme : Oui, monsieur.
Joss envoie un message à John « Le FBI est au 27ème ».
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans l’escalier du 27ème étageNuit
Les hommes du FBI descendent l’escalier pendant que les hommes de la DRH mettent les explosifs au plafond.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans le couloir du 26ème étageNuit
Simmons : Le FBI se rapproche…
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelPrès de l’entréeNuit
Simmons : On en est où, les gars ?
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans le couloir du 26ème étageNuit
Homme : Prêts à passer à l’action, patron.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelPrès de l’entréeNuit
Simmons : Très bien, attendez mon signal.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans le couloir du 26ème étageNuit
Les hommes quittent l’endroit pendant que le FBI descend toujours les escaliers.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Homme : Je sais, mais pour l’instant, c’est ça.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans l’ascenseur de serviceNuit
John reçoit un nouveau « message de Joss « Ils arrivent maintenant ».
Reese : C’est trop tard. Restez derrière moi, je vais les retenir aussi longtemps que possible.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans les escaliers du 26ème étageNuit
Les hommes du FBI sont prêts à ouvrir la porte du 26ème étage.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Donnelly : (Au téléphone.) Préparez-vous à intervenir. Il est armé mais je le veux vivant autant que possible, c’est clair. Attendez mon signal.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans le couloir du 25ème étageNuit
Homme : (Attendant dans les escaliers le compte à rebours.) On vous écoute, Simmons.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelPrès de l’entréeNuit
Simmons : Cinq.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans l’ascenseur de serviceNuit
Reese : (Activant son oreillette.) On est pris au piège, Harold.
 
EXTÉRIEUR – Sur le toit d’un immeubleNuit
Harold tente de pirater la ligne téléphonique.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelPrès de l’entréeNuit
Simmons : Quatre.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans l’ascenseur de serviceNuit
Reese : J’espère qu’il vous reste quelques cartes à jouer.
 
EXTÉRIEUR – Sur le toit d’un immeubleNuit
Finch : Une ou deux.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans le couloir du 25ème étageNuit
Simmons : (Via la radio ; un homme est prêt à appuyer sur le bouton.) Trois.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI
Carter a l’air d’être très inquiète pour John.
 
EXTÉRIEUR – Sur le toit d’un immeubleNuit
Harold continue son piratage.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelPrès de l’entréeNuit
Simmons : Deux.
 
EXTÉRIEUR – Sur le toit d’un immeubleNuit
Harold a activé la ligne de secours.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Un bruit sourd se fait entendre.
Donnelly : (Au téléphone.) Donnez l’assaut maintenant.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelPrès de l’entréeNuit
Simmons : On y va.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans l’ascenseur de serviceNuit
John semble attendre les hommes du FBI.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelPrès de l’entréeNuit
Simmons : Vous m’entendez ?
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans le couloir du 25ème étageNuit
Homme : Simmons ? (Un bruit sourd se fait entendre, la communication est impossible.)
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelPrès de l’entréeNuit
Simmons regarde son téléphone, ne comprenant pas ce qu’il se passe.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Donnelly : (Au téléphone.) J’ai dit, donnez l’assaut.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelPrès du couloir du 26ème étageNuit
Les hommes du FBI entendent aussi un bruit sourd.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Donnelly : (Au téléphone.) Bon sang, passez à l’action, vous allez les perdre.
Homme : Plus de réseau.
Femme : Tout est en panne, on n’a plus rien.
Carter regarde autour d’elle, ne comprenant pas ce qu’il se passe.
Donnelly : Qu’est-ce qu’il se passe ?
Policier : Euh, chef, les communications sont coupées.
Donnelly : Quelles communications ?
Policier : Eh bien, toutes.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans le couloir du 25ème étageNuit
Homme : Je n’ai plus rien.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans l’ascenseur de serviceNuit
Caroline Turing : (Ayant réussi à provoquer un court-circuit.) Ça y est.
John entre dans l’ascenseur et se mettent à descendre.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Donnelly : Bon sang, qu’est-ce qu’il se passe ?
Policier : Euh, toutes les antennes relais au sud de Canal Street sont en panne. Elles étaient reliées à un système de contrôle mis en place par la sécurité intérieure en cas d’urgence. (Lionel continue d’envoyer des messages sur son portable et s’en va. Carter s’en aperçoit.) Quelqu’un l’a piraté. Les antennes sont sur liste blanche, seuls les numéros autorisés ont accès au réseau et ça concerne et bien, un seul numéro.
Donnelly : Le numéro de qui ?
 
EXTÉRIEUR – Sur le toit d’un immeubleNuit
Harold appelle John.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans l’ascenseur de serviceNuit
Finch : (Au téléphone.) Je crois que vous m’entendez toujours, monsieur Reese.
Reese : Il faut que je vous dise, Harold, ça commence à faire un bout de temps qu’on travaille ensemble, mais vous continuez à me surprendre.
Finch : (Au téléphone.) Vous de même, monsieur Reese.
 
EXTÉRIEUR – Sur le toit d’un immeubleNuit
Finch : Vous devez avoir un certain avantage sur vos adversaires, maintenant.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Donnelly : Contactez l’équipe sur un réseau filaire, nom d’un chien.
Policier : Attendez, il fait quoi ce type ? (Ils voient Simmons près d’un boîtier électrique.)
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelPrès de l’entréeNuit
Simmons se tourne, ouvre la vitre et coupe les caméras.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Donnelly : (Voyant l’écran éteint.) OK, on va sur place, tout de suite.
Joss est toujours en train de suivre Lionel.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans l’ascenseur de serviceNuit
Le téléphone de John se met à sonner.
Reese : Merci pour votre aide, Carter.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBI - Nuit
Carter : Quelqu’un informe la DRH de vos agissements, je vais m’en occuper.
Joss entre dans les toilettes pour hommes et scrute le dessous des toilettes pour trouver Fusco.
Fusco : (À voix basse.) Il n’y a pas de flics sur Pearl Street, vous pouvez les diriger par là. (Joss ouvre la porte et braque son arme contre Lionel, qui s’en rend compte.) Et qu’est-ce qu’il te prend ?
Carter : Raccroche et donne-moi ce téléphone. (Elle prend le téléphone de Lionel.) Allez, maintenant sort de là.
Fusco : (Sortant des toilettes.) Je ne comprends pas, il y a sûrement un malentendu.
Carter : (Braquant toujours Lionel.) Non, tout est clair, c’est parfait. Tu es de mèche avec la DRH, à qui tu parlais ?
Fusco : Ça ne te regarde pas et toi là, qu’est-ce que tu fais ?
Carter : La DRH, tu les guides, tu es leurs yeux et leurs oreilles.
Fusco : Écoute Carter, je suis infiltré à l’intérieur de la DRH. Je suis en mission.
Carter : Pour qui, le FBI ? Les affaires internes ? Où est la paperasserie, Fusco.
Fusco : Il n’y a pas, c’est non officiel. Écoute, j’ai fait des erreurs, c’est vrai. De grosses erreurs, mais maintenant c’est différent, j’essaie d’aider les gens. Il faut que tu me croies.
Carter : Je veux des réponses, et tout de suite.
Fusco : (Après une pause, ne sachant pas quoi dire, préfère dire la vérité.) Le type en costume.
Carter : Qu’est-ce que tu dis ?
Fusco : L’homme en costume que tu pourchasses depuis des mois. (Joss baisse son arme.) Je sais, ça paraît incroyable, mais il peut deviner que des gens ont des problèmes. Et il les aide. Lui, un autre type et moi par moments.
Carter : (Un peu secoué, elle se met sur le bord du lavabo.) Cet autre type, décris-le-moi.
Fusco : Il a une tête de prof, il est mince, euh, il a des lunettes, un beau vocabulaire. C’est à lui que je parlais quand tu m’as interrompu.
Le téléphone de Joss se met à sonner.
Carter : Il va falloir vous expliquer, Finch.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit
Finch : Allô, bonsoir lieutenant, je comprends que vous vous posiez des questions, malheureusement, on a peu de temps.
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBIDans les toilettes - Nuit
Finch : (Au téléphone.) Je me dirige vers le sud de Manhattan pour aider notre ami, je vous suggère d’en faire autant.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit
Finch : John appréciera l’aide que vous lui apporterez, je n’ai aucun doute là-dessus. (Il raccroche.)
 
INTÉRIEUR – Dans un centre d’opération secrète du FBIDans les toilettes - Nuit
Carter : Quel enfoiré, ce mec. (Rangeant son arme dans son étui.) Si ce n’est pas toi la taupe, alors c’est qui ?
Fusco : Je sais qui c’est, ne t’en fait pas, je connais tous les membres de la DRH. On règle cette histoire et on les fait tous tomber.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans l’ascenseur de serviceNuit
John sort de l’ascenseur avec Caroline. Il est sur ses gardes en pointant l’arme au cas où. Ils passent par un couloir souterrain.
Caroline Turing : Et maintenant ?
Reese : L’entrée du tunnel de service est ici, il mène à l’extérieur du périmètre. Mon ami nous rejoint là-bas. (Regardant vers la voiture.) Attendez une seconde. (Il force le coffre et en sort des armes et voit aussi les explosifs.
 
SÉQUENCE EN ACCÉLÉRÉE – NYPDVue de la merCaméra 6045 heures 36 minutes 29 secondes – 5 heures 43 minutes 27 secondes
EXTÉRIEUR – Près de l’entrée d’un souterrainMatinée
Harold arrive devant la porte où doivent leur rejoindre John et Caroline.
 
SÉQUENCE – Accès 14Caméra 25 heures 43 minutes 29 secondes
Finch : Monsieur Reese, je suis arrivé.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans un souterrainMatinée
John force une porte et va dans un couloir où se trouve une porte coulissante. Il l’ouvre et laisse passer Caroline pour qu’elle puisse descendre.
Reese : Ça débouche près d’une usine de traitement des eaux. Continuez jusqu’à ce que vous trouviez mon ami. Je vais les retenir, foncez.
Caroline Turing : John, merci. (Elle descend et suit le chemin.)
Reese : (À Harold.) Turing se dirige vers vous.
Simmons se met à tirer et John riposte.
Reese : Je vais être retenu ici un moment. (Il continue de tirer sur les hommes de la DRH.)
 
EXTÉRIEUR – Près de l’entrée d’un souterrainMatinée
Finch : (Activant son oreillette.) J’irai la mettre en sécurité et je reviendrais vous chercher, John.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans un souterrainMatinée
Les coups de feu n’arrêtent pas de pleuvoir des deux côtés.
 
EXTÉRIEUR – Près de l’entrée d’un souterrainMatinée
C’est à ce moment-là qu’Alicia Corwin entre dans la voiture et menace Harold avec une arme. Harold prend peur.
Alicia Corwin : Harold Finch, je présume ?
 
SÉQUENCE – Accès 14Caméra 25 heures 44 minutes 28 secondes
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchMatinée
Alicia Corwin : Vous êtes un homme difficile à trouver, Harold.
Finch : J’ignore qui…
Alicia Corwin : Laissez tomber, on s’est déjà rencontré, vous vous rappelez. Nathan vous a présenté comme son technicien. Il avait tendance à sous-estimer les gens.
Finch : Qu’attendez-vous de moi, Alicia ?
Alicia Corwin : Rien de compliqué. Vous avez créé Dieu, alors maintenant, vous allez m’aider à le détruire.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans un parkingMatinée
John essaie de se défendre comme il peut mais des deux côtés, ils tirent toujours.
Simmons : Par ici !
Homme : Ça y est, on le tient.
John s’est réfugié derrière un muret mais n’a plus de munitions. Même le pistolet n’est plus chargé.
Simmons : Je crois bien que c’est cuit, mon pote.
Reese : (À voix basse.) Je ne suis pas sûr.
Simmons est prêt à rejoindre John qui a désormais un couteau comme seul défense. Mais c’est à ce moment-là qu’une voiture arrive. C’est Lionel et Joss. Ces derniers tirent vers les assaillants et Simmons, les faisant fuir.
Fusco : (En criant.) Amène-toi !
John saute au-dessus d’un grillage et monte dans la voiture. Les hommes de la DRH vont vers la leur.
Homme : Dans la voiture !
Le véhicule des hommes partent en premier, suivi par celle de Joss. Simmons se retrouve tout seul.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchMatinée
Alicia Corwin : Avant la mort de Nathan, avant que la Machine infernale ne le tue, j’avais vu que quelque chose le rongeais. L’éthique de ce qu’il était en train de créer. Je croyais que c’était la source d’un conflit personnel, mais en réalité il se battait contre vous. Il avait compris, n’est-ce pas ? L’orgueil, la vanité d’avoir créé quelque chose d’aussi puissant que la Machine. (En pleurant.) Je la sens là, en ce moment.
 
SÉQUENCE – Accès 14Caméra 25 heures 46 minutes 35 secondes
Alicia Corwin : Elle nous observe, elle nous écoute.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchMatinée
Alicia Corwin : Il n’y a aucun moyen de lui échapper. Je suis si fatiguée de fuir.
Finch : J’ai fait des erreurs. Mais créer la Machine n’en était pas une. Ce n’est pas la Machine que vous fuyez, Alicia. Ce n’est pas elle qui a tué Nathan. Ce que vous fuyez en réalité, ce sont des gens. Des gens que l’on croyait, vous et moi, dignes de confiance.
Alicia Corwin : Vous avez raison. C’est une chance pour vous que je vous ai trouvé avant eux.
 
INTÉRIEUR – Près du bureau de Caroline TuringMatinée
Zoe Morgan force la porte du bureau de Caroline Turing.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Une course-poursuite s’engage entre la voiture des hommes de la DRH et la voiture de Joss, les sirènes en route.
INTÉRIEUR – Dans la voiture de Joss CarterMatinée
Carter : Pourquoi vous ne nous aviez pas dit que l’on travaillait tous les deux pour vous ?
Reese : Pour vous protéger.
Fusco : Pour nous protéger ? J’ai frôlé la mort à cause de vous, faudrait peut-être commencer à nous faire confiance.
La voiture zig-zague en évitant les véhicules alentour.
Reese : La confiance, c’est compliqué, Lionel. Par exemple, là je suis dans une voiture avec un policier qui a tenté de m’assassiner et un autre qui a passé six mois a essayé de m’arrêter. (Pendant qu’ils continuent à éviter les véhicules. John prend un boîtier.) Alors ne m’en veuillez pas si je choisis de faire les choses l’une après l’autre. Ralentissez, Carter.
Carter : Vous plaisantez, ces types savent qu’ils vont prendre perpète, ils tueront tous ceux qui leur barreront la route.
Reese : (Un détonateur dans les mains.) Je m’en occupe. Faites-moi confiance.
Joss ralenti et laisse filé l’autre voiture. John appuie sur le bouton et la voiture explose, elle fait des tonneaux. Cela choque Joss et Lionel, la voiture arrêtée, et se tournent vers lui.
Reese : (Tranquillement.) Eh bien, il faudra qu’on aille se boire un verre ensemble un de ces quatre. C’est moi qui régale. (John quitte la voiture et va vers une rue.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringMatinée
Zoe regarde le bureau de Caroline et voit un cadre avec la photo d’un homme. Elle prend cette photo et se rend compte qu’il s’agit d’une publicité. Elle utilise également son portable et se rend compte, grâce à un compte bancaire, que c’est Caroline Turing qui a payé ses assassins. Zoe n’a pas le temps de tout voir car l’ordinateur se brouille et s’éteint.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchMatinée
Alicia Corwin : (Braquant toujours son arme vers Harold.) Est-ce que vous avez idée de ce qu’une personne mal intentionnée pourrait vous faire si elle savait à quoi vous avez accès ? Vous imaginez le chaos que cela pourrait engendrer.
Finch : Une personne mal intentionnée ? (Sûr de lui.) C’est vous qui avez engagée des flics corrompus pour qu’ils cherchent à tuer une innocente et tout ça dans l’unique but de me retrouver.
Alicia Corwin : Je ne sais pas du tout de quoi vous parlez ?
Finch : (En colère.) La Machine, vous savez comment elle fonctionne, la liste non pertinente, vous saviez que l’on obtiendrait le numéro de Turing si vous la mettiez en danger.
Alicia Corwin : (En pleurs.) Quelle liste non pertinente ? Je n’ai usé d’aucun stratagème, je vous ai suivi durant des semaines. (Un coup de feu retenti et c’est Caroline Turing qui tue d’une balle dans la tête Alicia Corwin, rendant de peur Harold.
Caroline Turing : (Se mettant à l’arrière.) Ah, j’ai bien cru qu’elle ne se tairait jamais.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringMatinée
Zoe voit que l’ordinateur efface automatiquement tous les fichiers existants et un nom apparaît : Root.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchMatinée
Root : Je suis ravie de faire enfin votre connaissance, Harold. (Le menaçant avec une arme.) Vous pouvez m’appeler Root.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Le téléphone de John se met à sonner.
Zoe Morgan : (Au téléphone.) C’était un piège, John.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringMatinée
Zoe Morgan : Turing n’est pas celle qu’on croit.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Reese : Comment ça ?
Zoe Morgan : Son bureau, sa vie, tout est faux.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringMatinée
Zoe Morgan : J’ai vu ses relevés de compte. C’est elle qui a engagé la DRH. Elle a mis un contrat sur elle-même.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Zoe Morgan : (Au téléphone.) Elle devait connaître votre mode de fonctionnement.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau de Caroline TuringMatinée
Zoe Morgan : Savoir que vous viendriez si ça vie était en danger. Elle voulait simplement vous faire sortir du bois.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Reese : Celui qu’elle vise, ce n’est pas moi, c’est Harold qu’elle veut.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’Harold FinchMatinée
Finch : (Se tournant vers Root.) C’est vous-même qui avez engagé la DRH. Vous avez mis votre propre vie en jeu dans le seul but de me rencontrer.
Root : (En souriant.) J’ai suivi une fois une formation dans une entreprise, j’avais fait du chantage au directeur, toute une histoire, bref, on nous a fait faire un exercice qui s’appelle « la chute en confiance ». Il s’agit de fermer les yeux, de se laisser tomber et d’attendre que quelqu’un vous rattrape. Je savais que vous ne me laisseriez pas tomber. Détendez-vous, nous avons des centaines, des milliers de choses à nous dire vous et moi.
 
SÉQUENCES – Weather CamAH3636 heures 03 minutes 29 secondes ; JetéeCaméra C6 heures 04 minutes 12 secondes ; 60ème étageCaméra 36 heures 05 minutes 24 secondes
EXTÉRIEUR – Près du souterrain - Matinée
John se retrouve à l’endroit où était la voiture d’Harold mais cette dernière a disparu et par la même Harold et Root. Il trouve Alicia Corwin, allongée au sol, tuée d’une balle dans la tête. Il s’abaisse vers elle.
 
INTÉRIEUR – Dans l’hôtelDans le parkingMatinée
L’agent Donnelly reçoit sur son téléphone les photos de ceux qui font partie de la DRH.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Fusco - Matinée
Lionel regarde la page où il a envoyé un mail pour signaler les hommes de la DRH, il se met à sourire et regarde vers Carter, maintenant qu’ils savent qu’ils vont travailler ensemble.
 
Dans le centre d’opération du FBI, Sagan et plusieurs autres personnes sont arrêtées.
SÉQUENCE – Sortie de garageCaméra D11 heures 20 minutes 55 secondes
Simmons sort et rejoint sa voiture, se sentant désormais seul.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
John est retourné à la bibliothèque désormais vide, ne sachant pas comment faire pour retrouver Harold.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Désormais à la recherche d’Harold, il se rend vers une caméra de vidéosurveillance.
 
SÉQUENCE – Angle de la 49ème et 6èmeCaméra 0112 heures 04 minutes 43 secondes
La Machine écoute ce que lui dit John, son atout.
Reese : Sa vie est en danger parce qu’il travaillait pour toi. Alors, tu vas m’aider à le sortir de là.
Elle évalue les options.
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Un téléphone d’une cabine téléphonique se met à sonner. John prend le combiné.
Revenir en haut Aller en bas
 
Script VF - 1X23 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème de Lecture pour mon Script T_T
» problème de découpe écriture script
» Textes inédits des Brontë
» Un script pour le Finder
» [TUTO]Script V6 Supercharger pour Android - Optimisation Ram et Multitâche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Series of Interest :: Person of Interest :: Scripts :: Saison 1-
Sauter vers: