Series of Interest
Bienvenue sur
Series of interest


Si vous rencontrez un problème pour vous connecter ou vous inscrire, vous pouvez nous contacter, nous répondrons aussi vite que possible.
Series of Interest
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Bienvenue dans l'univers de toutes les séries
 
AccueilAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -55%
-90€ sur les baskets Nike Air max 270 React
Voir le deal
72.47 €

Partagez
 

 Script VF - 1X20 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
carine79
Personne influente
carine79


Script VF - 1X20 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Empty
MessageSujet: Script VF - 1X20 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Script VF - 1X20 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb I_icon_minitimeDim 19 Juil - 17:26

Finch : On vous surveille. Le gouvernement possède un dispositif secret : une Machine. Elle vous espionne jour et nuit, sans relâche. Je le sais parce que c’est moi qui l’ait créée. Je l’avais conçue pour prévenir des actes de terrorisme, mais la Machine voit tout, tous les crimes impliquant des citoyens ordinaires, tels que vous. Des crimes dont le gouvernement se désintéresse. Alors, j’ai décidé d’agir à sa place. Mais il me fallait un associé, quelqu’un capable d’intervenir sur le terrain. Traqués par les autorités, nous travaillons dans l’ombre, jamais vous ne nous trouverez. Mais victime ou criminel, si votre numéro apparaît, nous, nous vous trouverons.
 
La frise chronologique passe de 2012 à 2010.
 
La Machine regarde dans ses archives et fait apparaître les deux photos de John et de Klara Stanton. Ils se trouvent dans un site secret de la CIA, à Tetouan au Maroc.
 
SÉQUENCE – Pièce d’interrogatoire 123 heures 04 minutes 23 secondes
Klara Stanton : (À un prisonnier.) Dis-moi où il est, on peut y passer la nuit, tu sais.
INTÉRIEUR – Dans un site secret de la CIA - Dans une pièceMaroc - Nuit
John est en train de regarder l’interrogatoire dans une pièce autre pièce via un écran.
Klara Stanton : (Se trouvant derrière le prisonnier.) Regarde-moi, dis-toi bien que tôt ou tard, tu finiras par parler. On va essayer une autre forme de communication.
L’homme est torturé par Stanton mais John arrête l’écran. Il prend son téléphone et change sa carte SIM et la met dans un autre téléphone. Il écoute ses messages.
Jessica Arndt : (Au téléphone.) C’est moi, Jessica, je ne sais pas si… si t’écoutes tes messages sur ce numéro. J’ai besoin de parler.
John appelle Jessica.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de Jessica ArndtNuit
Reese : (Au téléphone.) Jessica.
 
INTÉRIEUR – Dans un site secret de la CIA - Dans une pièceMaroc - Nuit
Reese : J’ai eu ton message.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de Jessica ArndtNuit
Jessica Arndt : Je ne savais pas si tu allais me rappeler. Ça remonte à quoi, quatre ans ? La dernière fois qu’on s’est…
 
INTÉRIEUR – Dans un site secret de la CIA - Dans une pièceMaroc - Nuit
Jessica Arndt : (Au téléphone.)…parlé ?
Reese : (Inquiet.) Qu’est-ce qu’il t’arrive ?
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de Jessica ArndtNuit
Reese : (Au téléphone.) Est-ce que tout va bien avec Peter ?
Jessica Arndt : (Sur le point de pleurer.) Tout va bien, oui on va bien tous les deux.
 
INTÉRIEUR – Dans un site secret de la CIA - Dans une pièceMaroc - Nuit
Jessica Arndt : J’avais…
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de Jessica ArndtNuit
Jessica Arndt : … J’avais juste besoin de parler à un ami.
Reese : (Au téléphone.) Qu’est-ce qu’il se passe ?
 
INTÉRIEUR – Dans un site secret de la CIA - Dans une pièceMaroc - Nuit
Reese : Vas-y, dis-moi.
Jessica Arndt : Tu avais raison.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de Jessica ArndtNuit
Jessica Arndt : La dernière fois qu’on s’est vu à l’aéroport, tu sais quand tu as que… qu’au final on était toujours seul.
 
INTÉRIEUR – Dans un site secret de la CIA - Dans une pièceMaroc - Nuit
Jessica Arndt : Il vaut mieux que je raccroche.
Reese : Jessica.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de Jessica ArndtNuit
Jessica Arndt : (En pleurant.) Au revoir, John.
 
INTÉRIEUR – Dans un site secret de la CIA - Dans une pièceMaroc - Nuit
Reese : Je vais venir te chercher. Je serai près de toi dans 24 heures.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de Jessica ArndtNuit
Reese : (Au téléphone.) Attends-moi. Je t’attends.
 
INTÉRIEUR – Dans un site secret de la CIA - Dans une pièceMaroc - Nuit
John raccroche.
 
La frise chronologique passe de 2010 à 2012.
 
SÉQUENCES – Moniteurs de la policeVue de la merPoste 285021 heures 17 minutes 22 secondes ; Entrée OuestCaméra 321 heures 18 minutes 27 secondes
Carter : (Via le micro.) C’est toujours la même chose…
 
INTÉRIEUR – Dans un barSoirée
Carter : (Se trouvant au bar avec John.) Sans confiance, il n’y a pas de relation saine et durable. Tout ce que je veux, c’est de savoir où ça nous mène. (Elle boit son verre.)
Reese : (Buvant le sien.) La confiance doit être réciproque.
Carter : Je sais, j’ai confiance en vous et en votre ami. Même si pour ainsi dire, je ne sais rien de vous deux. C’est sur la mission que je commence à avoir des doutes. Je ne sais pas à qui je peux me fier au sein de la police. Je suis quasi certaine que le type assis en face de moi est un pourri.
Reese : Je vous promets de le garder à l’œil.
Carter : J’ai besoin d’en savoir davantage. Je veux disposer d’autant d’éléments que votre ami et vous. Je veux toutes les infos sur chaque affaire.
Reese : D’accord. Réglons celle-là ensemble. (Il donne une photo d’un homme.)
Joss regarde derrière pour voir l’homme et le voit assis avec une femme en train de discuter et de prendre du bon temps.
Carter : Lui là, derrière, avec sa copine ?
Reese : Sauf que ce n’est pas sa copine.
Joss regarde les deux en train de s’embrasser alors qu’une femme, très énervée, entre dans le bar.
Reese : (La montrant du doigt.) C’est elle, sa copine.
Femme : Espèce de salaud, tu vas le payer. (Elle pointe son arme vers l’homme. Un coup de feu retentit et les gens s’enfuient à l’extérieur de l’établissement.)
Carter : (Retirant l’arme de la femme et la plaque contre le bar.) Vous êtes en état d’arrestation. (À John ; mettant les menottes à la suspecte.) Je croyais qu’on était censé régler cette affaire ensemble.
Reese : Mais c’est ce qu’on fait. Vous, vous avez arrêtez le tireur et moi j’ai fait en sorte que le copain infidèle ne soit pas blessé. (L’homme semble choqué.) Je trouve que ça marche bien.
Finch : (Au téléphone.) Monsieur Reese, nous avons un nouveau numéro. Est-ce que le lieutenant Carter et vous avez bouclé le précédent.
Reese : (Voyant Joss partir avec la jeune femme.) À l’instant même. (Il boit son verre.)
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans une salle d’interrogatoireSoirée
Homme : (Amené par le lieutenant Fusco dans la salle d’interrogatoire.) Je ne sais toujour pas pourquoi vous m’avez embarqué ?
Fusco : (Asseyant l’homme sur une chaise.) Assieds-toi. (Coupant la caméra de vidéosurveillance.) Tu es le gagnant de notre grand tirage au sort.
 
SÉQUENCE – Salle d’interrogatoire A0222 heures 02 minutes 40 secondes
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans une salle d’interrogatoireSoirée
Lynch : (Arrivant dans la salle, il ferme la porte la clé.) Il est où le flic que tu nous dois ?
Homme : Quoi ? On ne graisse pas la patte des flics. Je traite qu’avec la mafia.
Lynch : (Donnant un coup de pied dans la chaise.) Eh bien, c’est terminé cette époque. Maintenant, c’est la DRH qui ramasse. Alors, où il est mon blé ? (Il s’énerve et prend l’homme par la chemise.) Parle, j’entends rien.
Homme : D’accord. Vous l’aurez votre fric. Mais il faut que je vous y emmène.
Lynch : (Il prend l’homme par le menton et s’adresse à Lionel.) Vas le chercher avec lui. (Lynch s’en va.)
 
SÉQUENCE – Sud-EstCaméra 1222 heures 14 minutes 55 secondes
Finch : (Via un micro.) Vu ce qu’elle vous a dit dans le bar…
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Finch : … le lieutenant Carter a l’air de surveiller Fusco. Peut-être qu’on devrait enfin lui dire qu’il infiltre la DRH à notre demande.
Reese : Pas encore.
Finch : Après tout ce joli discours sur la confiance.
Reese : C’est mieux pour leur sécurité. Moins il y a de personnes au courant pour Fusco, moins il court de danger.
Finch : Vous vous inquiétez pour Fusco, maintenant ?
Reese : J’essaie de sauvegarder un atout. (Regardant la photo sur la vitre.) Qui est le nouveau numéro ?
Finch : Tommy Clay. Il habite le Queens. (Mettant la photo de la femme à côté de celle de Tommy.) Sa femme Joyce et lui, sont mariés depuis dix ans. Ils ont un fils qui a aujourd’hui neuf ans. Pas de casier, il paie ses impôts, et va à la messe tous les dimanches sauf pendant la saison de football.
Reese : Un type, tout ce qu’il y a d’ordinaire. Mais d’où vient la menace ?
Finch : Je ne vous ai pas dit quel était le métier de Tommy Clay ? Il est convoyeur chez Grayling, une société de transports de fonds, vous serez sous ses ordres et il va vous former. Vous commencez dès aujourd’hui.
 
SÉQUENCE – Entrée des marchesSécurité E7 heures 33 minutes 28 secondes
Finch : (Hors cadre.) L’équipe se compose d’un chauffeur, Murray Langston.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Finch : (Hors cadre ; pendant qu’on voit l’équipe qui compose le convoi.) Ça fait vingt ans qu’il travaille pour Grayling. Un messager, Tommy.
Tommy Clay : (Prenant des boîtes.) Allez, salut, bonne semaine.
Homme : Oui, vous aussi, bonne semaine.
Finch : (Hors cadre.) C’est le poste le plus dangereux puisqu’il doit quitter le fourgon pour récupérer ou déposer le chargement.
Tommy amène les paquets dans le fourgon.
Finch : (Hors cadre.) Et enfin, d’un garde, c’est-à-dire vous.
Reese : (Hors cadre ; pendant qu’il ferme la porte du fourgon.) Si la Machine a sorti le numéro de Tommy Clay…
Finch : (Hors cadre ; pendant que John met une caméra sous le fourgon.) C’est qu’on a sûrement prévu de braquer le fourgon.73% des attaques de convoi de fonds ont lieu au moment où le messager est hors du fourgon. Si on doit vous braquer, c’est à ce moment-là.
John monte dans le fourgon.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Finch : (Voyant des plaques minéralogiques sur son ordinateur.) Liaison GSM établie. Le lecteur de plaques va scanner tous les numéros se trouvant à sa portée. On saura si quelqu’un suit le fourgon en préparation d’un braquage.
 
SÉQUENCE – Angle de la 13ème et UniNord-OuestCaméra 028 heures 12 minutes 40 secondes
INTÉRIEUR – Dans le fourgonMatinée
Tommy Clay : Premier truc, on ne sait pas toujours ce qu’on transporte.
Reese : Ce n’est pas écrit sur la feuille de route ?
Tommy Clay : Non, pas précisément, John. Tu t’appelles bien John ? Il y a des fois où le client indique ce que c’est et puis d’autre fois non. Alors, tu n’as qu’à te dire que tu es constamment en danger.
Reese : Je trouve ça plutôt positive comme philosophie.
Tommy Clay : Hey Murray, tu sais quoi, John est un philosophe, un mec qui réfléchit.
Murray Langston : Je suis sûr qu’il a des pensées très profondes.
Tommy Clay : Que je te surprenne pas en train de roupiller.
 
SÉQUENCE – E 17STPoste 5039 heures 02 minutes 18 secondes
EXTÉRIEUR – Dans une rueMatinée
Le fourgon est arrêté et est sous la surveillance de John.
Reese : (Activant son oreillette.) Ces deux types ne sont pas préparés en cas d’attaques. Leurs gilets sont mal serrés, leurs chargeurs mal rangés.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Reese : Il faut vite identifier la menace.
Finch : Je balaye toutes les plaques d’immatriculation pour voir si on vous a suivis.
 
SÉQUENCES – Sortie 5Caméra9 heures 04 minutes 34 secondes ; 17ème rueTrottoirCaméra9 heures 04 minutes 37 secondes
EXTÉRIEUR – Dans une rueMatinée
Tommy Clay : (Emmenant le chargement vers le fourgon.) On dirait presque que tu sais ce que tu fais. Je t’ai manqué ?
Reese : Tu n’as même pas idée.
Tommy Clay : Continue à ouvrir l’œil, le héros.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Finch : J’ai trouvé une plaque. La même immatriculation a été scannée trois fois aujourd’hui, quelqu’un suit le fourgon.
 
INTÉRIEUR – Dans le fourgonMatinée
Murray Langston : (Utilisant son talkie-walkie.) Il y a des gars armés qui se dirigent vers nous, à l’angle sud-est.
Tommy Clay : Vas-y fonce.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Finch : (Inquiet.) Qu’est-ce qu’il se passe, monsieur Reese.
 
EXTÉRIEUR – Dans une rueMatinée
John fait le tour du fourgon, l’arme à la main.
Tommy Clay : John, viens vite, au secours.
John se dirige derrière le fourgon.
Finch : Monsieur Reese ?
Tommy sort du fourgon avec un masque sur la tête, criant pour faire peur à John. Il enlève son masque et se met à rire.
Murray Langston : (Arrivant vers John avec son téléphone portable pour prendre une photo.) Un petit sourire, le bleu !
Tommy Clay : (Pendant que John baisse son arme.) Et, du calme, mon vieux, ce n’est pas un jouet que tu as entre les mains, tu peux tuer quelqu’un.
Reese : (Pendant que Murray et Tommy se tapent dans les mains.) OK, je me suis fait avoir. (Ils regardent la photo sur le portable.) Fausse alerte, Finch, ils m’ont fait une blague.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Finch : C’est très spirituel. (Voyant les plaques sur son ordinateur.) Malheureusement, la Machine ne connaît pas les fausses alertes, le braquage va bien avoir lieu.
 
EXTÉRIEUR – Dans une ruePrès du fourgon - Matinée
Reese : Et quand ça arrivera, cette équipe aura de gros problèmes. (Il rejoint le fourgon.)
 
La frise chronologique passe de 2012 à 2010.
 
SÉQUENCE – 23 heures 14 minutes 54 secondes
INTÉRIEUR – Sur un site secret de la CIADans une pièceNuit
Mark Snow : (En voyant le prisonnier sur l’écran.) Qu’est-ce que ça donne ?
Klara Stanton : C’est bon, on progresse, il commence à ramollir.
Mark Snow : Peu importe, vous partez ce soir. Nouvelle mission. En Chine.
Reese : Impossible, non. Je dois prendre un congé, urgence familiale.
Mark Snow : Vous n’avez aucune famille, Reese, et nous parlons d’une situation qui est urgente, elle aussi.
Reese : Eh bien, vous n’avez qu’à trouver quelqu’un d’autre.
Alicia Corwin : Vous n’avez pas le temps de trouver quelqu’un d’autre. (Elle s’approche de Mark.) Nous devons sécuriser un bien dont nous avons perdu le contrôle, c’est notre top priorité. Est-ce que c’est clair ?
Klara Stanton : Oui, très clair. Vous avez perdu quelque chose et vous voulez qu’on le récupère. On cherche quoi, au juste ?
Alicia Corwin : Vous avez entendu parler de Stuxnet ?
Reese : Un virus informatique.
Alicia Corwin : Créé par nos services afin de neutraliser le programme nucléaire iranien. Le bien dont nous parlons est de type similaire.
Klara Stanton : Sauf que celui-là visait les Chinois.
Alicia Corwin : Exact. Nous pensons qu’un membre du Pentagone a vendu à une entreprise chinoise un ordinateur portable contenant des codes source du virus. Il se peut qu’ils étudient les codes afin d’immuniser leur équipement. Tout comme ils peuvent les modifier pour retourner ensuite le virus contre nos propres structures nucléaires. Dans les deux cas, nous devons récupérer l’ordinateur.
Klara Stanton : Où est-ce qu’on doit aller ?
Mark Snow : À Ordos. Cité industrielle au milieu de la Chine, habitée par un million de personnes mais vide depuis que l’entreprise a fermé. Une ville fantôme. Vous prenez un avion jusqu’à Pékin, couverture diplomatique, deux semaines pour se renseigner après vous agissez.
Alicia Corwin : Le portable doit être manipulé avec une extrême prudence. Aucun téléphone ni appareil connecté ne doit se trouver dans son environnement direct. Sinon, le logiciel pourrait profiter de tous les chemins d’accès ouvert. Reçu ? (Elle s’en va.
Mark Snow : En route. (Klara s’en va et Reese reste devant Mark.) Reese, une dernière chose, une fois le paquet sécurisé, (il se retourne pour voir s’il y a quelqu’un) vous remercierez l’agent Stanton.
Reese : Vous voulez que je tue ma coéquipière ?
Mark Snow : Nous avons intercepté des communications entre elle et cet homme. (Il montre la photo.) Un intermédiaire du Hezbollah. De gros virements ont été faits sur un compte offshore. Elle est passée à l’ennemi. En tant que coéquipier, vous auriez dû le voir. Ça va être à vous de faire le ménage, vous le savez. Faites ce qu’il faut et vous aurez votre congé. C’est compris ?
Mark s’en de la pièce pendant que John prend son téléphone. Il tombe sur la messagerie.
Jessica Arndt : (Via la messagerie.) Ici Jessica, je ne suis pas là, laissez-moi votre message.
SÉQUENCE – 11 heures 59 minutes 58 secondes
 
La frise chronologique passe de 2010 à 2012.
 
SÉQUENCE – Sud-EstCaméra 106 heures 53 minutes 12 secondes
Reese : (Via un micro.) Qu’est-ce que c’est ?
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Finch : J’ai piraté le serveur de la société et sorti votre itinéraire de la journée. (Regardant les points GPS sur l’ordinateur.) Ça devrait me permettre de déterminer où le braquage a le plus de chances de se produire.
Reese : Carter vous a rancardé sur la voiture qui nous suivait ?
Finch : Pas encore.
Le téléphone de John se met à sonner, il prend l’appel.
Reese : (Activant son oreillette.) Lionel, je n’avais plus de nouvelles.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de FuscoMatinée
Reese : (Au téléphone.) Je commençais à m’inquiéter.
Fusco : Faut dire que je suis un peu dans la jungle avec Lynch. La DRH est à sec depuis qu’on a arrêté Elias, du coup il va racketter la rue avec sa batte de baseball. À croire qu’il n’a pas assez d’ennemis comme ça.
Reese : (Au téléphone.) Continue à te rancarder.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Reese : Je veux savoir qui se trouve au sommet avant de faire tomber tout le monde.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de FuscoMatinée
Fusco : Lui au moins, il me paie pour mes efforts. Je fais quoi du blé qu’il me donne ?
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Reese : Tout ce qui m’intéresse, c’est la DRH, l’argent je m’en moque.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de FuscoMatinée
Reese : (Au téléphone.) Ce que tu en fais, ça ne regarde que toi. (Lionel raccroche pendant que son fils entre dans la voiture.)
Lee : Salut, papa.
Fusco : Salut mon gars. (Rentrant le sac dans la voiture pendant que son fils y entre.) Et si on t’achetait un nouvel équipement après l’entraînement ?
Lee : Sérieux ?
Fusco : Ouais, bien sûr.
 
SÉQUENCES – Angle de la 82ème et de la 1èreNord-OuestCaméra 037 heures 08 minutes 17 secondes ; EntréeCaméra 027 heures 08 minutes 53 secondes
Carter : (Via le micro.) Les photos que vous m’avez envoyées…
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Carter - Matinée
Carter : …ressemblent étrangement à celles prises par nos lecteurs automatiques de plaques. Est-ce que vous l’avez prise sur ma voiture.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Reese : Non, lieutenant, pas sur la votre.
Carter : (Au téléphone.) On va dire que j’ai rien entendu.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Carter - Matinée
Carter : Enfin, bon. La plaque correspond à un van Chevrolet gris de 1995 appartenant à un retraité des transports publics âgé de 72 ans.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Reese : Un retraité de 72 ans qui attaque un fourgon blindé ?
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Carter - Matinée
Carter : C’est pour ça que j’ai décidé de creuser. (Regardant la fiche d’un homme sur l’ordinateur.) Le propriétaire du véhicule a un neveu, Frank Lowell, qui a bénéficié d’une libération conditionnelle il y a deux mois. La peine remonte à 2005, condamné pour vol à mains armées, avec son camarade Nick Morton (elle affiche également la fiche de ce dernier), libéré l’an dernier. Je viens de vous envoyer les photos.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
John regarde sur son téléphone portable les photos transmises.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Carter - Matinée
Carter : Vous pourriez avoir besoin de renforts.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Reese : J’ai la situation en main.
 
INTÉRIEUR – Dans un barMatinée
John entre dans un bar et rejoint Murray, assis à une table.
Murray Langston : (Voyant arriver John.) Alors, tu a passé une bonne nuit, beau gosse ?
Reese : (S’asseyant en face de Murray.) Non, pas vraiment. J’ai fait un cauchemar, je rêvais que je travaillais avec deux clowns.
Murray Langston : C’est Tommy, il ne peut pas s’empêcher de faire le guignol. (Il boit sa tasse.)
Reese : (Voyant Tommy qui se trouve dans une voiture en train de discuter avec une femme.) C’est sa femme dans la voiture ?
Murray Langston : Hmm. La reine des brise-burnes. Crois-moi, chaque année je fête l’anniversaire de mon divorce comme je fête le nouvel an. (Tommy rejoint le bar tandis que son fils entre dans la voiture.) Le job est déjà assez stressant alors (pointant l’index vers la fenêtre) hors de question de se cogner ça en rentrant chez soi. Non, mais moi je te dis, le mariage c’est une arnaque.
Tommy Clay : (Arrivant vers eux.) Prêt à remettre ça, John. (S’asseyant à la table de Murray et John.) Ah, je vois que Murray a encore séché la gym aujourd’hui.
Murray Langston : (Donnant un paquet et un gobelet à Tommy.) Je commence un régime à base de pain perdu.
Ashley : (Donnant un gobelet à John.) Tu nous présentes pas, Tommy ?
Tommy Clay : Si. Ashley, je te présente John le bleu. C’est moi qui lui apprends les ficelles du métier.
Ashley : Qu’est-ce que je te sers ?
Reese : Euh.
Tommy Clay : Un truc facile à transporter. Moi, c’est sandwich aux œufs, je ne change jamais.
Murray Langston : Ça s’est parce que tu n’arrives pas à lire le reste du menu.
Reese : (Pendant que Tommy regarde vers Murray en souriant.) J’ai mon café, ça ira.
Ashley : OK.
Murray Langston : (Voyant le bracelet au poignet d’Ashley.) Dis-donc, chouette bracelet. C’est qui l’heureux condamné.
Ashley : Ah, c’est rien, c’est un cadeau que m’a offert ma grand-mère.
Tommy Clay : Je trouve qu’elle a du goût.
Ashley : Ah, au fait, je t’ai rajouté de la sauce piquante dans ton sandwich, Tommy.
Murray Langston : (Sur un ton ironique.) Ah, elle t’a rajouté de la sauce piquante, c’est gentil.
Tommy Clay : (Se tournant vers Murray.) Eh, tu parles à un mec marié.
Murray Langston : Ouais, plutôt une moitié de mec. OK les filles, c’est l’heure d’aller pointer. En route.
 
SÉQUENCE – 1ère avenuePoste 4879 heures 19 minutes 43 secondes
Tommy Clay : Tu faisais quoi avant, John ?
INTÉRIEUR – Dans le fourgonMatinée
Tommy Clay : (En étant en train d’écrire.) Tu as déjà taffé ailleurs dans la sécurité ?
Reese : Ouais, ici et là.
Tommy Clay : Des centres commerciaux avec ton costard noir ?
Reese : C’est à peu près ça, oui.
Tommy Clay : Ce que je veux dire, c’est qu’ici, ce n’est pas le rayon fringue.
Reese : Est-ce que tu t’es déjà fait braquer ?
Tommy Clay : Ouais, une fois. Mon collègue et moi avons chargé un distributeur de billets et il y a deux gars qui se sont pointés avec des flingues. J’ai joué les héros, j’en ai pris deux dans le gilet. Ils se sont tirés. Des côtes cassées et une bosse, c’est tout ce que j’ai eu comme prime. Mais ne t’en fais pas, la plupart du temps, notre boulot ressemble à ça, rester assis à l’arrière en évitant d’avoir la gerbe. Si tu ne meurs pas par balles, tu mourras d’ennui.
 
SÉQUENCE – 18ème ruePoste 3909 heures 38 minutes 42 secondes
Finch : J’ai marqué la plaque d’immatriculation du van gris.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Finch : Si jamais il réapparaît, le lecteur automatique de plaques nous alertera. (Regardant les plaques sur son écran.) J’ai aussi récupéré des infos sur votre feuille de route de la journée dans la banque de données de la société. Premier arrêt, à la OneState Bank.
 
EXTÉRIEUR – Près du fourgonJournée
Finch : (Au téléphone ; pendant que Tommy transporte des cartons pendant que John surveille la porte.)  Vous transporterez la déclaration de revenus de leurs employés. Deuxième arrêt, la société HelioGem. (Pendant que Tommy transporte une boîte.) Mais il ne s’agit que de pierres de basse qualité destinées à l’industrie.
 
SÉQUENCE – 18ème ruePoste 38514 heures 08 minutes 39 secondes
Finch : Prochaine arrêt…
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : …Regan, équipement médical. (Regardant un site sur son ordinateur.) Une société qui apparemment, fabrique entre autres, des pacemakers.
Reese : (Au téléphone.) Du matériel qui vaut cher…
 
EXTÉRIEUR – Près du fourgonJournée
Reese : …mais qui n’est pas forcément le plus à refourguer. (Alors que Tommy sort de l’entreprise. John appelle Murray.) On arrive Murray.
Finch : Attendez.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : Je vois sur la feuille de route de Grayling qu’en fait que vous chargez du matériau brut destiné à la fabrication des pacemakers. Du platine. (Affichant des images de platine ainsi que le court de ce dernier.) Attendez, le platine est…
 
EXTÉRIEUR – Près du fourgonJournée
Finch : (Au téléphone ; pendant que Tommy entre avec le chargement.) à 1600 dollars l’once. Soit environ 50 000 le kilo et il y a 25 kilos. Monsieur Reese, ces mallettes valent un million deux cent cinquante mille dollars. C’est sûrement ce qu’ils visent.
Tommy Clay : (Voyant John tendu près de la porte du fourgon.) Oh là, mon pote, il faut que tu détendes.
 
SÉQUENCE – Trottoir nordSurveillance 414 heures 33 mintues 42 secondes
INTÉRIEUR – Dans le fourgonJournée
John ferme la porte du fourgon et s’installe aux côtés de Tommy.
Tommy Clay : (Regardant sur son téléphone portable, il tape sur le fond du fourgon.) Réveille-toi, Murray, on décolle.
 
SÉQUENCE – Trottoir NordSurveillance 414 heures 33 minutes 53 secondes
Finch : (Au téléphone ; pendant que le fourgon commence à partir.) Je ne comprends pas. Vous…
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch :…auriez dû être attaqué à votre arrêt précédent.
 
INTÉRIEUR – Dans le fourgonJournée
Finch : (Au téléphone.) Il ne vous reste plus que la maison Dewitt.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : C’est une épicerie de luxe…
 
SÉQUENCE – Intersection 563 ESurveillance Poste 314 heures 37 minutes 06 secondes
Finch : … une misère comparée à… (Le fourgon passe à un intersection et une explosion se produit, renversant le fourgon.)
 
INTÉRIEUR – Dans le fourgonJournée
Le fourgon est attaqué et se met à se renverser sur la route, percutant John et Tommy de part et d’autre. John tente de se relever et voit deux hommes en train de tirer sur la porte du fourgon.
Tommy Clay : (Choqué.) Qu’est-ce qu’il s’est passé ?
Reese : Reste dans le fourgon. (Il arrive à ouvrir la porte arrière, va vers l’avant du fourgon et tire sur l’un des deux hommes. L’autre homme, qui détient Murray, est blessé par John. Un bruit sourd se fait entendre, quelqu’un a tiré sur John qui s’effondre sur le sol. Murray est aussi touché. C’est Tommy, qui a les mallettes de platine, enjambe John et donne le coup de grâce à Murray.
Tommy Clay : (Relevant l’un des hommes.) Debout, magne-toi.
John les voit en train de monter dans une camionnette et s’en va.
Finch : (Au téléphone.) Monsieur Reese. (Il ferme les yeux.) Monsieur Reese.
Revenir en haut Aller en bas
carine79
Personne influente
carine79


Script VF - 1X20 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Empty
MessageSujet: Re: Script VF - 1X20 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Script VF - 1X20 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb I_icon_minitimeDim 19 Juil - 17:29

La frise chronologique passe de 2012 à 2010.

On passe de New York à Ordos en Chine pour une mission non nommée et un personnel non fiché.
SÉQUENCES – Quelque chose en chinois7 heures 42 minutes 28 secondes ; quelque chose en chinois – 7 heures 43 minutes 56 secondes
Mark Snow : Le groupe Alpha est sur place. Ils ont leurs instructions et nous les nôtres. Je vous préviens quand ça sera fait.
EXTÉRIEUR – Près du site industrielOrdos, ChineMatinée
Un groupe d’hommes dont Reese et Stanton arrive devant une pancarte où se trouve le nom du virus H5N1.
Militaire : C’est ici qu’on se sépare. Vous y allez seuls. D’après nos sources, vous devriez faire face à peu de résistance, et je dois vous prendre tous vos appareils de communication, c’est les ordres. (John et Klara s’exécutent.)
Reese : Et pour s’extraire, on fait comment ?
Militaire : Signalez-vous avec ça. Des bâtons fluorescents. (Il donne les bâtons à John qui les donne à Klara.) Un hélico vous retrouvera dans la zone d’atterrissage. Vous avez 72 heures. On ne vous attend pas, on rentre séparément.
Klara et John se mettent en marche.
 
SÉQUENCES – Quelque chose en chinois11 heures 25 minutes 57 secondes ; quelque chose en chinois11 heures 27 minutes 09 secondes
Klara et John sont des menaces car ils ont un carré rouge autour d’eux.
Reese : La grippe aviaire a dû servir de prétexte pour mettre la zone sous quarantaine.
 
EXTÉRIEUR – Près d’un site industrielMatinée
Klara Stanton : Et effrayer les gens du coin. (Ils descendent des escaliers.) Beaucoup de précaution pour un virus informatique.
 
SÉQUENCE – Quelque chose en chinois11 heures 27 minutes 15 secondes
Klara Stanton : Je ne suis pas sûre qu’on nous ait tout dit.
 
EXTÉRIEUR – Près d’un site industrielMatinée
Reese : Notre boulot, c’est pas de se poser des questions, c’est ce que tu m’as appris, non ?
Klara Stanton : Je croyais que tu n’écoutais pas.
John commence à viser mais voit, avec Klara, des gens assis sur des bancs ou allongés au sol, morts.
Klara Stanton : J’ai l’impression qu’on arrive un peu tard.
 
SÉQUENCE – Quelque chose en chinois11 heures 32 minutes 26 secondes
Finch : (Via un écho.) Monsieur Reese.
 
2012
INTÉRIEUR – Dans un hôpitalJournée
Finch : (Au téléphone.) Monsieur Reese.
Urgentiste : La perf est en place ?
Finch : (Au téléphone.) Monsieur Reese.
Infirmière : Je vérifie le cathéter.
Urgentiste : On le perd.
John reprend connaissance et voit Murray se trouvant entre la vie et la mort.
Infirmière : Pneumothorax. Tenez-vous prêt pour grenage fleurale.
Urgentiste : Pression 7/5, absence de pouls.
Médecin : (Voyant l’électrocardiogramme plat.) C’est fini, notez l’heure du décès.
John enlève sa perfusion et tente de se lever. C’est à ce moment-là que Joss arrive.
Carter : (Mettant sa main sur l’épaule de John.) On dirait que vous avez  besoin d’aide. (Le soutenant.) Allons-y, appuyez-vous sur moi. (Ils s’en vont dans un autre endroit de l’hôpital alors qu’un policier surveille l’endroit où se trouvaient John et Murray.
Carter : La balle qui entre dans le gilet, une déchirure de la peau et quelques ecchymoses, estimez-vous heureux.
Reese : Je n’étais pas censé le sauver. J’étais censé le neutraliser.
Carter : Dans la plupart de ces cas, le convoyeur laisse juste la porte ouverte et il touche sa part. (John boit un verre d’eau.) Mais là, le coup du type qui sort et qui vous arrose, il vaudrait pour lui qu’il ait bien préparé sa sortie.
Reese : Quand je pense que ce type a une famille.
Carter : J’ai demandé à des collègues de fouiller sa maison. Et de m’amener sa femme pour que je l’interroge. (Réfléchissant.) Il y a quelqu’un d’autre derrière, c’est obligé.
Reese : Il a déjà besoin d’un receleur. Le platine, ça ne se vend pas tout seul.
Carter : (Répondant à l’appel car son téléphone a sonné.) Oui. Il est à côté de moi.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : Ah, Dieu soit loué.
 
INTÉRIEUR – Dans un hôpitalJournée
Finch : (Au téléphone mis sur haut-parleur.) J’avais localisé votre téléphone à l’hôpital mais…
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch :… j’ignorais.
Reese : (Au téléphone.) Tout va bien.
 
INTÉRIEUR – Dans un hôpitalJournée
Reese : Mon cœur bat toujours.
Finch : (Au téléphone.) Bien.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : Je suis sur les images prises par notre caméra cachée dans le fourgon. (Regardant les images du portable.) Tommy Clay avait un autre téléphone. Il a envoyé un SMS juste avant l’attaque, sûrement pour… pour donner le signal aux autres braqueurs.
 
INTÉRIEUR – Dans un hôpitalJournée
Reese : On doit le retrouver, Finch. Je dois stopper cet homme avant qu’il ne fasse d’autres victimes. (Il se lève et s’en va.)
 
EXTÉRIEUR – Dans un parcJournée
Lionel est en train de regarder son fils jouer du hockey lorsque Lynch arrive.
Lynch : Je me rappelle, je venais jouer ici quand j’étais gosse.
Fusco : Tu as été gosse, toi ?
Lynch : Il y a eu quelques bagarres. J’ai appris à me servir de mes poings. Je vais avoir besoin de toi.
Fusco : Pour quoi ?
Lynch : Prendre un paquet à Brooklyn. Je te dirais où et quand. (En se levant.) Tu n’as pas le droit à l’erreur. Tu sais très ce que ça veut dire.
 
SÉQUENCES – ParcZone 5Caméra 316 heures 04 minutes 41 secondes ; EntréeCaméra 0216 heures 10 minutes 28 secondes
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans une salle d’interrogatoireJournée
Carter : Où est votre mari, madame Clay ?
Madame Clay : Je n’en sais rien du tout. Tommy ne m’a pas appelée de toute la journée.
Carter : Il faut dire qu’il n’était pas mal pris. Il a braqué son fourgon, tiré sur deux hommes, vous êtes sûre de ne pas lui avoir parlé ?
Madame Clay : Tommy est un homme honnête, je l’ai, je l’ai jamais entendu parler de voler quoi que ce soit.
Carter : Vous en êtes certaine ? (Montrant une boîte.) On a trouvé ça dans un de vos placards. Dedans, il y avait un bracelet en diamants. Bracelet qui faisait partie d’un chargement transporté par Tommy il y a deux jours. J’imagine qu’il a dû tomber du fourgon.
Madame Clay : Un, un bracelet ?
Carter : (Comprenant qu’elle n’est pas au courant.) Il ne vous a jamais offert ce bracelet ?
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de CarterJournée
Carter : Tommy Clay a une maîtresse. Si on trouve la fille, elle nous conduira à lui, forcément.
 
INTÉRIEUR – Dans un barJournée
Finch : (Installé au bar.) Je vous ai devancé, lieutenant. (Cette dernière raccroche son téléphone.)
Ashley : (Regardant dans la tasse d’Harold.) Encore un peu ?
Finch : Avec plaisir, oui. (Elle lui sert du café dans la tasse. Il regarde le poignet et voit le bracelet. Il regarde son téléphone dont il a cloné celui d’Ashley.)
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Reese : (Remettant difficilement sa chemise.) Du nouveau du côté de la fille ?
Finch : (Au téléphone.) Vous ne croyez pas si bien dire.
 
INTÉRIEUR – Dans un barJournée
Finch : (Regardant son téléphone.) Il y a un numéro dans son journal d’appels. Il revient régulièrement depuis une heure. Il n’y a pas de nom d’abonné.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Reese : Notre homme a peut-être un téléphone jetable. Il est localisable ?
Finch : (Au téléphone.) C’est ce qu’on va voir.
 
INTÉRIEUR – Dans un barJournée
Finch : Je lui envoie une photo plutôt engageante d’Ashley prise dans la photothèque de son portable. J’espère que ça va le faire vite répondre. (Il scrute les images d’Ashley.)
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : (Au téléphone ; pendant que John prépare son arme.) Quand il va ouvrir le message…
 
INTÉRIEUR – Dans un barJournée
Finch : …un spyware de type Cheval de Troie va nous communiquer instantanément ses coordonnées.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Reese : Bien.
 
SÉQUENCES – Vue du cielCaméra 33222 heures 11 minutes 16 secondes ; EntréeSécuritéCaméra B22 heures 13 minutes 04 secondes ; Côté PorteSécuritéCaméra A22 heures 14 minutes 11 secondes
Finch : (Via un micro.) Monsieur Reese, j’ai localisé le portable de notre convoyeur. Il a consulté ses messages depuis le Royce Motel.
INTÉRIEUR – Dans un hôtelSoirée
John entre dans une chambre et la scrute avec sa lampe-torche et braquant son arme, se tenant prêt. Il voit deux hommes morts, les deux braqueurs, allongés sur le sol.
Reese : Il n’est pas là. Mais il y a deux autres morts, sûrement ses complices.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : Il ne veut laisser aucune trace.
 
INTÉRIEUR – Dans un hôtelSoirée
Finch : (Au téléphone.) Garder tout le butin.
Reese : Les corps n’ont pas eu le temps de refroidir. (À voix basse.) Il est encore là.
John se cache près d’un mur lorsque la porte s’ouvre. Quelqu’un entre et John s’en prend à lui en le mettant sur le lit. C’est Lionel.)
Fusco : (Visant John.) Bouge pas !
 
La frise chronologique passe de 2012 à 2010.
 
SÉQUENCES – Quelque chose en chinois11 heures 33 minutes 44 secondes ; quelque chose en chinois11 heures 34 minutes 03 secondes ; quelque chose en chinois – 11 heures 34 minutes 28 secondes
EXTÉRIEUR – Sur un site industrielMatinée
Klara Stanton : (Voyant les corps au sol criblés de balles.) Là, ce n’est pas la grippe aviaire. On les a tous descendus.
Reese : Ce sont des ingénieurs informatiques, pas des soldats. Pourquoi les tuer ? (Il retourne un corps qui se met à bouger.) On a un vivant par ici, enfin, pas pour longtemps.
Homme : (En chinois.) S’il vous plaît, donnez-moi quelque chose… pour la douleur.
Klara Stanton : (En chinois.) Que s’est-il passé ici ?
Homme : (En chinois.) Ils sont venus et ils l’ont pris.
Klara Stanton : (En chinois.) Qu’ont-ils pris ?
Homme : (En chinois.) L’ordinateur. L’ordinateur.
Reese : Qu’est-ce qu’il a dit ?
Klara Stanton : (Donnant le coup de grâce à l’homme.) Qu’il voulait quelque chose pour la douleur.
 
INTÉRIEUR – Dans un bâtimentJournée
Reese : (Voyant les corps au sol.) C’est du travail propre, rapide. Un groupe de reconnaissance des forces spéciales ou des mercenaires.
John et Klara arrivent dans une zone où se trouvent des câbles, du papier où il est écrit des choses en chinois et aussi une cage où se trouve l’ordinateur.
Klara Stanton : (Voyant l’ordinateur.) Ça ressemble à notre paquet.
Reese : (Ouvrant la cage, il prend l’ordinateur.) Pourquoi tuer autant de monde, si c’est pour le laisser.
Klara Stanton : Peut-être qu’ils l’ont copié ou modifié et qu’ils nous l’ont laissé exprès.
Reese : L’hélico ne pourra nous récupérer qu’une fois la nuit tombée. Il va falloir qu’on se mette à l’abri en attendant.
Klara Stanton : (Rangeant son arme.) À l’abri de qui ? On est les seuls personnes vivantes dans cette ville. (Voyant John avec l’ordinateur.) Après toi.
 
SÉQUENCE – Quelque chose en chinois11 heures 57 minutes 30 secondes
 
La frise chronologique passe de 2010 à 2012.
 
2012

SÉQUENCES – Vue du cielCaméra 33222 heures 15 minutes 02 secondes ; EntréeSécurité Caméra B22 heures 16 minutes 24 secondes
INTÉRIEUR – Dans une chambre d’hôtelSoirée
Fusco : (Tout comme John, il range son arme.) J’aurais dû te descendre, ça m’aurait simplifié la vie.
Reese : Le stress commence à te gagner, Lionel ? Qu’est-ce que tu fais là ?
Fusco : C’est Lynch qui m’envoie. Je dois retrouver un type qui s’appelle Clay.
Reese : La DRH voudrait récupérer une part du butin ?
Fusco : La DRH est mêlée au braquage, ils ont fourni les tireurs. Je viens ramasser leur pourcentage.
Reese : Tu es mal barré, Tommy Clay a foutu le camp, en laissant ses potes derrière lui.
Fusco : (Voyant les deux hommes au sol ainsi que le chargement qui a disparu.) Oh, non de Dieu ! Oh ! (Faisant le tour de la chambre, énervé.) Si je ne leur ramène pas le platine, ils vont croire que je l’ai tiré, autrement dit, je suis mort. (En criant.) Tu vas m’aider sur ce coup-là, c’est toi qui as voulu que je bosse pour ces mecs !
Reese : Je vais retrouver Tommy, maintenant, tu peux t’en aller.
Fusco : Je peux m’en aller, qu’est-ce que je vais leur raconter moi ?
Reese : Allons, Lionel, tu as toujours été doué pour mentir. C’est pour ça que je t’ai choisi. (Lionel quitte la chambre en claquant la porte ; John active son oreillette.) Finch, vous êtes là ?
Finch : (Au téléphone.) Comme toujours. Ne me demandez pas…
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : …où est Tommy, je n’en sais rien. Il a détruit son téléphone à peine sortir de l’hôtel.
 
INTÉRIEUR – Dans une chambre d’hôtelSoirée
Reese : Vous avez eu le temps de récupérer des infos ?
Finch : (Au téléphone.) Non, rien. Mis à part que…
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : …« Ashley » lui sert de mot de passe pour pratiquement tout.
 
INTÉRIEUR – Dans une chambre d’hôtelSoirée
Reese : Ashley, la serveuse du snack ?
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Reese : (Au téléphone.) Il doit être amoureux.
Finch : Et c’est réciproque. J’ai épluché son relevé de carte bancaire. J’ai découvert que cette jeune femme venait de s’acheter pour plus de 5000 dollars de valises de luxe.
Reese : (Au téléphone.) Elle va s’enfuir avec lui.
 
INTÉRIEUR – Dans une chambre d’hôtelSoirée
Reese : Je vais tenter de trouver la fille, vous, tâchez de localiser Tommy.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : (En s’étirant.) Cet homme mérite-t-il vraiment notre protection, monsieur Reese ?
 
INTÉRIEUR – Dans une chambre d’hôtelSoirée
Reese : Il m’a tiré dans le dos et abattu son ami de sang froid. Il ne s’agit pas de le protéger.
 
SÉQUENCE – IslandSécuritéCaméra 0523 heures 54 minutes 34 secondes
Lynch : Tu es en train de me dire que ce guignol a réussi à buter tous nos gars et à se tirer avec le platine.
Fusco : Peut-être la chance du débutant ?
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans la salle des pièces à convictionNuit
Lynch : Est-ce que tu deviendrais gourmand ? Tu veux jouer au plus malin ?
Fusco : (S’énervant.) Si tu ne me crois pas, va à l’hôtel, il y a deux macchabées et deux mallettes vides.
Lynch : Tout le monde se croit malin, le seul problème c’est qu’il y a toujours plus malin que toi.
Fusco : Si on arrêtait de discuter et qu’on essayait de trouver ce gars avant qu’il ne se barre pour toujours avec notre blé.
Lynch : En admettant que tu n’essayes pas de m’embrouiller, il y a très peu d’endroits où il pourrait refourguer du platine.
Fusco : On fait une liste et on se les répartit.
Lynch : Non, on va y aller ensemble, comme ça je t’aurais à l’œil.
 
SÉQUENCE – Côté trottoirSécurité C00 heure 02 minutes 52 secondes
Ashley : Tu m’étonnes, j’ai hâte d’être entré.
EXTÉRIEUR – Près du barNuit
Ashley : On se fera un truc une autre fois. Tchao.
Collègue : On se rappelle.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture d’AshleyNuit
Ashley sort ses clés, ouvre la porte et s’assoit.
Reese : Bonsoir, Ashley.
Ashley : (Surprise.) Sortez de ma voiture.
Reese : Non, je regrette.
Ashley : Vous bossez avec Tommy ? Vous voulez quoi ?
Reese : C’est vrai que c’est un très joli bracelet. Mais ce n’est pas un cadeau de votre grand-mère, n’est-ce pas ? Je sais qu’il vous l’a offert. Où est-ce qu’il est ? Où est Tommy, dites-le-moi.
Ashley : Je n’en sais rien. C’est la vérité, je n’en sais rien.
Reese : Vous m’expliquez.
Ashley : Normalement, je devais l’attendre ici, il devait passer me prendre il y a trois heures. Alors ou bien il lui ait arrivé un truc hyper grave ou bien (en pleurant) il est parti sans moi.
Reese : C’était quoi le plan ?
Ashley : Il a dit qu’il aller m’emmener loin de tout ça, qu’on allait vivre sur une plage au Mexique. Et moi, je l’ai cru comme une idiote.
Reese : Au moins, il vous reste toujours vos jolies valises pour vous consoler. (John sort de la voiture.)
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Reese : (Au téléphone ; pendant qu’Harold tape sur le clavier.) On dirait que notre convoyeur a réussi à manipuler tout le monde.
 
EXTÉRIEUR – Près du barNuit
Reese : Et maintenant, il est en train de faire le grand ménage.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Reese : (Au téléphone.) Vous avez du nouveau ?
Finch : Notre homme a ses petites habitudes. Il utilise systématiquement le même mot de passe et il achète toujours des téléphones jetables de l’opérateur Simtel. Simtel achète ses lignes par groupes de numéros consécutifs. J’ai rédigé un script qui rentre le mot de passe fait sur tous les numéros de l’opérateur.
 
EXTÉRIEUR – Près du barNuit
Finch : (Au téléphone.) Et j’ai trouvé sa nouvelle ligne ainsi qu’un…
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée
Finch : …message laissé sur sa boîte vocale. Je vous le fais écouter.
Homme : (Via l’ordinateur.) J’ai eu votre message. Le Arturo Boxing Club. J’y serai dans une heure.
Finch : À mon avis, il s’agit de l’homme à qui il s’apprête à vendre le chargement.
 
EXTÉRIEUR – Près du barNuit
Finch : (Au téléphone.) Le message date de 45 minutes.
Reese : J’y vais tout de suite. Donnez l’adresse à Carter.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Reese : (Au téléphone.) Je vais neutraliser Tommy. Elle n’aura plus qu’à l’embarquer.
Harold fait le numéro de téléphone du portable de Joss.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeNuit
Le téléphone de Joss se met à sonner.
Carter : (Déposant un dossier sur une table.) Je vous écoute.
Finch : (Au téléphone.) On a une adresse pour le braqueur du fourgon blindé.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : Le Arturo Boxing Club dans le Queens, John est déjà en route.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeNuit
Mark Snow : (Venu avec un autre agent, voyant Joss Carter au téléphone.) Carter.
Finch : (Au téléphone.) Vous m’avez entendu, lieutenant.
Carter : (Voyant Snow, elle se tourne.) Désolée, il va falloir faire sans moi, la CIA est là, je raccroche. (Elle se retourne vers Snow.) Agent Snow et agent je ne sais quoi.
Evans : Evans.
Carter : Vous voulez quoi ?
Mark Snow : Rien, vous saluer, prendre des nouvelles.
Carter : (En souriant.) Je vais bien. Vous voulez quoi ?
Evans : Nous savons que vous avez parlé de Reese au FBI.
Carter : Il y a une loi qui l’interdit ?
Mark Snow : Comme cela a été prouvé de nombreuses fois, le FBI n’est pas fiable pour les affaires de sécurité nationale.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Pendant qu’Harold écoute la conversation.
Mark Snow : (Via l’ordinateur.) Ne dites rien à l’agent Donnelly.
Carter : (Via l’ordinateur.) Oh, au sujet de notre ami commun ?
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeNuit
Carter : Pourquoi ? Vous avez peur que Donnelly le trouve le premier ? C’est ce qu’il risque de lui dire qui vous effraie à ce point ?
Mark Snow : Faites attention, lieutenant. Les mailles du filet se resserrent. John sait se cacher mais moi je sais très bien trouver et quand ce sera fait, il vaudrait mieux que vous soyez du bon côté. Ne dites rien à Donnelly. (Les deux agents s’en vont, laissant Carter qui soupire.)
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : (Activant l’oreillette.) Monsieur Reese, vous allez vous retrouvez seul, je le crains.
 
SÉQUENCES – Porte principaleCaméra 200 heure 17 minutes 25 secondes ; Porte principaleCaméra 500 heure 17 minutes 27 secondes
Finch : (Via le micro.) Carter vient d’avoir la visite de vos anciens collègues de la CIA.
Reese : (Via le micro.) Bien reçu.
 
INTÉRIEUR – Dans le Arturo Boxing ClubNuit
Tommy, assis sur les bords du ring, entend une porte claquer.
Tommy Clay : Qui c’est ?
Reese : (Venant derrière Tommy.) Salut Tommy.
Tommy Clay : (En souriant.) John. (Il se prend un coup de poing dans la figure mais se défend et une bagarre s’engage.)
Reese : (Après la bagarre.) Ça, s’est pour m’avoir tiré dans le dos.
Tommy tente de s’en prendre à John mais ce dernier esquive et arrive à remettre un coup de poing dans la figure avant de plaquer Tommy à une barre.
Reese : Et ça c’est pour Murray. (Prenant Tommy par le T-shirt.) Où est le platine ?
Tommy Clay : (En souriant.) Ah, ça jamais je ne te le dirais.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Reese : (Via l’ordinateur.) Si tu crois que tu vas t’en tirer, tu te goures.
 
INTÉRIEUR – Dans le Arturo Boxing ClubNuit
Reese : Tu n’as aucune idée de genre de mecs à qui tu as à faire.
Tommy Clay : Tu crois ça ? Je suis aussi malin que n’importe lequel de ces connards.
Reese : Tommy, tu étais honnête. Tu avais une femme, un enfant, aucun antécédent. Mais tu as tout foutu en l’air, pourquoi ?
Tommy Clay : Parce que j’ai passé les dix dernières années à risquer ma peau pour protéger le fric des autres et que moi je suis toujours raide. J’ai rien.
Reese : Et le monde a une dette envers toi, c’est ça ?
Tommy Clay : Non, je sais que non, même si j’ai mis du temps à le comprendre. Tu sais ce que j’ai compris aussi à force de trimbaler tout ce fric ? Dans la vie, il faut se servir. Alors,  je prends ce qui me revient.
Reese : Compte pas sur moi pour te laisser faire. Tu avais voulu faire cavalier seul, Tommy, le problème c’est qu’après, on est seul jusqu’à la mort.
Tommy Clay : Ah ouais, sur ce coup-là, je crois que tu te plantes mon ami.
Ashley arrive derrière John et pointe son arme vers lui, prête à tirer.
Ashley : Ça va Tommy ?
Tommy Clay : Ouais, ça va super bébé. Aide-moi juste à dégager cet emmerdeur.
John se relève et lâche Tommy. Pendant ce temps, à la bibliothèque, Harold comprend que John est peut être en danger.
 
La frise chronologique passe de 2012 à 2010
 
2010
SÉQUENCE – Quelque chose en chinois17 heures 10 minutes 27 secondes
INTÉRIEUR – Sur le site industrielJournée
John et Klara sont assis dans un endroit où ils attendent l’hélico. Klara est en train de manger.
Klara Stanton : Quand je pense que ça fait des décennies qu’on bosse sur les qualités nutritives des rations de combat.
Reese : Et c’est toujours aussi immonde.
Klara Stanton : (Pendant que John se met à manger.) D’ici peu de temps, tout ça n’existera plus.
Reese : Il faudra toujours se nourrir.
Klara Stanton : Hmm, ce n’est pas des rations que je parle, non. Les satellites remplacent les équipes de surveillance. Les drones remplacent les pilotes de chasse.
Reese : Tu veux dire qu’on a plus de raison d’être ? Qu’on sera bientôt remplacer par un type qui appuie sur un bouton.
Klara Stanton : Tu en dis quoi, toi ?
Reese : Je dis qu’on est toujours là.
Klara Stanton : Tu ne te demande jamais d’où viennent nos renseignements ?
Reese : Je croyais que tu te contentais d’obéir. Sans poser de questions.
Klara Stanton : Je n’ai jamais dit que c’était facile.
Reese : Le soleil se couche. On peut y aller.
Klara met le portable dans le sac, se lève et s’en va. Pendant ce temps, John prépare son arme, prêt à tirer.
SÉQUENCE – Quelque chose en chinois17 heures 13 minutes 55 secondes
 
La frise chronologique passe de 2010 à 2012.
 
2012
SÉQUENCE – Angle de la 74ème et BroadwaySud-EstCaméra 0100 heure 21 minutes 02 secondes
INTÉRIEUR – Dans la voiture de LynchNuit
Le téléphone de Lionel se met à sonner, c’est Harold qui appelle.
Fusco : Ouais.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : Notre ami a besoin de vous. Il a des problèmes.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de LynchNuit
Lynch : Qui c’est qui t’appelle ?
Fusco : Euh, je ne peux pas parler là, je suis occupé. (Il raccroche.) Mon ex.
 
INTÉRIEUR – Dans le Arturo Boxing ClubNuit
Tommy Clay : (Pendant qu’il attache John près d’une colonne.) Et maintenant, tu vas me dire qui sont ces mecs qui doivent nous tomber dessus.
Ashley : Le platine, tu l’as mis où ?
Tommy Clay : Il est là, sous le ring, la boîte à côté des gants. (Ashley va sous le ring pour attraper la boîte.)
Reese : Alors, si je comprends bien, Ashley est le cerveau et toi tu es l’exécutant ?
Tommy Clay : On est associé.
Reese : Elle t’a convaincu que tu méritais bien mieux que ce que tu avais. Qu’il était temps de prendre ta vie en main. (Pendant que Tommy lui attache les pieds.)
Ashley : Ne l’écoute pas, Tommy.
Reese : (Il regarde Ashley puis Tommy et commence à comprendre.) Oh, je suis navré.
Tommy Clay : Navré ? Ouais, tu es navré de quoi ?
Reese : La loi de la jungle. Comment je ne l’ai pas deviné plus tôt.
Tommy Clay : (Se relevant.) De quoi est-ce que tu parles ?
Reese : Je ne sais jamais à l’avance si j’ai affaire à la victime ou au meurtrier, mais cette fois, je crois bien que tu es les deux. (Tommy se prend une balle dans le dos et s’écroule ; vers Ashley.) Et maintenant ? Vous croyez qu’il vous suffit de sortir d’ici et à vous la belle vie ? Vous avez à faire à des gens extrêmement dangereux.
Ashley : Taisez-vous.
Reese : Vous avez la marchandise qu’ils veulent, ils feront tout pour l’avoir. (Pendant qu’Ashley vise son arme vers lui, il regarde vers Tommy.) C’est la première fois que vous tuez quelqu’un. C’est dur la première fois. Vous avez dû passer un bout de temps à y réfléchir. À vous préparer psychologiquement. Mais la deuxième est parfois plus dure encore.
Ashley se fait de plus en plus menaçante mais décide de renoncer et à prendre le platine puis partir. Au moment où elle rejoint la porte, Lynch arrive et lui tire dessus. John comprend que ce n’est pas fini.
Lynch : (Voyant Fusco vérifier le contenu du sac.) Tout y est ?
Fusco : Ouais.
Lynch : Qu’est-ce que tu en sais ? En fait, tu disais la vérité. (Voyant John.) Regardez qui est là. L’ange gardien de Carter. (S’abaissant.) Je savais bien qu’on finirait par se recroiser toi et moi. (Le frappant au visage.) À ton tour de te retrouver suspendu au toit d’un immeuble. (Il le frappe de nouveau au visage mais de l’autre côté.)
Fusco : T’occupes pas de lui, foutons le camp d’ici.
Lynch : (À Fusco.) Tu as raison, je comptais m’amuser un peu. Mais je vais juste le buter. (Sur le point de tuer John, il se fait tirer dans le dos par Lionel.)
Finch : (Au téléphone.) Monsieur Reese, tout va bien ?
Reese : On va avoir besoin de votre coffre, Finch.
Fusco : (Détachant John.) Pas la peine, c’est déjà réglé. C’était son flingue, à elle. Facile de faire croire à une opération qui a merdée. (Il aide à relever John.)
Reese : Tu sais qu’à ce jeu-là, tu deviens bon.
Fusco : Je l’ai toujours été. C’est bien pour ça que tu m’as choisi. Rappelle-toi.
 
FLASH-BACK
 
2010
EXTÉRIEUR – Sur le site industriel - Soirée
Klara Stanton : Il est temps qu’on s’en aille.
Pendant que Klara jette les bâtons fluorescents au sol, John braque son arme vers elle. Il préfère la baisser.
Reese : Klara, écoute-moi. Il faut que tu saches une chose. (Il n’a pas le temps de finir qu’il se prend une balle dans l’abdomen par Klara.)
Klara Stanton : Désolée, John. Je n’ai rien contre toi. Ils m’ont dit que tu étais passé à l’ennemi. Et qu’en tant que coéquipière, je devais faire le ménage. (John se met à rire.) Qu’est-ce qu’il y a de drôle ?
Reese : (Parlant difficilement.) J’ai reçu les mêmes ordres que toi. Ceux qui nous ont envoyés ici, ne veulent pas qu’on ramène le paquet. Ils veulent s’assurer qu’il a été détruit. De même que tous ceux qui ont pu être en contact avec. Et tu viens de leur donner notre position.
John s’enfuit et Klara commence à comprendre qu’elle est en danger.
Homme 1 : (Dans un hélicoptère.) Cible verrouillée. (Grâce aux bâtons fluorescents, ils savent où frapper.)
Homme 2 : Feu vert pour engagement.
Homme 1 : Engagement.
Alors que John a réussi à quitter le bâtiment malgré sa blessure, ce dernier est détruit par un missile. John comprend qu’il a perdu sa coéquipière.
 
La frise chronologique passe de 2010 à 2012.
 
2012
SÉQUENCES – Angle de la 44ème et 3èmeCaméra 037 heures 05 minutes 29 secondes ; WTrottoirSécurité 17 heures 06 minutes 50 secondes ; Sud-EstCaméra 107 heures 07 minutes 21 secondes
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Finch : (Regardant la photo de Tommy sur la vitre alors que John arrive.) Avons-nous vraiment servi à quelque chose ?
Reese : Le meurtre de Murray n’est pas resté impuni. C’est déjà ça.
Finch : Clay n’avait aucune chance, n’est-ce pas ?
Reese : (Pendant qu’Harold retourne à son poste de travail, John prend la photo dans sa main.) C’est le problème quand on joue les méchants. Il y a toujours plus méchant que vous. (Il détache la photo.)
 
SÉQUENCE – Sud-EstCaméra 157 heures 08 minutes 33 secondes
Mark Snow : (Via un appel intercepté par la Machine.) Ça y est, on sait peut-être où est Reese. Un informateur en Corée du Nord nous a appris qu’un groupe dissident avait aidé un agent opérationnel de la CIA à s’enfuir d’une ville proche d’Ordos en mai 2010.
Evans : Ordos. C’est sûrement lui.
Mark Snow : Il nous a aussi indiqué un compte bancaire aux îles Caïman. Il y a deux jours, quelqu’un a accédé à ce compte depuis une banque situé en face du Royal Manhattan Hôtel. Retrouve-moi là-bas.
 
SÉQUENCE – EntréeSécuritéCaméra 1415 heures 29 minutes 03 secondes ; Distributeur automatique de billetsRK 016415 heures 30 minutes 24 secondes
INTÉRIEUR – Dans une chambre d’hôtelJournée
Evans et Snow entrent dans la chambre et voient des armes ainsi qu’un appareil photo sur un canapé. Snow se dirige vers la salle de bains tandis qu’Evans reste dans la pièce principale, voyant des chaussures à talon. Mais il se fait tirer dessus dans le dos et s’écroule. Snow l’a entendu et va le rejoindre lorsqu’il se prend une balle dans le genou par Klara Stanton.
Klara Stanton : Salut Mark. Assieds-toi, on a plein de choses à se raconter.
Snow souffre de douleur à cause de la balle reçue.
Revenir en haut Aller en bas
 
Script VF - 1X20 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème de Lecture pour mon Script T_T
» problème de découpe écriture script
» Textes inédits des Brontë
» Un script pour le Finder
» [TUTO]Script V6 Supercharger pour Android - Optimisation Ram et Multitâche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Series of Interest :: Person of Interest :: Scripts :: Saison 1-
Sauter vers: