Series of Interest
Bienvenue sur
Series of interest


Si vous rencontrez un problème pour vous connecter ou vous inscrire, vous pouvez nous contacter, nous répondrons aussi vite que possible.
Series of Interest
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Bienvenue dans l'univers de toutes les séries
 
AccueilAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Script VF - 1X18 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
carine79
Personne influente
carine79


Script VF - 1X18 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Empty
MessageSujet: Script VF - 1X18 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Script VF - 1X18 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb I_icon_minitimeDim 19 Juil - 15:30

Finch : On vous surveille. Le gouvernement possède un dispositif secret : une Machine. Elle vous espionne jour et nuit, sans relâche. Je le sais parce que c’est moi qui l’ait créée. Je l’avais conçue pour prévenir des actes de terrorisme, mais la Machine voit tout, tous les crimes impliquant des citoyens ordinaires, tels que vous. Des crimes dont le gouvernement se désintéresse. Alors, j’ai décidé d’agir à sa place. Mais il me fallait un associé, quelqu’un capable d’intervenir sur le terrain. Traqués par les autorités, nous travaillons dans l’ombre. Jamais vous ne nous trouverez. Mais victime ou criminel, si votre numéro apparaît, nous, nous vous trouverons.
 
SÉQUENCES – Haut du toitVue du ciel 046 heures 51 minutes 27 secondes ; 15FIntersectionCaméra6 heures 53 minutes 20 secondes ; 40ème étageVue du pont6 heures 55 minutes 22 secondesSud-EstCaméra 126 heures 56 minutes 03 secondes
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
John arrive avec des beignets et deux gobelets.
Finch : (Le voyant arriver.) Belle journée, monsieur Reese.
Reese : Si vous le dites.
Finch : (Pendant que John lui donne la boîte.) Qu’est-ce qu’il y a là-dedans ? Des petits gâteaux ?
Reese : Si les beignets sont des gâteaux, alors oui. (Pendant qu’Harold prend un beignet.) Bon, qu’est-ce qu’on a ?
Finch : Pas grand-chose, malheureusement. Je n’ai jamais vu un numéro pour lequel on dispose de si peu d’information digitale. (Harold se met à manger le beignet.)
Reese : (S’asseyant.) Même pas de photos ?
Finch : Tous les new-yorkais n’ont pas un permis de conduire, monsieur Reese. Les trois premiers chiffres nous laissent supposer que Jordan Hester est venu au monde en Géorgie.
Reese : Ah, c’est sûr qu’avec ça, je vais tout de suite le reconnaître.
Finch : Ou la reconnaître, impossible de déterminer le sexe. Jordan Hester n’est pas sur le net, aucune photo en ligne, aucune inscription à des réseaux sociaux.
Reese : Je n’ai jamais compris comment les gens pouvaient mettre leurs infos personnelles en ligne. Ceci dit, ça a bien facilité notre tâche à la CIA. (Buvant son gobelet.)
Finch : Bien sûr, pourquoi les ai créés à votre avis.
Reese : (En se levant.) Vous êtes en train de me dire que c’est vous qui avait créé les réseaux sociaux sur Internet ?
Finch : (S’asseyant à son poste de travail.) Il manquait des informations à la Machine pour établir des recoupements, (affichant les résultats de gens sur un réseau social) associer les gens entre eux. Le gouvernement tentait de le faire depuis des années mais finalement, les gens sont très heureux de le faire d’eux-mêmes. Les réseaux sociaux sont également devenus très rentables. Hélas, cette Jordan Hester semble être d’une nature plus prudente que la plupart. Mais j’ai réussi à avoir l’état de ses finances.
Reese : (Regardant les documents affichés sur la vitre.) D’après ce que je vois, il ou elle a tout en double. Deux comptes bancaires, deux appartements, deux factures téléphoniques.
Finch : Je déteste faire ça mais si je devais hasarder une hypothèse, je dirais qu’on est en face d’une personne qui mène une double vie.
Reese : Tout seul, je n’y arriverais pas. (Prenant le manteau d’Harold et le lui donne.) Allez, Finch, il est temps de prendre l’air. (Utilisant son téléphone portable.) J’appelle Carter pour savoir si notre homme ou notre femme a déjà un casier.
Finch : Vous croyez que c’est une bonne idée ? À l’heure qui l’est, le lieutenant Carter ne vous porte pas vraiment dans son cœur.
 
EXTÉRIEUR – Dans une rueJournée
Joss Carter regarde son téléphone et voit que c’est John qui l’appelle. Elle raccroche et le range. Elle passe sous la balise jaune et rejoint Turney.
Turney : Je n’en crois mes yeux, le lieutenant Carter qui vient enquêter sur une vraie affaire de meurtre. Tu en as eu marre de courir après ton fantôme ?
Carter : C’est quoi le programme.
Turney : Ah, un homme type afro-américain, 17 ans, il était mort à notre arrivée, grâce au petit génie là devant toi.
Homme : (Se faisant arrêter.) C’est bon, doucement.
Policier : Vas-y, avance.
Turney : Ces deux gars se disputaient la même fille.
Femme : (Au jeune ; en pleurant.) Tu l’as tué.
Turney : Mais l’enquête est déjà bouclée et le type a avoué.
Carter : Et il a dit pourquoi il l’avait tué ?
Turney : Il a dit, mot pour mot, « qu’est-ce que je pouvais faire d’autre » et il ajoutait que tout ça, c’était notre faute.
Carter : Ah ouais, et pourquoi ?
Turney : Parce qu’on n’était pas là pour l’en empêcher.
Carter : (Alors que son téléphone se remet à sonner.) Juste une seconde.
Turney : Je t’en prie.
Joss voit que c’est un appel masqué, elle décide de ne pas y répondre.
Femme : (Au policier ; pendant qu’un drap blanc est mis sur le corps de la victime ; elle pleure.) J’ai essayé de l’arrêter mais il n’a jamais voulu m’écouter.
 
SÉQUENCES – Trottoir 4HCaméra 37 heures 24 minutes 33 secondes ; XwalkCaméra 028 heures 16 minutes 41 secondes ; MonumentCaméra 58 heures 17 minutes 21 secondes ; Trottoir ouestCaméra 68 heures 18 minutes 06 secondes
 
EXTÉRIEUR – Près de l’appartement de Jordan Hester 1Matinée
Finch : (Au téléphone.) Je suis devant son immeuble dans Greenwich Village. Vous êtes à celui de Brooklyn ?
Reese : Ouais.
 
EXTÉRIEUR – Près de l’appartement de Jordan Hester 2Matinée
Finch : Est-ce que vous avez aperçu Jordan Hester ?
Reese : (Au téléphone.) Il faudrait déjà que je sache…
 
EXTÉRIEUR – Près de l’appartement de Jordan Hester 1Matinée
Reese : ...à quoi il ou elle ressemble.
 
EXTÉRIEUR – Près de l’appartement de Jordan Hester 2Matinée
Harold attend qu’une résidente s’approche de la porte de l’immeuble pour pouvoir y entrer.
Finch : (Passant devant la femme.) Bonjour, merci, merci infiniment.
 
EXTÉRIEUR – Près de l’appartement de Jordan Hester 1Matinée
Reese : (Forçant la porte d’entrée.) Le dernier entré paye le déjeuner.
Finch : (Au téléphone.) Je mangerai bien indien.
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Matinée
Finch : Des nouvelles du lieutenant Carter ?
Reese : (Au téléphone.) Elle ne répond toujours pas. Si c’est vous, ça marchera peut-être.
Finch : Ce n’est pas avec vous que le lieutenant a un problème, (il utilise son portable pour trouver le code d’accès de la porte) c’est avec vos méthodes. (Ouvrant la porte.) Ou nos méthodes. (Entrant dans l’appartement.) Sans parler du fait que vous avez livré un témoin placé sous sa protection, ce qui a failli coûter la vie d’un policier.
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 1Matinée
Reese : Personne n’est parfait.
Finch : (Au téléphone.) Tout ça est très bohême.
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Matinée
Finch : (Voyant les fleurs et la bibliothèque.) Hester pourrait être artiste ou écrivain. Il n’y a aucune photo.
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 1Matinée
Finch : (Au téléphone.) Et de votre côté ?
Reese : Eh bien, c’est plutôt spartiate. Un matelas, un bureau, un banc de muscu, c’est à peu près tout.
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Matinée
Finch : (Regardant dans les affaires.) Peut-être qu’il s’agit de son bureau ?
Reese : (Au téléphone.) Aussi loin de son domicile ?
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 1Matinée
Reese : (Trouvant une liasse de billets dans un tiroir.) J’ai trouvé un rouleau de billets avec ses initiales dessus.
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Matinée
Harold regarde les enveloppes où se trouve le nom de Jordan Hester puis les repose.
Reese : (Au téléphone ; pendant qu’Harold prend l’ordinateur d’Hester.) Mais ce sont des petites coupures. Je fouille sa corbeille à papiers, il y a des tickets de caisse.
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 1Matinée
Reese : (Regardant le ticket de caisse.) « The Hammer ‘n’ Nail », c’est le nom d’un pub à deux pas d’ici. Il mentionne une remise faite aux employés. Les billets sont peut-être des pourboires.
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Matinée
Reese : (Au téléphone.) Je vais aller voir au pub.
Finch : (S’asseyant sur une chaise et ouvre l’ordinateur d’Hester.) Mais s’il vit et travaille à Brooklyn, à quoi sert cet appartement ?
 
SÉQUENCES – Angle de Morton et HudsonNord-OuestCaméra 048 heures 52 minutes 09 secondes ; EntréeSécurité B8 heures 54 minutes 54 secondes
John passe devant la caméra de vidéosurveillance de l’entrée du pub.
 
INTÉRIEUR – Dans un pubJournée
Maggie : (Voyant John.) Ah, qu’est-ce que je vous sers ?
Reese : Une pression, ce que vous avez.
Maggie : Hester, qu’est-ce que tu fous, tu en mets un temps. (Pendant qu’elle sert John, Jordan Hester arrive avec deux cartons dans les bras.)
Jordan Hester 1 : Ils étaient planqués sous un tas d’autres cartons.
Reese : Finch, j’ai Hester devant les yeux. Il travaille comme commis.
Finch : (Au téléphone.) Commis ?
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Matinée
Finch : (Copiant les fichiers de l’ordinateur.) Mais comment il peut payer le loyer de deux appartements ?
Jordan Hester 2 : (Hors cadre.) Merci beaucoup. C’est beaucoup plus lourd que ce que je pensais.
Gene : Ouais.
Harold se précipite dans le couloir et tente de trouver une cachette, il trouve refuge dans un placard à chaussures.
Jordan Hester 2 : Ça s’est nettement radouci par rapport à hier.
Gene : Ouais, c’est sûr. (Déposant un cadre.) Voilà. Je peux faire autre chose pour vous, mademoiselle Hester ?
Jordan Hester 2 : Non, merci Gene. Et pour la dernière fois, appelez-moi Jordan.
Finch : (En chuchotant.) Monsieur Reese…
Gene : (En partant.) Bonne journée.
Jordan Hester 2 : Merci, à vous aussi.
Finch : …Pour vous Hester est peut-être à portée de vue mais pour moi, elle est à portée d’oreille.
 
INTÉRIEUR – Dans un pubJournée
Reese : Pardon.
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Matinée
Finch : (En chuchotant.) Jordan Hester. (Pendant qu’Hester découpe le film du cadre.) Elle est là, dans son appartement. Il ne s’agit pas d’une personne qui mène une double vie.
 
INTÉRIEUR – Dans un pubJournée
Reese : (Regardant Jordan Hester.) Mais deux personnes qui partagent la même identité.
 
SÉQUENCES – Caméra du balconVue sur la mer11 heures 08 minutes 20 secondes ; Sud-EstCaméra 1011 heures 08 minutes 55 secondes
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Harold arrive à la bibliothèque, trempé des pieds à la tête et John se trouve devant la vitre avec les photos des deux Jordan Hester.
Reese : Content de vous revoir.
Finch : J’imagine que c’est à vous que je dois dire merci pour avoir provoqué l’évacuation de l’immeuble.
Reese : (Donnant une serviette.) Vous devriez plutôt remercier le système anti-incendie.
Finch : Donc, on ne peut toujours pas mettre un visage sur le nom de Jordan Hester. (Il s’essuie la tête avec la serviette.)
Reese : Enfin, on s’est que c’est forcément l’un ou l’autre.
Finch : Deux personnes qui partagent la même identité. (Mettant son manteau sur le porte-manteau.) Mais il ne peut y avoir qu’un seul Hester. (Il met la serviette autour de son cou.) L’un des deux est forcément un imposteur.
Reese : (Pendant qu’Harold s’installe à son bureau.) Et allez savoir lequel.
Finch : Mieux vaut qu’on le découvre vite. Normalement, quand la Machine nous donne un nom, on a en général 24 à 48 heures maximum avant que quelque chose se produise.
Reese : Il n’y aurait pas moyen de retrouver l’acte de naissance correspondant ?
Finch : Les actes de naissance ne se trouve pas en ligne, et la plupart des dossiers médicaux vieux de plus de 20 ans n’ont jamais été numérisés.
Reese : Vous êtes d’accord, on n’est pas face à un vol d’identité classique.
Finch : (Faisant des recherches.) Non, d’habitude, ils piratent votre carte et ils partent faire du shopping, mais là, c’est carrément une vie entière qui a été volée.
Reese : Vous avez trouvé des infos sur le portable de la femme ?
Finch : Des mails, une liste de contacts, rien qui permette de dire si elle est oui ou non Jordan Hester.
Reese : J’ai piraté le téléphone de notre homme et passé en revue ses derniers appels. Il a loué une camionnette la semaine dernière.
Finch : Peut-être s’est-il décidé à acheter des meubles ?
Reese : On ne doit pas les lâchez, l’un comme l’autre, tant qu’on ne saura pas qui est qui.
Finch : (Se tournant vers John.) Nous avons encore besoin de renforts. S’il vous plaît, que celui de vous deux qui est le vrai Jordan Hester se lève.
 
SÉQUENCE – Angle de la 4ème et JaneSud-OuestCaméra 0212 heures 27 minutes 13 secondes
INTÉRIEUR – Dans un barJournée
Reese : Salut, Lionel.
Fusco : (En mangeant.) C’est super comment tu as donné Moretti à Elias.
Reese : J’ai été obligé de le faire.
Fusco : Du coup, tu as la DRH qui s’excite, mais t’inquiète, bientôt je saurais qui sont les mecs qui commandent.
Reese : Si je t’ai fais venir ici, ce n’est pas pour parler de ça. Je veux que tu fasses un truc pour moi. Je veux que tu sortes tout ce que tu peux trouver sur Jordan Hester.
Fusco : Un jour, je suis sensé infiltré la DRH, un autre je dois faire mon boulot de flic, faudrait peut-être savoir.
Reese : Excuse-moi, je ne savais pas que j’avais pour mission de te faciliter la tâche.
Fusco : Flic honnête, flic pourri, après tout ce n’est que ma vie qui est en jeu.
Reese : Sauf que là, s’il y a une vie qui m’intéresse, ce n’est pas la tienne. Quelqu’un a besoin de nous.
Fusco : (Voyant les deux photos des deux Jordan Hester.) C’est lequel ?
Reese : C’est toute la question.
Fusco : (En partant.) Je vais voir ce que je trouve.
 
SÉQUENCE – MTA 57ème rue(F)Sud-Est 214 heures 44 minutes 52 secondes
Reese : Alors, Finch, du côté de votre Hester ?
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Finch : (Suivant Jordan Hester qui est sorti de l’entrée du métro.) Six heures que je la suis, six heures à faire des courses. J’imagine que la prochaine étape sera le bureau de poste.
 
INTÉRIEUR – Dans un barJournée
Reese : Mon Hester, lui, est toujours au travail.
Finch : (Au téléphone.) Je crois qu’on surveille les deux personnes les plus normales de la planète.
Reese : Sauf que l’une d’entre elles n’est pas celle qu’on croit.
Finch : (Au téléphone.) J’ai trouvé quelque chose en regardant d’un peu plus près sa situation bancaire.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Finch : (Suivant toujours Jordan.) La copropriété d’un immeuble de West Side a demandé un rapport de solvabilité. Ça mérite peut-être d’aller voir.
 
INTÉRIEUR – Dans un barJournée
Reese : Vous n’êtes pas en train de me dire qu’il y a un troisième Jordan Hester ?
Finch : (Au téléphone.) Non, je ne pense pas.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Finch : En fait, l’un des deux loue un grand appartement dans l’immeuble. Mais le concierge dit n’avoir jamais rencontré personne. Ça ne nous avance pas.
 
INTÉRIEUR – Dans un barJournée
Reese : Bon, le mien est encore loin d’avoir fini son service. Je vais aller voir.
 
SÉQUENCES – BarCaméra 414 heures 45 minutes 34 secondes ; Trottoir estB14 heures 52 minutes 05 secondes ; EntréeCaméra 1114 heures 53 minutes 21 secondes
John est vu par une caméra de vidéosurveillance puisqu’il a un carré jaune autour de lui.
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Carter : (Voyant les deux photos sur le bureau de Lionel.) On est sur un double homicide ?
Fusco : Non, c’est un service pour un copain qui travaille aux mœurs. Tu as déjà fait des vols d’identités ?
Carter : Ah, oui. À chaque fois, c’est la même chose. Ils disent toujours « c’est pas moi, c’est l’autre ». (Elle et Lionel se mettent à rire.) Franchement, je t’envie de pouvoir aider les gens tant qu’ils sont vivants. (Elle regarde le dossier du jeune homme assassiné.)
Fusco : (Regardant vers Joss.) Ça va toi ?
L’agent Donnelly arrive.
Donnelly : Lieutenant Carter. (Elle se retourne.) Agent spécial Donnelly, nous avons travaillé ensemble sur l’affaire Delancey il y a un mois.
Carter : Ouais, je me souviens. Qu’est-ce qui vous ramène dans nos bureaux ?
Donnelly : C’est pour vous que je suis là.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans une autre pièceJournée
Donnelly dépose le dossier sur l’affaire de l’homme en costume.
Carter : Expliquez-moi.
Donnelly : Il y a quelques mois, vous avez fait une recherche dans le fichier des empreintes.
Carter : On est à la Criminelle, ça n’a rien d’exceptionnel.
Donnelly : Non, sauf que celles-ci ont attiré notre attention. Dans votre rapport, vous parlez de ce suspect comme de l’homme en costume. Nous pensons que c’est ce même homme qui a attaqué mon équipe et kidnappé un suspect placé en détention.
Carter : Un suspect qui, si je me souviens bien, a finalement été déclaré innocent.
Donnelly : Là n’est pas la question, lieutenant. Nos agents estiment que cet homme pourrait être lié à des dizaines d’affaires de meurtres et d’agressions non résolues. La plupart étant survenue à New York lors des six mois. (Montrant les photos.) Une affaire de braquage de banque impliquant d’anciens militaires, la mort d’un ancien membre de la Stasi, le meurtre de dealers, de bande de gang et même de policiers. Vous avez émis l’hypothèse, suite à votre entretien avec cet homme, qu’il avait appartenu à l’armée, peut-être aux forces spéciales.
Carter : Tout ce trouve dans mon rapport.
Donnelly : Non, oh non, tout est loin d’y être. (Rangeant le dossier dans la mallette.) Accordez-moi une heure de votre temps, je veux vous montrer quelque chose.
 
SÉQUENCES – S - Entrée 0315 heures 19 minutes 01 seconde ; SEntrée 0115 heures 19 minutes 03 secondes ; AAscenseur 0215 heures 19 minutes 21 secondes
Reese : (Voulant entrer dans l’immeuble.) Permettez-moi de vous aider.
Femme : Ah, merci jeune homme.
Reese : Je vous en prie.
Il entre dans l’immeuble avec la dame.
Reese : Je vais jeter un œil au troisième appartement.
Finch : (Au téléphone ; pendant que John force la porte de l’appartement.) Cherchez ce qui peut nous indiquer lequel des deux l’a loué.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Finch : Le temps commence à manquer. Nous devons déterminer…
 
INTÉRIEUR – Dans un appartementJournée
Finch : …d’où vient la menace.
Reese : (Voyant tout le matériel stocké dans l’appartement.) Je ne peux pas dire lequel des deux l’a loué mais je sais dans quelle sale affaire il s’est embarqué. Je me trouve au beau milieu d’un labo de MDMA.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Finch : De l’ecstasy ? Vous en êtes sûr ?
 
INTÉRIEUR – Dans un appartementJournée
Reese : Oui, ou alors il faudrait qu’il soit vraiment passionné de chimie.
John est attaqué par un homme mais arrive à le neutraliser.
Reese : J’ai trouvé quelqu’un qui pourra nous renseigner. Mais seulement là, il n’est pas disposé à parler. (Prenant le téléphone, alors que quelqu’un dit « Allô, allô ? ») Je vais bientôt avoir de la visite. (Coupant la communication.) Au revoir.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Harold, qui suit Jordan Hester, passe derrière elle alors qu’elle est en train de regarder des vêtements. Il passe son chemin et s’arrête.
Finch : Au moins, on sait pourquoi notre voleur s’est emparé de l’identité de Hester. On peut fabriquer de la MDMA à partir de produits en vente libre…
 
INTÉRIEUR – Dans un appartementJournée
Finch : (Au téléphone ; pendant que John appaire le téléphone de l’inconnu.)…mais surveillé. Quand on les achète en gros, on attire l’attention des autorités fédérales.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Finch : Mais si on les achète en utilisant le nom d’un autre et bien…
Reese : (Au téléphone.) On lui fait porter le chapeau.
Finch : (Regardant son téléphone où se trouvent des contacts.) On dirait que notre Hester n’est pas le seul à avoir un patron. Je regarde un mail de Jordan.
 
INTÉRIEUR – Dans un appartementJournée
Finch : (Au téléphone ; pendant que John utilise des caisses pour mettre une caméra au-dessus d’une armoire.) Je vois qu’elle travaille dans les antiquités. Elle est peut-être acheteur ou peut-être tient-elle une boutique.
Reese : Jordan ? (Via le micro de la caméra.) Vous l’appelez déjà par son prénom ?
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Finch : Mais non, ce n’est pas ça, seulement j’en ai assez de dire elle ou lui. (Ne la voyant plus, il s’en va.)
 
SÉQUENCE – Weather CamFW10415 heures 50 minutes 03 secondes – 15 heures 50 minutes 58 secondes
Reese : Ça y est, notre petit chimiste vient de se réveiller.
 
INTÉRIEUR – Dans un barJournée
John regarde sur son portable les images en direct du labo grâce à la caméra qu’il a installée.
Hyde : (Relevant l’homme.) Qu’est-ce que tu fous par terre ?
Jekyll : Il y avait un mec dans l’appart, c’est qui m’a sonné.
Hyde : C’est quoi ce délire ? Ton mec, il n’a rien pris.
 
INTÉRIEUR – Dans un appartementJournée
Jekyll : Laisse tombé, on a un plus gros problème, le boss veut nous voir.
Hyde : Quoi, on ne l’a jamais vu en quatre ans. Ça va se passer où le rendez-vous.
Jekyll : Je n’en sais rien du tout mais ce n’est pas bon signe. On se grouille, c’est dans une heure. (Ils s’en vont.)
 
INTÉRIEUR – Dans un barJournée
Reese : (Rangeant son portable.) L’appartement est bien au nom de Hester. J’en conclu que soit le votre, soit le mien est à la tête du trafic, il ne faut surtout pas les lâcher.
Finch : (Au téléphone.) Oh non, je crois bien que je viens de la perdre.
 
SÉQUENCE – EntréeCheckout A15 heures 52 minutes 15 secondes
INTÉRIEUR – Dans une librairieJournée
Harold entre dans la librairie et va vers le fond et prend un livre.
Jordan Hester 2 : Ah, je me demande si de nos jours il serait encore publié. (Il s’agit du livre « Le procès » de Franz Kafka.)
Finch : Moi, je le publierai. En même temps, je déteste attirer l’attention alors.
Jordan Hester 2 : Je ne voulais pas vous déranger, je vous prie de m’excuser.
Finch : Oh, non, il n’y a pas de quoi. (Serrant la main de Tara.) Je m’appelle Harold.
Jordan Hester 2 : Jordan.
Finch : (Alors que son téléphone est en train de sonner.) Vous permettez un instant. (Il se décale pour se mettre au fond.) Pourquoi est-ce que vous m’appelez ?
Reese : (Au téléphone.) Pourquoi est-ce que vous lui parler ?
Finch : Parce que, contrairement à vous, je ne sais pas me rendre invisible, qu’elle est sympathique et qu’elle a d’excellents goûts en matière de littérature.
 
INTÉRIEUR – Dans un barJournée
Reese : Ou elle a vu que vous la suiviez et elle a fait demi-tour pour mieux vous voir. (Voyant Jordan Hester partir.) Finch, le mien s’apprête à partir, peut-être pour rejoindre les deux chimistes. (Il raccroche.)
 
INTÉRIEUR – Dans une librairieJournée
Finch : Je l’ai encore perdue.
 
SÉQUENCE – EntréeCheckout A15 heures 53 minutes 28 secondes
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Harold sort de la librairie et la voit partir mais deux hommes semblent vouloir la suivre.
Finch : Monsieur Reese, comment était le chimiste ? Baraqué, plutôt inquiétant ?
 
EXTÉRIEUR – Dans un autre endroit de la villeJournée
Reese : (Suivant Jordan Hester.) Non, pas du tout.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Finch : Si nous avons pu croire que cette femme était une trafiquante, il se peut que d’autres personnes le croit aussi.
Reese : (Au téléphone.) C’est une possibilité, oui.
 
EXTÉRIEUR – Dans un autre endroit de la villeJournée
Reese : Vous êtes armé ?
Finch : (Au téléphone.) Je vous l’ai déjà dit…
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Finch : Je déteste les armes.
 
EXTÉRIEUR – Dans un autre endroit de la villeJournée
Reese : Alors, il va falloir trouver un moyen de les dissuader. Et le trouver vite. (Voyant les deux hommes rejoindre Jordan Hester.) Parce que je crois avoir trouvé qui est notre imposteur. Ce qui signifie que la femme est en danger.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Harold ferme le parapluie, prend son manteau et court vers l’autre Jordan Hester.)
Finch : Jordan, tu avais laissé ton manteau. (Lui parlant à l’oreille, elle ne comprend pas ce qu’il se passe.) Vous êtes en danger, suivez-moi.
Jordan Hester 2 : Qui sont ces deux hommes ?
Finch : Avancez, ne vous retournez pas. (Les deux hommes hésitent à les suivre.
 
SÉQUENCE – Porte 4Est15 heures 54 minutes 45 secondes
EXTÉRIEUR – Dans un autre endroit de la villeJournée
Hyde : Alors, c’est vous le boss ?
Jordan Hester 1 : Ouais, c’est moi.
Jekyll : C’est pas que je sois méfiant, mais pourquoi on vous rencontre directement ?
Jordan Hester 1 : Les flics sont après nous, on boucle le chargement et on déménage.
Jekyll : On va être à court de safrole.
Jordan Hester 1 : (Ouvrant le camion.) J’avais prévu le coup.
Reese : (Voyant Jordan Hester ouvrir le camion et voit les barils.) Je crois que cette fois, il n’y a plus de doute.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée
Reese : (Au téléphone ; pendant qu’Harold installe la deuxième Jordan Hester dans un taxi.) C’est l’homme le trafiquant.
Finch : Et à cause de lui, la vraie Jordan Hester se retrouve maintenant en danger. (Il entre dans le taxi et le dernier s’en va.)
 
SÉQUENCES EN ACCÉLÉRÉE – Sur le toitVue de la mer16 heures 15 minutes 26 secondes – 16 heures 23 minutes 50 secondes ; Angle de la 23ème et de la 5èmeNord- EstCaméra 0116 heures 32 minutes 18 secondes ; QuartierCaméra 0316 heures 36 minutes 28 secondes
EXTÉRIEUR – Dans un autre endroit de la villeJournée
Jordan Hester 1 : (Sortant les barils de safrole.) Allez, on n’a pas que ça à faire, traînez pas.
Reese : (Son téléphone se met à sonner, il prend l’appel.) Je t’écoute Lionel.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Fusco : Je crois que ton mitonne de l’ecstasy.
 
EXTÉRIEUR – Dans un autre endroit de la villeJournée
Reese : C’est vrai, tu crois ?
Fusco : (Au téléphone.) On l’a arrêté il y a six mois quand un revendeur…
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Fusco : …s’est fait choper.
 
EXTÉRIEUR – Dans un autre endroit de la villeJournée
Fusco : (Au téléphone ; pendant que les hommes montent les barils.) Les stups avaient la preuve qu’il achetait des produits de base, mais comme le revendeur n’a pas pu l’identifié à la présentation des suspects, ils ont dû relâcher Hester. Le revendeur…
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Fusco : …avait juste un nom, il n’avait jamais vu le boss.
 
EXTÉRIEUR – Dans un autre endroit de la villeJournée
Fusco : (Au téléphone ; alors qu’Hester est parti dans la cabine pour prendre un pistolet.) Tu as ce que tu veux.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Fusco : Peut-être que je vais pouvoir faire qu’une seule chose à la fois.
Reese : (Au téléphone.) Pas encore.
 
EXTÉRIEUR – Dans un autre endroit de la villeJournée
Reese : Hester, ou je ne sais pas quel est son nom, fait tout pour cacher sa véritable identité. (Voyant Hester fermant la porte du camion.) Peut-être qu’il irait jusqu’à tuer.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Fusco : (Regardant la photo de la jeune femme.) Il pourrait s’en prendre à la fille ?
Reese : (Au téléphone.) C’est ce que je veux savoir.
 
EXTÉRIEUR – Dans un autre endroit de la villeJournée
Reese : Alors, tu vas devoir trouver comment il a réussi à lui voler son identité.
Revenir en haut Aller en bas
carine79
Personne influente
carine79


Script VF - 1X18 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Empty
MessageSujet: Re: Script VF - 1X18 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Script VF - 1X18 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb I_icon_minitimeDim 19 Juil - 15:33

SÉQUENCES – NYPD Cruiser308DRear16 heures 40 minutes 03 secondes ; 50ème étageBalcon Nord16 heures 40 minutes 22 secondesCôté Place0116 heures 40 minutes 55 secondes
Jordan Hester 2 : Enfin qui était ces types ?
Finch : Je crois que ce sont des trafiquants de drogue et ils vous prennent aussi pour une trafiquante.
Harold et Jordan sortent du taxi et se dirige vers un bar-restaurant.
INTÉRIEUR – Dans un restaurantJournée
Finch : (Pendant que la serveuse donne la carte.) Merci.
Jordan Hester 2 : Alors, le vol d’identité, c’est lui, un trafiquant de drogue ?
Finch : Vous saviez pour le vol d’identité ?
Jordan Hester 2 : Oui, depuis quelques semaines mais, je crois que ça fait des mois que ça dure. Je passe mon temps à appeler ma banque, qui me demande sans cesse de voir avec la police. Et la police me répond que je dois déposer une plainte et appeler ma banque.
Finch : La police n’a jamais accordé la moindre importance à tout ce qui peut être la criminalité en col blanc.
Jordan Hester 2 : Alors, vous n’êtes pas de la police ?
Finch : Pas vraiment. (Sortant une carte de sa poche où s’est noté « Harold Crow – Détective privé ».)
Jordan Hester 2 : Détective privé ?
Finch : Je sais que ça fait très Raymond Chandler, mais la réalité du travail est un peu moins romanesque, je pense. Nous faisons surtout des filatures et puis on photographie.
Jordan Hester 2 : Pourquoi est-ce que vous me suiviez ?
Finch : J’ai été engagé par une autre victime. La police n’a rien fait non plus pour cette personne.
Jordan Hester 2 : Qu’est-ce que je dois faire maintenant ?
Finch : Maintenant ? Respirer à fond et boire votre thé. Quelqu’un est en train de surveiller l’homme qui vous a volé votre identité. Dès que nous aurons assez de preuves contre lui, nous alerterons la police.
 
INTÉRIEUR – Dans un barJournée
Fusco : (Allant à la table où se trouve un homme. Il a un dossier avec lui.) C’est toi Franklin ?
Dez Franklin : J’imagine que tu es Fusco. (Lionel s’assoit.) Lieutenant Dez Franklin, unité de vol d’identité. Je t’écoute.
Fusco : (Montrant le dossier avec la photo de la femme, Jordan Hester.) Jordan Hester, c’est la victime.
Dez Franklin : Un type qui vole l’identité d’une femme ? Je n’avais pas encore vu ça.
Fusco : Il semblerait que ça dure depuis un an.
Dez Franklin : Un an. Alors, le type n’avait pas juste envie de faire les soldes. Il doit servir de son identité pour couvrir une activité criminelle.
Fusco : On pense qu’il fabrique de l’ecsta.
Dez Franklin : Non, sérieux ?
Fusco : Qu’est-ce qu’il y a de si étonnant ?
Dez Franklin : Il y a eu cette affaire, il y a un an, le suspect n’a pas arrêté de dire qu’il était innocent, qu’on lui avait volé son identité.
Fusco : Personne ne l’a cru ?
Dez Franklin : Mon unité voit déjà tomber chaque jour une centaine de nouvelles plaintes, on ne peut pas en plus s’occuper de tous ceux qui se prétendent innocent.
Fusco : On l’a accusé de quoi ?
Dez Franklin : Fabrication d’ecstasy avec intention de revendre. Kyle Morrison. Il doit toujours être en taule. (Voyant une serveuse en train d’utiliser une carte de crédit de manière frauduleuse.) C’est là que je te quitte. (Il va vers la jeune femme et montre sa plaque.) Lieutenant Franklin, je peux vous parler d’une série de vols d’identité bancaire.
Lionel appelle l’unité centrale.
Policier : (Au téléphone.) Police, division criminelle.
Fusco : Oui, ici lieutenant Fusco, c’est à propos d’un prisonnier, nommé Kyle Morrison, vous savez où on l’a enfermé ?
 
SÉQUENCES – Enregistreur 1Caméra17 heures 52 minutes 07 secondes ; Angle de la 23ème et BroadwayNord-OuestCaméra 0317 heures 57 minutes 56 secondes ; Weathercam CS36117 heures 58 minutes 41 secondes ; 4ème étageVue de la rueB17 heures 59 minutes 31 secondes
Dez Franklin : Donnez-moi votre scanner.
Reese : J’espère que vous appréciez votre thé, Finch. Moi, je vais jeter un œil dans la camionnette du faux Hester.
EXTÉRIEUR  – Dans la rue - Journée
John s’approche de la camionnette, force la portière et monte dedans. Il ferme la portière.
Reese : (Voyant un ordinateur sur le siège passager.) Ah, ce type emporte son ordinateur partout avec lui. Il est encore plus méfiant que vous, Finch. Tout seul je risque d’avoir du mal à cracker son… (Voyant qu’il est resté allumer.) Ah, je n’ai rien dit.
 
INTÉRIEUR – Dans un restaurantJournée
Reese : (Au téléphone.) Il n’a même pas de mot de passe sur son portable. Il est peut-être moins prudent que je ne le pensais.
 
INTÉRIEUR – Dans une camionnetteJournée
Reese : (Regardant dans les fichiers sur l’ordinateur.) A priori, je ne vois pas de compte en banque secret avec de gros dépôts ni de messages en rapport avec leur trafic. (Faisant apparaître des articles d’une encyclopédie.)
Homme : (Venant d’une vidéo sur l’usage des armes.) Vous assurez une bonne stabilité…
Reese : Depuis quand est-ce que les caïds de la drogue apprennent le métier sur Internet ?
 
INTÉRIEUR – Dans un restaurantJournée
Jordan Hester 2 : (Pendant que son téléphone bipe.) Ah, j’avais un rendez-vous avec un client.
Finch : Vous faites quoi dans la vie ?
Jordan Hester 2 : Oh, je suis ce qu’on appelle un acheteur indépendant mais ça veut à la fois tout dire et rien dire.
Finch : Et acheteur de quoi ?
Jordan Hester 2 : D’antiquités. Je raffole de tout ce qui est ancien.
Finch : Comme les livres ?
Jordan Hester 2 : Encore plus que le reste. (Ils se mettent à rire.) Je n’ai pas les moyens de m’offrir ce qu’il me plaît, alors, on m’engage et moi j’achète pour les autres. Je suis une sorte de décoratrice d’intérieur en plus poussiéreuse.
Finch : Ça a l’air amusant.
Jordan Hester 2 : Ouais, pas terrible en apprenant l’histoire de l’art mais c’est mon rêve. Je me dis que peut-être un jour, j’aurais mon magasin à moi. Enfin, si cette histoire de vol d’identité ne me met pas définitivement sur la paille. Ou si on ne me tue pas avant. (Buvant sa tasse.) Vous savez quand je pourrais rentrer chez moi ?
Finch : Je crois que c’est encore trop dangereux. Et si jamais ces hommes avaient votre adresse. Une chambre d’hôtel serait plus sûre.
Jordan Hester 2 : Je peux quand même aller prendre des affaires ?
Finch : Je ne suis pas sûr que ce soit très sage.
Jordan Hester 2 : Même si vous m’accompagnez ?
Le regard d’Harold montre qu’il ne serait pas contre.
 
SÉQUENCE – 40ème étageSud18 heures 13 minutes 00 seconde – 19 heures 43 minutes 00 secondes ; IntersectionMoniteur 40719 heures 43 minutes 03 secondes
INTÉRIEUR – Dans un appartementSoirée
Jordan Hester 1 : (Voyant de la drogue sur la table.) Alors, tout est là, tout le chargement ?
Hyde : (Ouvrant un baril.) D’où est-ce que ça vient ça, ça ne sent pas comme d’habitude.
Jordan Hester 1 : Parce qu’il est plus pur que d’habitude. (Voyant qu’il ne bouge pas.) Allez, au boulot.
John surveille ce qui se passe dans l’appartement grâce à la caméra qui diffuse les images sur son téléphone portable.
Jordan Hester 1 : Ce sera prêt dans quoi ? À peu près dans 24 heures ?
Jekyll et Hyde se mettent à rire.
Jekyll : (Fabricant de l’ecstasy.) C’est le temps que mettrai ma grand-mère. (Jordan Hester les regarde faire.)
 
SÉQUENCES – Sécurité de la merRingCaméra 06519 heures 50 minutes 33 secondes ; Salle d’entretien 2Caméra 119 heures 52 minutes 08 secondes
Fusco : Lieutenant Fusco de la Criminelle, j’aurais des questions à vous poser.
Kyle Morrison : De la Criminelle ?
INTÉRIEUR – Dans une salle d’entretienSoirée
Kyle Morrison : Vous croyez que j’ai aussi tué quelqu’un ?
Fusco : Non, ce n’est pas ça.
Kyle Morrison : Alors vous êtes là pour quoi ? Me narguer ? Félicitations, vous m’avez attrapé.
Fusco : Je croyais que ce n’était pas vous.
Kyle Morrison : Ce n’est pas moi, je ne suis pas un trafiquant. Ça fait des années que je le dis mais personne ne veut me croire. Un jour suspect, toujours suspect. C’est la devise de la police de New York.
Fusco : (Prenant un stylo et du papier dans sa poche de veste.) Quand vous avez su qu’on avait pris votre identité ?
Kyle Morrison : Quand les flics ont enfoncé ma porte et qui m’ont mis un flingue sur la tête.
Fusco : Et ça, ça remonte à quand ? Un an ?
Kyle Morrison : Ce qu’il y a, c’est que je vous dis des trucs et au final, vous déformez toujours tout. Alors, désolé mais ce soir, je ne suis pas d’humeur. (Il se lève.)
Fusco : Une personne vit peut-être la même chose que vous. Asseyez-vous. (Kyle se rassoit.) Je sais, vous n’avez aucune raison de me faire confiance. Je sais très bien ce que vous ressentez. On vous prend pour un autre, tout le monde se trompe sur votre compte, et vous n’avez aucun moyen de le prouver. Si vous m’aidez à coincer le coupable, je ferais tout pour vous sortir de là.
Kyle Morrison : Vous me croyez, alors ?
Fusco : Tant que je n’ai pas de raison de douter.
Kyle Morrison : Au… au début, c’était seulement l’argent. J’ai appelé la banque et ils ont clôturé le compte, mais un autre est apparu aussi vite. Très vite, je me suis retrouvé sans rien, plus d’économies, plus moyen de me payer l’appartement ou d’entretenir ma famille. Et là, les flics ont débarqué. Vous avez des enfants ?
Fusco : Mon fils a neuf ans.
Kyle Morrison : Ma petite famille vient d’avoir deux ans et je n’étais pas là. Sa mère ne veut plus jamais entendre parler de moi.
Fusco : Je comprends, aidez-moi à coincer le coupable et je ferais tout pour que vous retrouviez votre fille, je vous le promets.
 
INTÉRIEUR – Dans un appartementSoirée
Jekyll et Hyde comprennent que quelque chose ne va pas avec les tubes d’ecstasy.
Hyde : C’est pas normal ça, il y a blème.
Jordan Hester 1 : (Regardant son portable.) Oh merde, il y a les flics qui vont débarquer, ils seront là d’une seconde à l’autre.
Jekyll : Quoi ? D’où ça sort ça ?
Jordan Hester 1 : (Via le téléphone de John.) On s’en fout, il faut qu’on dégage vite toute la came.
Hyde : Et ce qui a sur le feu ?
Jordan Hester 1 : Tu laisses, il est griller ce labo. Occupez-vous de virer les empreintes, moi j’emballe la came. (Les deux hommes s’exécutent pendant qu’Hester enlève ce qui a sur la table.)
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Soirée
Harold allume la lumière et voit toutes les serviettes sur le sol.
Finch : (Faisant le tour de la pièce, Jordan restant sur ses gardes.) Personne. (Il rejoint Hester.)
Jordan Hester 2 : Ah, je respire.
Finch : Pourquoi toutes ces serviettes par terre ?
Jordan Hester 2 : Ah, le système anti-incendie s’est déclenché hier, un idiot a actionné l’alarme.
Finch : (Voyant Jordan Hester partir dans une autre pièce.) C’est bizarre. Je vous ai réservé une chambre d’hôtel, vous devriez prendre vos affaires.
Jordan Hester 2 : Euh, une minute.
Finch : Il ne vaut mieux pas trop traîner.
Jordan Hester 2 : (Pendant qu’Harold la rejoint, elle sert deux verres.) Je sais, mais après une journée pareille, j’ai envie d’autre chose que d’un thé. (Elle se met à rire et s’en va dans la chambre. Pendant ce temps, Harold boit son verre.)
 
INTÉRIEUR – Dans une salle d’entretienSoirée
Fusco : (Montrant le dossier avec les documents bancaires à l’intérieur.) C’est le compte en banque de la victime. Vous reconnaissez certaines dépenses ?
Kyle Morrison : De la quincaillerie, ça revenait souvent sur mon compte. Des produits chimiques en grande quantité. Les flics s’en sont servis comme preuves contre moi.
Fusco : Des produits pour leur labo ?
Kyle Morrison : Sûrement.
Fusco : Est-ce qu’il y a autre chose ? (N’obtenant pas de réponse.) OK. (Ouvrant un autre dossier.) C’est un autre relevé de compte. Vous voyez un truc familier ?
Kyle Morrison : (Voyant la photo de la femme.) Attendez, pourquoi il y a sa photo ?
Fusco : C’est Jordan Hester, la victime.
Kyle Morrison : Non, non, non. Son nom, c’est Mary. Elle travaillait comme réceptionniste au cabinet de mon comptable.
Fusco : (Regardant la photo.) Mary ? (Refermant les dossiers.) Je dois y aller, excusez-moi.
 
INTÉRIEUR – Dans un appartementSoirée
Jordan Hester 1 : (Rangeant la came.) Vous finissez avec les empreintes et on se tire vite fait. Je vous contacte dès que  j’ai un nouveau labo.
Hyde : Un avec des lucarnes comme celui d’avant, il y a une meilleure ventilation quand on fait chauffer le phosphore.
Jordan Hester 2 : (Regardant vers l’homme.) Ouais, ouais, vous les aurez. (Les deux hommes se regardent, comprenant qu’Hester leur ment.) Il faut qu’on se grouille.
Hyde : Le phosphore, c’est pour la meth, boss. (John éteint son portable et va rejoindre l’appartement.) Et le dernier labo n’a jamais eu de lucarnes. (Il pointe son arme vers Hester.) Tu es qui, toi.
Reese : (Se dirigeant vers l’appartement.) Je crois qu’on a tout interprété de travers.
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Soirée
Reese : (Au téléphone.) Mon Hester n’est pas le voleur d’identité, ce qui veut dire que c’est le votre.
Finch : (Voyant le message sur son téléphone envoyé par Lionel : «C’est la femme », il se sent mal.) Je sais, oui.
Jordan Hester 2 : (Voyant Harold pas très bien.) Un problème, Harold ?
Harold regarde vers son verre et comprend qu’il a été drogué.
 
SÉQUENCE EN ACCÉLÉRÉE – Vue du cielCaméra B20 heures 05 minutes 10 secondes – 20 heures 10 minutes 00 seconde ; 5ème avenueTraficCaméra 40220 heures 11 minutes 35 secondes
INTÉRIEUR – Dans un appartementSoirée
Hyde : (Menaçant Hester de son arme.) Je ne sais pas qui t’es toi mais tu n’es pas le boss.
Jordan Hester 1 : Sois pas débile, range ton flingue.
Reese : (Arrivant dans la pièce.) Patron, patron, les flics sont en bas. Ramassez tout ce que vous pouvez.
Jekyll : C’est le type qui m’a sonné.
John donne un coup de poing au visage de Jekyll puis s’en prend à Hyde en l’assommant, ce dernier se trouve projeté vers l’arrière. Jordan pointe son arme vers John.
Reese : (Mettant les mains en l’air.) On n’a vraiment pas le temps. Je sais que vous êtes le vrai Jordan Hester.
Jordan Hester 1 : Alors, vous savez que j’irais nulle part.
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Soirée
Finch : Je crois que je ne me sens pas très bien. (Se relevant difficilement.) J’en suis même certain. (Il titube et tombe dans le canapé.) Je crois… que je ne suis pas dans… dans mon état… normal. (Il se trouve affalé, la tête en arrière.)
Jordan Hester 2 : Ça va passer, Harold. (Ce dernier voyant trouble.) Vous vous sentirez beaucoup mieux d’ici très peu de temps.
 
INTÉRIEUR – Dans un appartementSoirée
Jordan Hester 1 : Dites-moi qui vous êtes ?
Reese : On s’en moque de savoir qui je suis, tout ce qui compte, c’est que je sais qui vous êtes, vous.
Jordan Hester 1 : Ouais, alors vous approchez pas ou je vous bute.
Reese : Ça va être dur. (Prenant l’arme.) Il y a encore le cran de sûreté. (Rangeant l’arme.) Ne le prenez pas mal mais ça m’étonne que vous ayez réussi à tromper ces mecs aussi longtemps. Vous croyez qu’un trafiquant aurait cette dégaine-là ? Je sais que vous êtes le vrai Jordan Hester. Qu’on vous a volé votre identité. (Lançant une attache.) Tenez. Et je sais même qui l’a volé. (Montrant vers l’homme au sol.) Attachez l’autre. (John se met à attacher l’un des hommes.)
Jordan Hester 1 : Qui est-ce qui me l’a volée.
Reese : Chaque chose en son temps. (Finissant d’attacher l’un des hommes.) Vous comptiez faire quoi, exactement. On vous accuse d’être un trafiquant, alors vous décidez d’en devenir un. (Il se met à déplacer le corps de l’homme qu’il a attaché.)
Jordan Hester 1 : Personne ne voulait me croire. Et moi, j’ai toujours été du genre introverti. Quelqu’un de plutôt secret.
Reese : Ouais, je sais ce que c’est.
Jordan Hester 1 : Jamais je n’aurais cru que mon silence me coûterai aussi cher. Mon patron, la police. Plus personne ne m’a écouté, ils étaient tous sûrs que j’étais un trafiquant. Vous savez ce que c’est que de toucher le fond ? (Voyant John qui comprend ce que c’est.) Jamais je n’aurais cru que je descendrai aussi bas. Alors, un jour je me suis dit, si tout le monde me prend pour un autre, pourquoi lutter ? Pourquoi continuer à vouloir leur prouver que je ne suis pas ce type-là ?
Reese : Quelqu’un s’est fait passé pour vous, et vous avez voulu vous faire passer pour lui.
Tous les deux se lèvent.
Jordan Hester 1 : Oui, mais juste assez de temps pour pouvoir détruire son labo. C’est de l’acide nitrique, pas du safrole. Ça va foutre en l’air tout leur matos, il ne restera que de la bouillie. (Regardant vers la table.) Je vais utiliser cette came comme appât, il y en a facile pour 500 000 dollars. Ce salaud va bien finir par être obliger de se montrer.
Reese : Et ensuite, vous le tuerez ?
Jordan Hester 1 : Je ne veux tuer personne. Je veux juste pouvoir revivre comme avant.
Reese : D’accord, votre plan est nul mais il me plaît, alors on va le suivre. Pour votre information, vous parliez d’un salaud, c’est une femme. (Activant l’oreillette.) Finch, vous êtes là ?
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Soirée
Finch : (S’amusant avec ses lunettes.) Comme jamais je ne l’ai été.
Reese : (Au téléphone.) Allez-vous-en. Il n’a jamais eu l’intention de la tuer donc c’est sûrement elle qui veut l’éliminer.
Finch : Voilà qui est étonnant. (Il regarde vers ses lunettes.)
Jordan Hester 2 : Harold, tout va bien ?
Finch : (Se relevant.) J’ai bien l’impression que vous m’aviez drogué.
Jordan Hester 2 : Ecstasy. Vous voyez que vous allez mieux.
Finch : Ma dopamine et ma norépinephrine sont à un niveau… Mais si j’arrive à comprendre comment ça agit, je suis certain de pouvoir contrer… Oh, wow… (Il regarde la fausse Jordan Hester avec ses lunettes en l’air.) Salut toi.
Jordan Hester 2 : (Remettant les lunettes d’Harold.) C’était ça ou vous tuer. Je préfère la chimie, c’est bien plus efficace.
Reese : (Au téléphone.) Finch, c’est bon, je contrôle la situation.
 
INTÉRIEUR – Dans un appartementSoirée
Reese : (Rangeant la came dans des sacs.) On prépare une petite surprise pour notre amie commune.
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Soirée
Finch : (Toujours assis en arrière.) Notre ami commun, roman de Dickens, publié entre 1864 et 1865, le roman est axé autour d’une histoire de FAUSSE identité. Tu parles d’une coïncidence. (Se tournant vers elle pendant qu’elle range des affaires.) Dites donc, vous avez un exemplaire.
Jordan Hester 2 : De quoi ?
 
INTÉRIEUR – Dans un appartementSoirée
Reese : De quoi ? Vous êtes sûr que ça va ?
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Soirée
Finch : (Toujours dans un état de somnolence.) Je n’ai jamais été aussi bien mais j’ai trouvé plus rusé que moi, plus rusé que moi.
Reese : (Au téléphone.) Finch, qu’est-ce qui se passe ?
Finch : (Pendant que la fausse Jordan Hester se demande ce qu’il se passe, elle prend le téléphone dans la poche d’Harold.) Oh là, oh là, qu’est-ce qu’elle fait ?
Reese : (Au téléphone ; pendant qu’elle met le portable dans un vase.) À quoi vous jouer ? Finch ?
 
INTÉRIEUR – Dans un appartementSoirée
Reese : Finch !
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Soirée
Finch : (Voyant Hester prendre l’oreillette.) Et, et, mais qu’est-ce que vous faites ? C’est mon ami, le meilleur de mes amis. (Hester met l’oreillette dans le vase où se trouve déjà le téléphone.)
Jordan Hester 2 : À qui vous parliez ? C’était qui ? Où est-ce qu’il est ?
Finch : (Mettant ses doigts sur sa bouche pour montrer qu’il ne dira rien.) Il n’est pas au laboratoire et s’il y était, je ne vous dirais pas. (Comprenant qu’il a dit une bêtise.) Oh, non ! (Il s’allonge sur le canapé pendant qu’Hester s’en va.)
Elle se rend dans la cuisine où elle prend des produits dangereux et Harold est toujours allongé. Il se relève. Elle met des cristaux et un liquide dans du papier aluminium, le tout dans un récipient. Pendant ce temps, Harold renifle les fleurs. Alors qu’elle continue sa mixture, Harold se met à danser.
Jordan Hester 2 : (Appelant un de ses associés.) Josef, c’est moi. Allez tout de suite au labo, tout de suite, t’entends. (Elle met le récipient dans le micro-ondes.) C’est plus grave que ce que je ne pensais. Je règle vite mon problème et je vous retrouve. (Pendant ce temps, Harold se remet sur le canapé. Elle met en route le micro-ondes et ça commence à faire des étincelles.)
Finch : (La voyant arriver, il s’allonge.) Dans tous les sens, vous êtes jolie.
Jordan Hester 2 : Je regrette, Harold.
Harold, allongé, est désormais en danger car le micro-ondes ne va pas tarder à exploser.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de Lionel FuscoSoirée
Reese : Vas-y le plus vite possible, la 12ème au 851.
 
INTÉRIEUR – Dans un appartementSoirée
Reese : Finch a des ennuis.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de Lionel FuscoSoirée
Fusco : OK, je fonce. (Il met en route la sirène.)
 
SÉQUENCES – Balcon30 E20 heures 26 minutes 07 secondes ; Bateau de la police148 ACaméra 320 heures 27 minutes 24 secondes ; Section CabineCaméraNord-Ouest220 heures 28 minutes 36 secondes
 
INTÉRIEUR – Dans un bâtiment du FBISoirée
Donnelly : (Ouvrant la porte, il entre avec Joss Carter.) C’est parce que vous avez toujours votre niveau d’habilitation militaire que j’ai le droit de vous amener ici.
Carter : Normalement, le FBI ne mène pas d’opérations secrètes, à moins que ça relève… de la sécurité nationale. (Elle arrive dans un endroit où se trouvent quelques personnes avec des panneaux représentant leur enquête en cours sur ce qui se passe.)
Donnelly : Il fut un temps où la CIA collaborait étroitement avec nous. Mais ce n’est plus le cas. Aujourd’hui, ils préfèrent les méthodes violentes, kidnappings, détentions illégales, assassinats. Nous pensons mêmes qu’ils ont usé de ces méthodes ici, sur le sol américain. Pour ce genre d’opérations, ils font appel à des hommes extrêmement dangereux, souvent des sociopathes. (Regardant vers la photo où se trouve John, qui se trouve dans l’ombre.) Comme celui que vous poursuivez. (Pointant l’index vers la photo de John.) Mais tout porte à croire que cet homme a aujourd’hui quitté l’agence. Au début, on avait l’impression qu’il agissait au hasard, mais ça y est, on pense avoir compris à quoi il joue.
Carter : Et à quoi est-ce qu’il joue ?
Donnelly : Il est sans doute devenu mercenaire, il se vend au plus offrant. Ce n’est pas une première. Des hommes des Forces Spéciales mexicaines qui s’emparent du trafic de drogue, des anciens SAS qui vendent des diamants du sang au Libéria. Ces hommes ne sont que des guerriers, ils n’ont pas de place dans la société, ce qui les rend d’autant plus dangereux. Nous pensons qu’il travaille pour le compte du crime organisé, en particulier pour un homme nommé Elias.
Carter : Il travaillerait pour le compte d’Elias ?
Donnelly : Un de nos contacts dans la mafia russe a dit qu’il aurait éliminé une équipe chargée de tuer Elias. Bien sûr, à l’heure qu’il est, la CIA fait tout pour nettoyer derrière lui. Nous savons que vous avez été contactée par cet homme, l’agent Snow. (Il montre la photo se trouvant sur un autre tableau en face d’eux.) Nous pensons qu’il a pour tâche de camoufler les bavures commises par la CIA sur le sol américain.
Carter : J’aimerai savoir. Pourquoi le FBI s’intéresse à cette histoire ? C’est quoi le but de la manœuvre ? Chercher des poux à la CIA ?
Donnelly : Oui, je veux qu’on sache qu’elles sont leurs méthodes, mais d’abord, je veux attraper cet homme. On ne peut pas laisser des ex-mercenaires sévir sur notre territoire. Vous êtes visiblement du même avis, vous auriez pas passé tout ce temps à lui courir après.
Carter : Hmm. Sans grand résultat.
Donnelly : Jusqu’à aujourd’hui. C’est parce que vous étiez seule, maintenant vous avez le soutien du FBI. Nous allons tout reprendre à zéro, réentendre les témoins, chercher de nouveaux indices. Alors, hormis ce qui figure dans le rapport, est-ce que vous avez d’autres informations à nous communiquer.
Carter : (Après un moment d’hésitation.) Il n’y a rien qui me vient à l’esprit. Mais, je vous promets de vous tenir informé.
Donnelly : (La voyant partir.) Soyez tranquille, lieutenant, nous le trouverons. (Elle s’en va.)
 
INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jordan Hester 2Soirée
Lionel entrant dans l’appartement pendant qu’Harold se trouve en face du micro-ondes, en train de regarder le récipient en train de brûler.
Fusco : (Regardant dans l’appartement.) Vous êtes seul ?
Finch : Waouh, vous arrivez à temps, le dîner sera bientôt prêt lieutenant. Asseyez-vous, ça va pas tarder. Fast-food, pas bon.
Fusco : (Voyant le micro-ondes sur le point d’exploser.) C’est quoi ?
Finch : C’est pour moi, c’est un dessert flambé. (Pendant que Lionel arrête le micro-ondes.) Non, non, non, ce n’est pas prêt. (Voyant que la flamme s’est arrêtée.) Oh.
Fusco : Allez, foutons-le camp d’ici.
Finch : OK.
Fusco : (Aidant Harold.) À droite, à droite.
 
INTÉRIEUR – Dans un appartementSoirée
Fusco : Il est avec moi.
Reese : Bon, merci Lionel. Je vous recontacte quand on est sorti. (À Jordan.) Allons-y.
Ils commencent à partir mais deux hommes arrivent avec la fausse Jordan Hester.
Homme : (Voyant John et Jordan porter les sacs, il les menace avec une arme.) Lâchez les sacs, lâchez les sacs.
Jordan Hester 2 : (Voyant Jordan.) Bonsoir, monsieur Hester. Vous avez cru pouvoir partir avec mon stock ?
Jordan Hester : Je vous ai fait sortir de l’ombre.
Jordan Hester 2 : C’est vrai. Je vais peut-être encore un peu garder votre nom. Parce qu’près tout, je crois que je suis une bien meilleure Jordan Hester que vous. (Aux deux hommes.) Tuez-les. Il y a assez de produits chimiques pour faire disparaître les corps. (Elle s’en va alors que Jordan et John sont en danger de mort.)
 
SÉQUENCES – Vue du pontCaméra 58120 heures 50 minutes 13 secondes ; Trafic de la 5ème avenueCaméra 40220 heures 51 minutes 53 secondes
Sur la caméra installée par John, les images montrent qu’ils sont obligés de se mettre sur du plastique, menacés par les deux hommes.
Reese : (Menacé par l’un des hommes, qui ne sait pas sur qui tirer, Jordan a peur.) Non, non, attends, attends, il faut que je te montre un truc important.
Josef : Ah oui, quoi ?
Reese : (Montrant une bouteille.) Acide chlorhydrique. Tu veux vraiment que je le lâche ?
Josef : (En rigolant.) C’est des conneries.
John lâche le contenu sur l’homme qui crie de panique, l’autre homme tente d’attaquer John, mais ce dernier le jette au sol en le combattant.
Reese : (Voyant Josef toujours en train de paniquer.) Ça va, calme-toi, ce n’était que de l’eau. (Il lui tire dans les genoux et Josef se met à crier de douleur ; à Jordan.) Bon, il est peut-être temps d’en finir, non ? (Il déplace l’arme de Josef et tous les deux s’en vont.)
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de Lionel FuscoSoirée
Harold s’amuser à appuyer sur les boutons et même à actionner la sirène de la voiture.
Fusco : (Arrêtant la sirène.) Arrêtez ça.
Finch : (Après une pause, toujours en train de délirer.) Où on va ?
Fusco : Je dois arrêter des suspects, vous restez dans la voiture. (Donnant un papier à Harold.) Regardez.
Finch : (Ayant le papier entre les mains où il y a une photo d’un homme avec le nom de Richard Eckart.) Et qu’est-ce que je dois en faire ?
Fusco : C’est lui le lien entre les deux Jordan Hester. Ils avaient tous les deux le même comptable dans un cabinet conseil. Il faut m’aider à le loger. (Donnant un ordinateur portable à Harold.) Tenez, vous savez vous en servir ?
Finch : (Voyant l’écran d’ordinateur.) Oh. Vous voulez pirater le Pentagone ?
Lionel comprend que ça va être difficile d’avoir des réponses de la part d’Harold, vu dans l’état il se trouve.)
 
SÉQUENCES – Entrée A22 heures 04 minutes 30 secondes
Celle qui se fait passer pour Jordan Hester entre dans un restaurant.
INTÉRIEUR – Dans un restaurantSoirée
Alors qu’elle est assise à une table, un homme la rejoint, c’est Richard Eckart.)
Richard Eckart : (Pas très à l’aise.) Il fallait que ça soit ici ?
Jordan Hester 2 : On se détend, Richard. Les dîners avec les clients entrent dans les frais, vous devriez le savoir.
Richard Eckart : Je regrette, je ne peux pas continuer, Mary, ça risque de me coûter mon boulot.
Jordan Hester 2 : Vous pourrez perdre bien plus que ça si vous refusez de me donner ce que je vous demande. Je serai qui cette fois ?
Richard Eckart : Vous vouliez une femme, non ?
Jordan Hester 2 : Les hommes sont beaucoup trop rancuniers. (Elle prend le dossier mais c’est un autre dossier qui est donné par John.)
Reese : Prenez plutôt celle-là. (S’asseyant.) Mary n’est pas non plus votre vrai prénom. (Jordan Hester est également présent.) C’est Tara. (À Richard.) Vous pouvez y aller. (Ce dernier s’en va ; John ouvre le dossier où se trouve la photo de Tara.) Joli portrait mais aussi très joli casier. Condamnée pour vol à l’étalage, chèques falsifiés, arnaque à l’assurance. À 23 ans, votre nom était déjà grillé.
Jordan Hester 2 : C’est quoi la suite, hmm. Vous allez me tuer ?
Jordan Hester 1 : Il y a un moment où j’ai cru que j’en étais capable. Mais c’est quand je me prenais pour vous, mais c’est fini. Et je vais vous dire, vous êtes nulle en Jordan Hester.
John et Jordan s’en vont.
Dez Franklin : Elle est là. (Arrivant vers elle.) Tara Verlander. (Cette dernière soupire comprenant que c’est fini.) Je vous arrête. Je vous lirai la liste des charges plus tard, on risque de mettre du temps à la taper.
Policier : Mains dans le dos. (Il met les menottes à Tara.)
Jordan Hester : (Serrant la main de John.) Merci. Merci de m’avoir rendu ma vie.
Reese : De rien.
Jordan Hester s’en va d’un côté pendant que John part dans l’autre sens.
 
SÉQUENCE – Entrée C22 heures 08 minutes 53 secondes
Les policiers amènent Tara Verlander dans une voiture de police.
INTÉRIEUR – Dans le restaurantSoirée
Reese : (Rejoignant Lionel qui regarde vers Tara.) Comment tu as réussi à l’identifier ?
Fusco : J’ai fait mon boulot, ça m’arrive de temps en temps.
Reese : Ça m’étonne que tu ne l’ais pas arrêtée toi-même.
Fusco : Trop gros poisson. Et puis, je crois que la DRH en croqué sur son petit trafic.
Reese : Alors, qu’est-ce que tu préfères ? Être avec les bons ou les méchants ?
Fusco : (Se tournant vers John.) Toi, tu veux quoi ? Que j’infiltre la DRH ou bien que j’enquête pour toi ?
Reese : Je te le ferais savoir. (Il s’en va.)
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeSoirée
Joss est à son bureau, regardant les photos de John. Son portable sonne, le prend et le regarde. Sachant qui sait qui appelle, elle décide de ne pas répondre et d’éteindre son téléphone.
 
SÉQUENCES – BoxCaméra 0722 heures 20 minutes 05 secondes ; EntréeCaméra 0922 heures 22 minutes 31 secondes ; Sécurité de la merRingCaméra 06500 heure 36 minutes 33 secondes
INTÉRIEUR – Dans une prisonNuit
Garde 1 : Relevez la grille.
Lionel et Franklin viennent à la libération de Kyle Morrison.
Garde 2 : Un détenu sort.
Fusco : (Il sert la main de Kyle puis donne ses papiers.) Vous êtes libre.
Kyle Morrison : Merci. Allez vite retrouver votre fille.
 
SÉQUENCES – Couloir 52Caméra 200 heure 39 minutes 27 secondes ; Sécurité du pontCaméra 4500 heure 41 minutes 32 secondes – 00 heure 57 minutes 13 secondes ; Sud-EstCaméra 1200 heure 58 minutes 16 secondes
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : (Avec un livre à la main, toujours somnolant.) Wha, vous auriez pu me dire que j’avais autant de livres.
Reese : Vous aurez tout éliminé d’ici quelques heures, mais vous avez intérêt à boire tout ça, (il donne quelques bouteilles d’eau) pour ne pas vous déshydrater.
Finch : Vous vous en allez ?
Reese : Non, je vais rester là, pour veiller sur vous. (Donnant une couverture.) Allez, maintenant, vous feriez mieux d’aller dormir.
Finch : On pourrait causer.
Reese : Vous pourrez le regretter demain matin. Vous êtes quelqu’un de très secret, rappelez-vous.
Finch : (Le voyant partir.) Allez. Demandez-moi ce que vous voulez.
Reese : Bonne nuit, Harold.
Finch : (Se retournant.) Bonne nuit, Nathan. (Il marche dans le sens opposé de John.)
Revenir en haut Aller en bas
 
Script VF - 1X18 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème de Lecture pour mon Script T_T
» problème de découpe écriture script
» Textes inédits des Brontë
» Un script pour le Finder
» [TUTO]Script V6 Supercharger pour Android - Optimisation Ram et Multitâche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Series of Interest :: Person of Interest :: Scripts :: Saison 1-
Sauter vers: