Series of Interest
Bienvenue sur
Series of interest


Si vous rencontrez un problème pour vous connecter ou vous inscrire, vous pouvez nous contacter, nous répondrons aussi vite que possible.
Series of Interest
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Bienvenue dans l'univers de toutes les séries
 
AccueilAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Script VF - 2X02 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
carine79
Personne influente
carine79


Script VF - 2X02 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Empty
MessageSujet: Script VF - 2X02 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Script VF - 2X02 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb I_icon_minitimeMer 22 Juil - 14:11

SÉQUENCES – Accès 14Caméra 25 heures 46 minutes 16 secondes ; BarCaméra 1A19 heures 08 minutes 05 secondes ; Phone 34ACaméra8 heures 02 minutes 50 secondes ; Zone 2Caméra A20 heures 23 minutes 28 secondes ; RX CenterCaméra 417 heures 24 minutes 40 secondes ; Angle de Rivington et EssexSud-EstCaméra 121 heures 13 minutes 05 secondes
Le carré jaune est devenu rouge pour Root car elle est une menace pour la Machine et son administrateur.
Root : (Via un micro ; après avoir tirée sur Alicia Corwin.) Ravie de faire enfin votre connaissance, Harold. Vous pouvez m’appeler Root.
Reese : (Via un micro.) Avant de disparaitre avec Finch, Root a tué un ex-agent des renseignements nommé Alicia Corwin.
Root : (Via un micro.) Je crois que vous êtes en droit de vous demander ce que je veux et où tout ça nous mène.
Finch : (Via un micro.) Où tout ça nous mène ?
Root : (Via un micro.) Dans le futur, Harold.
Reese : (Via un micro.) J’ai trouvé une piste pour Finch.
Carter : (Via un micro.) Vous savez où se rend notre mystérieuse inconnue ?
Reese : (Via un micro.) Non, mais je crois savoir d’où elle vient. Faites vos valises, Carter, on part pour le Texas.
 
La frise chronologique passe de 2012 à 1991.
SÉQUENCE – Côté entréeCaméra 0120 heures 57 minutes 08 secondes
Opératrice : (Au téléphone.) Vous avez composé un numéro d’urgence, quel est votre problème ?
 
EXTÉRIEUR – Près d’une bibliothèqueTexasSoirée
Opératrice : (Au téléphone.) Allô ? Qui est à l’appareil ?
Une jeune fille vient de sortir de la bibliothèque.
 
SÉQUENCE – Côté entréeCaméra 0120 heures 57 minutes 15 secondes
Fille : (Via un micro.) C’est à propos d’Hannah, la fille qui disparu.
 
La frise chronologique passe de 1991 à 2012.
SÉQUENCES – ToitCaméra N6 heures 46 minutes 11 secondes ; Angle de la 18ème et de la 10ème avenueSud-OuestCaméra 018 heures 02 minutes 02 secondes ; Côté porte8 heures 02 minutes 05 secondes
INTÉRIEUR – Dans un barMatinée
Joss et Lionel entrent dans un bar et vont rejoindre John.i
Fusco : (S’asseyant à côté de Joss.) Alors, qu’est-ce qu’il se passe ?
Reese : Pourquoi cette question ? J’avais promis de vous offrir un verre.
Carter : Il est 8 heures du matin.
Reese : Ce qui veut dire que Finch a disparu depuis 24 heures. Mais on va le retrouver.
Fusco : (Voyant le verre.) C’est un œuf cru ?
Reese : Garanti sans salmonelle, t’en fais pas. (À Joss.) Du nouveau sur cette fille, Carter ?
Carter : Ouais, 1991. Hannah Frey, 14 ans, sort de la bibliothèque municipale de Bishop au Texas. (Donnant le papier à John.) Plus personne ne l’a jamais revue.
Reese : Elle aurait 35 ans aujourd’hui. (Rendant la feuille.) Ça pourrait coller. Cette fille, c’est Root et maintenant, elle tient Finch.
Carter : Il n’y a rien d’autre sur elle, en tout cas pas dans les fichiers de la police, j’ai vérifié. Écoutez, il faut que je sache dont vous tenez vos renseignements.
Reese : Je ne peux pas vous le dire, mais si on cherche ce qui est arrivée à cette fille, on trouvera Finch.
Fusco : Cette fille, ça fait 20 ans qu’elle a disparue. Il faut revenir sur Terre.
Reese : (À Joss.) Vous et moi, on part au Texas. Pour savoir ce qui est arrivé à Hannah Frey.
Fusco : Pas besoin de moi ?
Reese : Bien sûr que si. Il faut que tu restes ici, Lionel, pour enquêter sur Alicia Corwin. Trouve pourquoi elle était à New York et aussi qui trafique le dossier. (Le téléphone de John se met à biper.) Ça pourrait être utile.
Fusco : (Prenant son téléphone qui s’est mis à vibrer, il voit un symbole sur son écran.) Tu viens de pirater mon téléphone ?
Reese : (Montrant son téléphone.) Ça, s’est une application malveillante. Alors conseil d’ami, si tu reçois un mail pour des pilules visant à améliorer tes performances sexuelles, ne clique pas dessus. Oh, autre chose, je voudrais que tu t’occupes d’un copain. (John siffle et Balou arrive très vite et s’assoit à côté de Lionel.) Balou, tu te souviens de Lionel ?
 
SÉQUENCES – 10ème rueTraficCaméra 1110 heures 07 minutes 35 secondes ; 1ère avenueTraficCaméraPoste 55610 heures 11 minutes 23 secondes ; EntréeCaméra10 heures 14 minutes 02 secondes ; BoxCaméra 510 heures 14 minutes 05 secondes
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeMatinée
Hersh prend son téléphone car il a sonné. Il tient un paquet dans les mains.)
Conseiller spécial : (Au téléphone.) On est où dans ce merdier avec Corwin.
Hersh : Un peu de ménage à faire…
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau du Conseiller spécialWashingtonMatinée
Hersh : (Au téléphone ; pendant que le conseiller regarde la photo de Corwin morte.) Mais aucun souci quant aux pistes éventuelles.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeMatinée
Hersh : (Entrant dans une pièce, il ferme la porte.) La chaîne des indices est pour ainsi dire brisée.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau du Conseiller spécialWashingtonMatinée
Conseiller spécial : Il faut qu’on sache ce qui l’a amenée à New York.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeMatinée
Hersh : (Il ouvre le paquet et fait tous les objets s’y trouvant dedans, dont une clé.) En tout cas, je crois savoir où elle logeait.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau du Conseiller spécialWashingtonMatinée
Conseiller spécial : Veillez à y être le premier, on ne sait pas quelle bombe à retardement cette pauvre cinglée a pu laisser traîner.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeMatinée
Hersh : Et la cinglée est morte en travaillant pour Weeks.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau du Conseiller spécialWashingtonMatinée
Conseiller spécial : Laissez-moi de m’occuper de Weeks. On sait quoi sur ceux qui sont chargés de l’affaire ?
Hersh regarde Lionel qui est en train de lire un dictionnaire de traduction néerlandais-anglais. Il donne un ordre à Balou qui monte sur le bureau.
Hersh : On n’a pas trop à s’inquiéter. Je ne pense pas que ce soit l’élite de New York. (Il raccroche pendant que Lionel donne un ordre à Balou qui reste sur le bureau. Il le fait partir.
Fusco : D’accord.
 
SÉQUENCE – Piste d’atterrissage 3Trafic CCaméra 713 heures 00 minute 03 secondes ; FretCaméra A14 heures 18 minutes 08 secondes ; Parking nordCaméra C14 heures 34 minutes 03 secondes
John et Joss sont arrivés à Bishop, au Texas, et s’apprêtent à entrer dans une chambre d’hôtel.
Homme : (Pendant que Carter voit des hommes armés de fusil.) Vous avez de la chance d’avoir appelé à ce moment-là. C’est l’ouverture de la chasse, c’est complet pour la semaine.
John puis Joss entrent dans la chambre, cette dernière voyant qu’il n’y a qu’un seul lit.
Carter : (En souriant.) Euh, ça ne va pas aller, il nous faut une deuxième chambre.
Homme : Désolé, c’est tout ce qu’il reste. On a trois fourgons sur le parking avec des gens qui rêvent d’une chambre avec douche.
Reese : Merci, il n’y a pas de problème.
L’homme donne les clés à Joss et s’en va.
Carter : Alors, comment on va s’organiser ?
Reese : Oh, je ne compte pas dormir beaucoup. Et s’il le faut je m’allongerai dans… (Il voit qu’il n’y a pas de place pour dormir.) Je coucherai par terre. Allons chez vos collègues de la police pour jeter un œil sur le dossier Hannah Frey.
Carter : Une petite minute, fixons d’abord quelques règles. Vous faites profil bas et c’est moi qui discute avec la police locale, d’accord ?
Reese : (Ouvrant la porte.) Vous êtes là pour ça.
 
INTÉRIEUR – Dans une voiture de locationJournée
Carter : (Au téléphone.) C’est au sujet de l’affaire Hannah Frey, ça remonte à 1991.
Sheriff Landry : (Au téléphone.) Ah, oui, je me souviens bien.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la police localeJournée
Sheriff Landry : En quoi ça vous intéresse, lieutenant ?
Carter : Carter. J’ai peut-être un cas de disparition assez similaire dans le Bronx.
 
SÉQUENCE – ParkingCaméra A1015 heures 03 minutes 08 secondes
Carter : (Via un micro.) Une jeune fille, probablement enlevée…
 
INTÉRIEUR – Dans une voiture de locationJournée
Carter : (Au téléphone.) …près d’une bibliothèque comme Hannah Frey. Un de mes suspects vivait au Texas. (John ne peut tenir plus longtemps et a envie que ça aille plus vite.)
Sheriff Landry : (Au téléphone.) Vraiment ? Comment s’appelle le suspect ?
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la police localeBureau du Sheriff - Journée
Carter : Euh, je regrette, je ne suis pas autorisée à dévoiler son nom. C’est toujours une affaire en cours. Sheriff, j’aimerai vraiment pouvoir jeter un œil au dossier d’Hannah Frey.
 
INTÉRIEUR – Dans une voiture de locationJournée
Sheriff Landry : (Pendant qu’un véhicule de livraison arrive en face de la voiture de John.) Et moi, j’aimerai vraiment avoir le nom de votre suspect. Dans la mesure où ça pourrait nous aider à résoudre une affaire qui hante ce service depuis une vingtaine d’années.
 
SÉQUENCE – ParkingCaméra A1015 heures 03 minutes 44 secondes
La Machine, qui voit John, un carré jaune autour de lui, continue d’enregistrer la conversation. Pendant ce temps, John sort de la voiture et se dirige vers la véhicule de livraison.
Carter : (Via un micro.) Je comprends, malheureusement…
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la police localeBureau du Sheriff - Journée
Carter : …je n’ai pas l’autorisation de mon chef pour collaborer avec vous.
Sheriff Landry: Je ne vois pas pourquoi…
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la police localeÀ l’entrée - Journée
Sheriff Landry: (Via le téléphone.) … il vous a envoyé pour ça, non ?
Reese : (Apportant un colis en se faisant passer pour le livreur.) Une petite signature, s’il vous plaît.
Secrétaire : Hmm. Salut, le nouveau. Dan ne travaille pas aujourd’hui ?
Reese : Il fait une autre tournée.
Secrétaire : Oh, c’est pas de chance.
Reese : (Regardant vers sa droite.) Je peux utiliser vos toilettes ?
Secrétaire : Ah oui, bien sûr, c’est tout au bout du couloir sur votre gauche.
Sheriff Landry : (Au téléphone ; pendant que John se dirige vers les archives.) Je vais vous dire ce qu’on va faire, vous allez me donner le nom et le numéro de votre chef et je vais l’appeler.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la police localeBureau du Sheriff - Journée
Sheriff Landry : (N’obtenant pas de réponse.) Non ? Quel dommage. (Se levant.) Bon, j’espère que vous apprécierez votre séjour à Bishop. La chasse et la pêche, il n’y a rien de tel.
Carter fait un sourire et met ses deux mains sur la table en tapant. Elle s’en va.
 
INTÉRIEUR – Dans une voiture de locationJournée
Carter, sorti du bureau du Sheriff et revient dans la voiture où se trouve John, regardant le dossier.
Carter : (Voyant le dossier.) Qu’est-ce que… ? C’est vraiment ce que je pense ?
Reese : Ce ne sont pas les pistes qui manquent. Tenez. (Il donne le dossier à Joss.)
Carter : Je ne sais pas ce que vous avez fait, mais ce n’est pas…
Reese : (La coupant.) Un témoin a appelé un numéro d’urgence ce soir-là pour dire qu’il l’avait vu monter dans une voiture. Les flics n’ont même pas cherché à savoir à qui elle était. (Voyant Joss regarder le dossier.) Alors, qu’est-ce qu’on fait ?
Carter : Il faut reprendre toute l’enquête, interroger les dernières personnes qui l’ont vue.
Reese : Elle est toujours en vie, Carter, je vous le dit, cette fille, c’est Root.
 
SÉQUENCE – Champ BCaméra 117 heures 01 minutes 10 secondes
La Machine tente de retrouver son administrateur. Elle le retrouve dans une maison à Melton dans le Maryland.
 
INTÉRIEUR – Dans la maison de Julie DavenportJournée
Root : (À la fenêtre, tenant une pomme dans sa main.) Incroyable, on a réussi à perfectionner la pomme en créant une version génétiquement modifiée qui ne tient plus au marron (pendant ce temps, Harold est attaché à un siège, des pieds aux mains. Il semble souffrir, fatiguer et tente de bouger sa main droite, celle qui a un bandage) et pourtant, on arrive toujours pas à améliorer l’être humain. L’espèce humaine est en panne, Harold. (Remettant la pomme dans le saladier.) Si j’en crois mon expérience, je dirais même qu’elle est pourrie jusqu’à la moelle. (Denton Weeks gémit.) Pauvre Harold, vous qui êtes si généreux, toujours prompt à laisser les autres s’octroyer le mérite de votre travail. Je pourrais reconnaître votre code n’importe où. Il est tellement élégant.
Finch : Alors, n’y touchez pas.
Root : Je vous l’ai dit, je ne veux pas contrôler la Machine.
Finch : Alors, qu’est-ce qu’on fait là ?
Root : On est ici pour observer un code d’un tout autre genre. Un mauvais code. (Denton Weeks gémit toujours.)
Finch : Nous avons des points de vue très divergents sur l’humanité.
Root : Vraiment ? Alors pourquoi êtes-vous contraint de vivre dans la peur et l’anonymat, vous qui êtes le père fondateur d’une nouvelle ère du renseignement.
Finch : Vous ne savez rien sur moi.
Root : (S’accroupissant devant Harold.) Détrompez-vous, je sais beaucoup de choses. Vous êtes l’homme qui a vendu le monde, mais aux mauvaises personnes. (Weeks continue de gémir.) Je vais accéder à la Machine, Harold. Alors, soit c’est vous qui m’indiquez comment faire (se relevant, elle va vers Denton qui a les mains attachées et écartées et les pieds attachés, une cagoule sur la tête) soit, c’est ce triste individu qui me renseigne. Denton Weeks, l’homme à qui vous avez vendu la Machine. (Elle enlève le sac de la tête de Weeks.) Un de vous deux sortira d’ici pour atteindre le prochain niveau de notre aventure. J’espère que ce sera vous, Harold.
Elle remet le sac sur la tête de Weeks, continuant de souffrir. Elle s’en va et par dépit, Harold baisse la tête.
 
SÉQUENCE – ParkingSectionCaméra 0116 heures 33 minutes 20 secondes ; Sortie de bureauCaméra A16 heures 33 minutes 23 secondes
Barbara Russell : Bien sûr, je me souviens d’elle.
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèque municipaleJournée
Barbara Russell : Si seulement je pouvais l’oublier de temps en temps. Hannah était très intelligente, un peu réservée à vraie dire.
Carter : Vous n’avez pas rien remarqué d’inhabituel ce jour-là ?
Barbara Russell : Non, pas vraiment. Elle était aux ordinateurs (montrant du doigt l’endroit) là-bas, euh, comme pratiquement tous les soirs. On n’avait pas Internet à l’époque. (John regarde vers les ordinateurs où se trouvent des jeunes gens.) Juste deux ou trois PC, quelques jeux, éducatifs bien sûr.
 
La frise chronologique passe de 2012 à 1991.
La Machine retrouve les archives de cette époque-là.
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèque municipaleSoirée
Hannah se trouve sur un ordinateur et est en train de jouer à un jeu qui s’appelle « Jeu de piste dans l’Oregon ». Il y a quatre options, elle choisit de prendre la première « Voyager sur la route ». Elle commence sa partie et une autre jeune fille, regardant un livre, la scrute du regard. Un jeune garçon est présent qui lit un livre. Il se tourne vers Hannah.
Carter : (Hors cadre.) Vous avez donné à la police…
 
2012
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèque municipaleJournée
Carter : …les noms des personnes présentes ce soir-là ?
Barbara Russell : (À Carter.) Oui. (À une jeune fille rendant des livres.) Merci. (Elle range les livres.)
 
FLASH-BACK
1991
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèque municipaleSoirée
Barbara Russell : (Hors cadre ; pendant qu’elle discute avec un homme.) La bibliothèque était sur le point de fermer. Tout le monde s’en allait. (Elle donne des livres à l’homme.)
Barbara Russell : (À l’homme.) Vous avez trouvé le nouveau Stephen King ?
Trent Russell : J’ai vraiment aimé celui d’avant. (Ayant reçu trois livres.) Merci Barbara.
Hannah Frey : (Continuant de jouer, une autre jeune fille se trouve à côté d’elle.) Ah, zut, (voyant qu’elle a perdu) encore morte de dysenterie.
Fille : Ce jeu est franchement débile, je ne comprends pas pourquoi t’y joues.
Hannah Frey : Parce que je veux aller dans l’Oregon.
Barbara Russell : (Haussant la voix.) La bibliothèque ferme dans dix minutes, si vous voulez emprunter des livres, venez me voir. (Hannah se lève et prend son sac ainsi qu’un livre et s’en va.)
Hannah Frey : Salut.
Fille : Salut.
Le jeune garçon les scrute du regard.
Hannah Frey : (Déposant le livre « Des fleurs pour Algernon », ainsi qu’un autre livre, sur le comptoir mais également sa carte de membre.) Tenez.
Barbara Russell : (Hors cadre.) Hannah a emprunté deux livres.
Hannah Frey : (Recevant les livres.) Merci.
Barbara Russell : Bonsoir, Hannah.
 
SÉQUENCE – Sortie de la bibliothèqueCaméra 0120 heures 57 minutes 03 secondes
Hannah quitte la bibliothèque.
 
2012
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèque municipaleJournée
Barbara Russell : Et elle a disparu.
Carter : C’était la dernière fois que quelqu’un la voyait ?
Barbara Russell : Je n’avais aucune raison de m’inquiéter, mais j’ai reçu un coup de fil en pleine nuit, de monsieur Landry le Sheriff qui disait que Hannah n’était pas rentrée.
Reese : Ses parents vivent ici ?
Barbara Russell : Sa mère est morte il y a quelques années. Il m’arrive encore de croiser son père de temps à autre.
Femme : (Donnant des livres.) Voilà.
Barbara Russell : Merci.
John regarde vers l’entrée.
 
1991
La porte de la bibliothèque se referme alors qu’Hannah est désormais à l’extérieur.
 
2012
SÉQUENCE – CourSectionCaméra 117 heures 01 minute 06 secondes
INTÉRIEUR – Dans la maison du père d’Hannah FreyJournée
Joss et John rendent visite au père d’Hannah pour essayer d’avoir des réponses.
Reese : Vous ne pensez que votre fille soit toujours en vie.
Monsieur Frey : C’est ce qui a tué ma femme. Elle refusait d’admettre qu’Hannah était morte. Elle croyait qu’elle était toujours là, quelque part.
Reese : Vous avez une idée de ce qui s’est passé ?
Monsieur Frey : Oui, bien sûr. Tout le monde ici sait ce qui s’est passé. Les flics ont interrogé cet enfant de salaud pendant plus de deux jours.
Carter : (Ouvrant la page du dossier sur le jeune garçon.) Cody Grayson ?
Monsieur Frey : C’était pas la première fois qui la suivait jusqu’à la maison. Mais on ne pouvait rien prouvé puisqu’on ne retrouvait pas le corps. Alors, un soir, mon frère et moi, on est passé voir Cody.
Reese : Et il vous a dit la vérité ?
Monsieur Frey : Il a dit d’Hannah qu’en aucun cas qu’il ne l’avait jamais touchée, qu’elle avait sûrement fugué pour échapper à son connard de père.
Carter : Vous savez ce qu’il fait aujourd’hui ?
Monsieur Frey : Il passe le plus clair de son temps à se saouler au Razorback. (John s’en va.)
Carter : (Partant également.) Merci. (Regardant le courrier posé sur une table.) Personne ne vous a contacté après la disparition d’Hannah ? Aucune correspondance ou information qui pourrait nous aider.
Monsieur Frey : Non, rien, rien, à part de temps en temps des courriers publicitaires pour des crédits bancaires.
Carter : Des courriers adressés à Hannah ? Est-ce qu’elle avait une carte de crédit ou un compte en banque ?
Monsieur Frey : Non, elle était mineure.
Carter : Vous avez une de ces lettres ?
Monsieur Frey : Oui, j’en ai encore jetée une il y a deux jours. Elle doit être dans la poubelle. (Il montre du doigt l’extérieur.)
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Fusco : (Regardant dans les affaires de Corwin.) Tu ne trouves pas bizarre qu’on n’ait pas trouvé de clé dans les poches d’Alicia Corwin ?
Carter : (Au téléphone.) Elle l’avait peut-être laissé à la réception.
Fusco : Comme pratiquement tout le reste, alors. Parce que ce n’est pas la seule différence qu’il y a…
 
EXTÉRIEUR – Près de la maison du père d’Hannah FreyJournée
Fusco : (Au téléphone ; pendant que Joss fouille dans la poubelle à la recherche d’un courrier.) …entre la liste des pièces à conviction et ce que j’ai ici.
Carter : Le rapport du service balistique…
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Carter : (Au téléphone.)… a aussi été falsifié. Quelqu’un veut vraiment effacé toutes les traces. (Lionel regarde en face de lui et voit Hersh en train de téléphoner.) Trouve cette personne et tu auras peut-être un début de réponse. (Lionel croit savoir qui est cette personne.)
 
EXTÉRIEUR – Près de la maison du père d’Hannah FreyJournée
Carter : Et Fusco, fais attention à qui tu parles de l’affaire.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Fusco : (Voyant Hersh.) Ouais, d’accord, allez, je te rappelle plus tard.
 
EXTÉRIEUR – Près de la maison du père d’Hannah FreyJournée
Carter : D’accord. (Elle raccroche.)
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Lionel raccroche et scrute toujours Hersh.
 
EXTÉRIEUR – Près de la maison du père d’Hannah FreyJournée
Joss arrive à trouver une enveloppe d’une publicité pour du crédit et c’est au nom d’Hannah Frey.
 
SÉQUENCES – Dépôt de camionBishopCaméra 0118 heures 02 minutes 40 secondes ; Rue principaleIntersectionCaméra A18 heures 02 minutes 42 secondes ; Au bord de la routeSectionCaméra A18 heures 02 minutes 48 secondes
INTÉRIEUR – Dans le RazorbackJournée
John entre dans le bar et se dirige vers le comptoir.
Homme 1 : Oh, il y a un type en costume.
Homme 2 : C’est la classe.
Reese : (S’adressant à un homme.) Cody Grayson.
Homme 3 : Eh, l’intello, tu es perdu on dirait.
Homme 4 : (Montrant de l’index.) Au fond du bar.
Reese : (S’asseyant près de Cody.) Salut.
Cody Grayson : On se connait ?
Reese : Je suis à la recherche de quelqu’un que tu connaissais. Hannah Frey.
Cody Grayson : Tu es agent fédéral ? Journaliste ?
Reese : Ni l’un ni l’autre.
Cody Grayson : Cool.
Il s’en prend à John mais sa tête est plaquée contre le comptoir. Deux hommes viennent à son secours.
Reese : Je t’ai parlé gentiment.
Homme : Hey, le bureaucrate.
Un homme attaque John mais il se défend et s’en prend aux autres hommes du bar, brisant un bâton de billard. John envoie Cody par la fenêtre.
 
EXTÉRIEUR – Près du RazorbackJournée
Reese : (Relevant Cody.) Essayons encore une fois. (Il le prend par le cou.) Qu’est-ce que tu as fait d’Hannah Frey ?
Cody Grayson : Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Que je l’ai découpée, que je l’ai jetée dans les marais ? Tu n’arrivera à rien, mec. Cette ville m’a déjà fait tout ce qu’il y a de pire. (La voiture avec Joss à l’intérieur arrive.)
Reese : Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Où est Hannah ?
Cody Grayson : Si je le savais, je n’aurais peut-être pas perdu l’usage de cet œil.
Carter : (Rejoignant Cody et John.) Laissez-moi deviner, Cody Grayson. (Ce dernier s’enfuit.)
Reese : Je voulais lui payer un verre.
Carter : (En rigolant, elle regarde par la fenêtre cassée du bar.) Vous vous faites des amis, hein ? Ouais, ce n’est pas comme ça que vous obtiendrez la vérité.
Reese : Je viens de le faire, il est innocent.
Carter : (De retour vers la voiture avec John.) J’aurais pu vous le dire. (Prenant l’enveloppe, elle la montre à John.) On dirait que vous aviez raison à propos d’Hannah Frey. Courrier publicitaire avec son nom dessus. J’ai fait quelques recherches, un compte en banque a été ouvert à son nom en 1993, deux après sa disparition. Soit elle est morte et elle communique depuis l’au-delà, soit…
Reese : (Terminant la phrase.) Elle est toujours en vie.
 
INTÉRIEUR – Dans la maison de Julie DavenportMarylandJournée
Denton est attaché aux pieds et aux mains, tentant de bouger, avec le sac sur la tête. Il continue de gémir et Harold semble compatir à sa douleur, lui-même toujours attaché et fatigué.
Finch : Vous voulez bien faire cesser ce supplice.
Root : (Assise sur le canapé.) Encore une heure la tête dans le sac et il sera prêt à tout me dire. C’est fou ce que le cerveau humain peut être facilement manipulé. (Se levant, elle s’approche de Weeks et lui enlève son sac.) Mais tu sais tout ça, pas vrai Denton. (Il se met à tousser alors qu’elle prend un document et le lui montre.) J’ai là un document top secret du ministère de la Défense qui autorise des techniques d’interrogatoire sophistiquées telles que la semi-pendaison, dont tu es en train de te délecter, n’est-ce pas ? À qui est la signature sur la dernière page ? (Regardant la page en question pendant qu’Harold suit la conversation.) Oh, ça alors, c’est la tienne.
Denton Weeks : S’il vous plaît, à boire.
Root : (Cherchant la réponse dans le document.) Désolée, ce n’est pas autorisé. À moins que tu acceptes de me dire ce que je veux savoir.
Denton Weeks : Je ne sais pas de quoi vous parler, je ne suis qu’un employé de la Maison-Blanche. Je signe des documents, souvent je ne les lis pas. Pitié, pour l’amour de Dieu, détachez-moi.
Root : Dis-moi d’abord où est la Machine ?
Denton Weeks : Quelle Machine ?
Root : La Machine qu’il a fabriquée. La Machine que Nathan Ingram t’a vendue pour un dollars symbolique. Tu sais où elle est.
Denton Weeks : Non, je ne sais rien, je le jure.
Root : (Se tournant vers Harold.) C’est incroyable, pourquoi les hommes cherchent toujours à rechercher l’inévitable ? (Elle lui remet le sac sur la tête, elle se retourne vers Harold.)
Finch : Qu’est-ce qui vous est arrivé ?
Root : Moi ? Vous croyez que j’ai été traumatisée, pendant mon enfance peut-être ? Hmm. Comme c’est mignon.
 
1991
La porte de la bibliothèque se referme alors qu’Hannah est dehors.
 
2012
SÉQUENCE – Devant les marchesSectionCaméra B22 heures 22 minutes 15 secondes
INTÉRIEUR – Dans la maison de Julie DavenportMarylandJournée
Root est assise à la table du salon, coupant une pomme tout doucement. Harold, se fatiguant de plus en plus, continue d’écouter les gémissements de Weeks, se trouvant sur la pointe des pieds. Harold commence à en avoir assez.
Finch : (Se tournant comme il peut vers Root.) Détachez-le, s’il vous plaît.
Root : Bon, vous avez dit « s’il vous plaît ».
Elle dépose le couteau sur le bord de la table. Elle retire la corde d’une poutre et Weeks tombe au sol. Elle lui rattache les mains autour de cette poutre. Harold le regarde avec soulagement.
Denton Weeks : À boire, s’il vous plaît. (Harold semble aussi avoir besoin de boire. Root aide Weeks à boire son verre. Il pousse un soupir de soulagement.
Root : (Regardant sa montre.) Oh, il est temps qu’on se mette en route. (Posant le verre sur la table.) Et comme tu as bu un demi-verre de Tupentalsodique, le sérum de vérité, j’ai le temps de faire le plein à la station service. À mon retour, tu seras prêt à me raconter tout ce qu’il te passera par la tête.
Root sourit à Harold et s’en va. Ce dernier la regarde partir et se rend compte que tout n’est pas fini. Elle ferme la porte de l’entrée et passe par la caméra de vidéosurveillance avec un carré rouge autour d’elle.
 
SÉQUENCE – Devant les marchesSectionCaméra B22 heures 23 minutes 22 secondes
INTÉRIEUR – Dans la maison de Julie DavenportMarylandJournée
Denton Weeks : (Allongé, il relève la tête.) Vous. Je vous connais, vous bossiez avec Nathan Ingram. Aidez-moi à me libérer. On est fasse à un problème majeur. Il ne faut surtout pas la laisser accéder à la Machine.
Harold est face à un choix difficile à prendre.
 
SÉQUENCE – ToitCaméra 0121 heures 24 minutes 15 secondes
Carter : Admettons qu’Hannah ait fugué…
 
INTÉRIEUR – Dans un motelBishopTexasSoirée
Carter : (Regardant les documents sur un mur.)… on retrouve sa trace deux ans plus tard à Lafayette en Louisiane où elle ouvre un compte, elle y met cent mille dollars qu’elle retire en espèces au cours des trois semaines suivantes, puis le compte est fermé.
Reese : Cent mille dollars ? Comment une fugueuse de 16 ans a pu avoir une somme pareil ?
Carter : (Montrant une photo d’un homme.) José Barilla, emprisonné à perpétuité pour trafic de stupéfiant et homicide. L’argent a été prélevé électroniquement de son compte en banque. Vous disiez que Root était douée en informatique.
Reese : Oui, c’est vrai. Mais où nous mène ce compte.
Carter : Il nous ramène ici. Il y avait un co-titulaire pour ce compte. Un gars qui s’appelle… Trent Russell. L’adresse est ici-même, à Bishop.
Reese : Ce nom me dit quelque chose.
Carter : C’est un des témoins de la liste, il était à la bibliothèque le soir de la disparition.
Reese : Et c’est quoi son adresse ?
 
EXTÉRIEUR – Devant la maison des RussellSoirée
Joss frappe à la porte d’une maison.
Barbara Russell : Qui est là ?
Carter : Madame Russell, c’est le lieutenant Carter, votre mari est là ?
Barbara Russell ouvre la porte.
Carter : (Voyant la bibliothécaire.) Madame Russell ?
Barbara Russell : Euh, oui.
Carter : Trent Russell est votre mari ? On peut lui parler ?
Barbara Russell : Euh, Trent, mon mari est mort il y a bientôt quinze ans.
Carter : Oh, je suis désolée. On peut entrer ?
Barbara Russell : Oh, je vous en prie.
Joss et John entrent dans la maison.
 
INTÉRIEUR – Dans la maison des RussellSoirée
John prend un cadre sur une étagère. Il s’agit d’une photo du couple Russell.
Barbara Russell : Nous n’avons été mariés que quelques années. On s’était rencontré à la bibliothèque.
Revenir en haut Aller en bas
carine79
Personne influente
carine79


Script VF - 2X02 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Empty
MessageSujet: Re: Script VF - 2X02 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Script VF - 2X02 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb I_icon_minitimeMer 22 Juil - 14:13

1991
SÉQUENCE – Sortie de la bibliothèqueCaméra 0120 heures 48 minutes 13 secondes
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Barbara donne des livres à Trent
Barbara Russell : (Hors cadre.) Trent était membre du club du livre du mois…
 
2012
INTÉRIEUR – Dans la maison des RussellSoirée
Barbara Russell : Il me manque énormément.
Carter : Il est mort de quoi ?
Barbara Russell : C’est affreux.
 
Date inconnue
EXTÉRIEUR – Sur une route déserte - Journée
La voiture de Russell s’arrête et un véhicule est sur le point de la percuter. Trent descend et plusieurs hommes s’en prennent à lui en le cognant dessus, Russell tombant au sol.
Barbara Russell : (Hors cadre.) Il a été agressé. On lui a tiré dessus.
Carter : (Hors cadre.) On sait qui a fait ça ?
Barbara Russell : (Hors cadre.) La police a parlé de trafiquants de drogue.
 
2012
INTÉRIEUR – Dans la maison des RussellSoirée
Barbara Russell : Des ordures venant de l’autre côté de la frontière mais on ne les a pas arrêtés.
Carter : Trent était responsable de prêts bancaires. Est-ce qu’il aurait pu être impliqué dans du blanchiment d’argent ?
Barbara Russell : Oh, non, c’était quelqu’un de très honnête. Les tueurs se sont trompés.
Reese : Il connaissait Hannah depuis combien de temps ?
Barbara Russell : Hannah ? Oh, il ne la connaissait pas.
Carter : Alors comment vous expliquez ceci ? (Elle montre un document bancaire.) Il a ouvert un compte joint avec Hannah Frey, deux ans après sa disparition.
Barbara Russell : C’est impossible, il doit y avoir une erreur.
Carter : Ouais, comme pour son meurtre. Vous permettez qu’on jette un œil ?
Barbara Russell : Certainement pas. Je veux que vous sortiez d’ici.
John est parti voir dans le garage et trouve une voiture avec une bâche dessus. Il l’enlève et voit devant la voiture la plaque d’immatriculation.
Reese : Carter. (Elle arrive et le rejoint.) Le coup de fil du témoin. Celui qui a vu Hannah monter dans une voiture. Vous avez la plaque ?
Carter : Euh, attendez. (Elle lit la transcription de l’appel.) « Le témoin : C’est à propos d’Hannah, la fille qui a disparu. »
 
1991
SÉQUENCE – Près de l’entréeCaméra 0220 heures 57 minutes 27 secondes
Fille : Je crois que je l’ai vue monter dans une voiture, près de la bibliothèque.
 
EXTÉRIEUR – Près de la bibliothèqueSoirée
Hannah va vers une voiture pour entrer à l’intérieur. C’est un homme qui la conduit.
Carter : (Hors cadre.) L’opératrice a demandé des détails sur la voiture. Mais la seule chose dont le témoin se souvenait, c’est le numéro de la plaque. 925 ESK.
Sur la voiture conduite par un homme, c’est plutôt 925 EFK.
 
2012
INTÉRIEUR – Dans la maison des RussellDevant le garage - Soirée
Reese : 925 EFK. Le témoin s’est trompé d’une lettre.
Carter : Ou l’opératrice. Vous croyez que c’était cette voiture ? Trent Russell aurait kidnappé Hannah Frey ?
Reese : Peut-être. Je pense qu’il l’a enlevée et elle s’est échappée. Et ensuite, elle s’est vengée.
Carter : Mais qu’est-ce qui vous fait dire ça.
Reese : L’existence du compte joint au nom de Russell et d’Hannah Frey. C’est la méthode de Root. Elle lui a tendu un piège. Elle a volé 100 mille dollars à un dealer.
 
Date inconnue
Russell se fait attaquer mais il ne comprend pas pourquoi. Il se prend un coup de poing au visage par un homme armé.
Reese : (Hors cadre.) Quand il s’en est rendu compte, c’est à Russell qu’il s’en ait pris.
 
2012
INTÉRIEUR – Dans la maison des RussellDevant le garage - Soirée
Reese : Bien sûr, Russell nie mais ça ne sert à rien.
 
Date inconnue
EXTÉRIEUR – Sur une route déserte - Journée
Un homme jette des documents d’une mallette au sol.
Reese : (Hors cadre.) Son nom est sur le compte. L’autre est…
 
2012
INTÉRIEUR – Dans la maison des RussellDevant le garage - Soirée
Reese : …celui d’une fille morte depuis deux ans. Alors, il ment, c’est sûr.
 
Date inconnue
EXTÉRIEUR – Sur une route déserte - Journée
Trent Russell : (Se sentant en danger de mort car un homme est sur le point de lui tirer dessus.) Pitié. Pitié. (L’homme lui tire une balle dans la poitrine.)
Reese : (Hors cadre.) Du coup, l’homme qui a enlevé Hannah est abattu sur un parking. (Un homme tire deux fois vers Russell.) Et la fille est dans la nature.
 
SÉQUENCE – Ancienne routePoste 2418 heures 57 minutes 13 secondes
EXTÉRIEUR – Sur une route déserte - Journée
Les hommes s’en vont alors que Russell est au sol, mort.
Reese : (Hors cadre.) Avec cent mille dollars en poche.
 
2012
INTÉRIEUR – Dans la maison des RussellDevant le garage - Soirée
Reese : C’est Root, c’est forcément Root. Il faut qu’on fouille cette maison.
Carter : (L’arrêtant.) Il faut prévenir le Sheriff. Il faut faire les choses correctement, John.
 
SÉQUENCE – Près des marchesSectionCaméra B22 heures 33 minutes 14 secondes
Denton Weeks : Elle ne va pas tarder.
INTÉRIEUR – Dans la maison de Julie DavenportMarylandJournée
Denton Weeks : (Toujours allongé.) Je sais que vous hésitez à me faire confiance. Vous ne me connaissez pas.
Finch : Oh si, je sais qui vous êtes, monsieur Weeks. Vous vouliez pirater la Machine.
Denton Weeks : Oui, je le reconnais. C’était mon boulot, il fallait que je teste ses limites, sa fiabilité. Mais dans aucun des pires scénarios imaginés, on a pensé que… que quelqu’un s’en prendrait à l’un de nous.
Finch : Ce n’est pas moi qui lui dirait où est la Machine.
Denton Weeks : Mais vous savez bien que si vous ne m’aidez pas à me libérer, elle finira à coup sûr par le savoir.
Finch : (Regardant vers Denton.) Qu’est-ce que je peux faire ?
Denton Weeks : Le couteau. (Harold regarde vers la table où se trouve le couteau.) Essayez de le pousser vers moi.
Harold tente de déplacer son siège vers la table. Il bouscule cette dernière et le couteau tombe au sol. Avec ses pieds, Denton prend le couteau et l’amène vers lui. Il le prend avec ses mains et commence à couper le lien de ses mains.
 
SÉQUENCE – Devant les marchesSectionCaméra B22 heures 34 minutes 25 secondes
Root arrive et la Machine la considère toujours comme une menace parce qu’elle a un carré rouge. Elle sort de sa voiture.
 
INTÉRIEUR – Dans la maison de Julie DavenportMarylandJournée
Denton Weeks finit de couper ses liens alors que Root entre dans la maison. Elle dépose son sac et ses clés sur une table. Elle se rend dans le salon. Ne voyant plus Weeks, elle sort son arme. Mais elle est attaquée par Weeks qui la projette vers une poutre. Il la cogne et n’arrête pas de la frapper. Harold tente comme il peut de savoir ce qu’il se passe. Il envoie Root vers une petite table et elle tombe au sol. Il lui donne des coups de pieds et Harold commence à s’inquiéter.
Finch : Arrêtez ! Je vous en prie !
Denton Weeks : (Ayant repris ses esprits.) Ne vous en faites pas, je n’ai pas l’intention de la tuer, pas avant de savoir de quoi elle est au courant en tout cas. (Passant devant Harold.) Alors, le petit technicien en informatique. (Prenant l’arme au sol.) On s’est toujours douté que cet idiot d’Ingram n’avait pas fait ça tout seul.
Finch : Que voulez-vous ?
Denton Weeks : Je veux savoir ce que vous savez. (Harold regarde vers Denton.)
 
SÉQUENCE – AutoroutePoste 48021 heures 39 minutes secondes
INTÉRIEUR – Dans la maison des RussellDans la chambreBishopTexas - Soirée
Joss et John recherchent des indices pour tenter de retrouver quelque chose sur Russell ou sur Hannah. Joss regarde vers une étagère où se trouvent des livres. Dans une rangée, elle voit plusieurs exemplaires d’un même livre.
Carter : John. (Ayant récupéré les livres.) Des Fleurs pour Algernon.
 
INTÉRIEUR – Dans la maison des RussellDans le salon - Soirée
Carter : (Pendant que John regarde dans les livres.) Le livre que Hannah a emprunté ce soir-là à la bibliothèque. Il y en a seize exemplaires cachés dans votre chambre. Pourquoi ça ?
Barbara Russell : Ils arrivent par courrier. Tous les ans, oui, tous les ans à la même date.
Sheriff Landry : Quelle date ?
Reese : Le 15 avril, le jour où Hannah a disparu.
Barbara Russell : Les livres arrivent des quatre coins du pays. Pas de note, pas d’expéditeur. Comme si quelqu’un voulait juste être cruel.
John découvre une facture dans un des livres.
Reese : Carter. Il y avait ce ticket dans le dernier livre envoyé. Je vais trouver qui l’a acheté. Restez ici. (Regardant vers Barbara Russell.) Elle n’a pas tout dit.
 
INTÉRIEUR – Dans la maison de Julie DavenportMarylandJournée
Denton Weeks : (Poussant Root pour qu’elle soit allongée.) Elle m’a vraiment poussé à bout.
Finch : Alors, quel est votre plan, monsieur Weeks ?
Denton Weeks : Régler tout ça, confier cette saleté à un expert pour qu’il la fasse parler mais, vu que l’anonymat est important pour vous et que vous m’avez aidé, je vais vous laisser partir, où vous voulez. Juste une petite question. Est-ce qu’elle pourrait y arriver ? Il faut que je sache si la Machine est en sûreté et vous seul pouvez me le dire. (N’obtenant pas de réponse.) S’il vous plaît.
Finch : (N’ayant pas le choix.) On ne peut pas la modifier à distance.
Denton Weeks : Vous voulez dire que pour changer quelque chose, il faut déjà pouvoir accéder physiquement aux serveurs ?
Finch : C’est exact.
Denton Weeks : Donc, tant que le lieu reste secret, la Machine est en sécurité ? (Harold acquiesce de la tête et Weeks semble ravi d’entendre cette réponse.) Je suis rassuré. Ça était un honneur de vous rencontrer, enfin.
Weeks tire sur Harold à deux reprises mais le chargeur était vide. Ce dernier, ayant eu peur, bouge la tête sur le côté. C’est à ce moment-là que Root utilise un taser contre Weeks, aux jambes puis au cou. Il s’effondre, souffrant de douleurs.
Root : (Essoufflée.) Qu’est-ce que j’avais dit, Harold ? Mauvais code.
 
SÉQUENCES – Vue sur la merCaméra 145 heures 58 minutes 50 secondes ; RueCaméra 26 heures 01 minute 21 secondes ; Trottoir OuestCaméra 26 heures 02 minutes 20 secondes
EXTÉRIEUR – Près du motelBishopTexas - Matinée
Homme : (À son compère, voyant arriver John.) Eh Brad, le voilà.
Brad : Tu loges ici, il paraît.
Reese : Pas maintenant, les gars.
Brad : Alors, c’est l’heure de ta raclée. Tu ne crois pas que…
John s’attaque aux deux hommes et arrive à les mettre KO. Il entre dans la chambre mais vois l’ordinateur portable posé sur le véhicule. Il le prend ainsi qu’une arbalète.
 
INTÉRIEUR – Dans une chambre d’hôtelTexasMatinée
John accroche une grande carte des États-Unis, il pose la photo d’Hannah Frey en plein milieu. Il commence à faire les recherches.
Reese : (Au téléphone.) Lieutenant Stills de la brigade criminelle de New York, (prenant le ticket dans sa main) j’appelle à propos d’un livre que vous avez vendu début avril. « Des fleures pour Algernon ». Je voudrais retrouver l’acheteur.
 
INTÉRIEUR – Dans la maison des RussellDans le salon - Matinée
Joss, Barbara Russell et le Sheriff écoutent l’enregistrement de l’appel d’un témoin de la disparition d’Hannah Frey.
Opératrice : (Via un enregistrement.) Vous avez appelé un numéro d’urgence.  Quel est votre problème ?
Fille : (Via un enregistrement.) C’est à propos d’Hannah, la fille qui a disparu. Je crois que je l’ai vue monter dans une voiture, près de la bibliothèque.
Opératrice : (Via un enregistrement.) Quel genre de voiture ?
Fille : (Via un enregistrement.) Je ne sais pas, c’était une voiture sombre.
Opératrice : (Via un enregistrement.) Est-ce que vous avez remarqué autre chose ?
Fille : (Via un enregistrement.) Oui, le numéro de la plaque. 925EFK.
Sherrif Landry : (Arrêtant l’enregistrement.) Et ça continue, la fille n’a pas voulu dire comment elle s’appelait. Elle a raccroché.
Carter : (Voyant le regard de Barbara Russell.) Barbara sait qui c’est, n’est-ce pas ?
Barbara Russell : C’est Samantha Groves. Elle était avec Hannah ce soir-là, à la bibliothèque.
 
1991
SÉQUENCE – Salle DCaméra 02 - 20 heures 49 minutes 34 secondes
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèque municipale - Soirée
Hannah est à l’ordinateur tandis que Samantha Groves se trouve derrière elle, la rejoignant.
Carter : (Hors cadre.) Elles étaient amies ?
Barbara Russell : (Hors cadre.) Hannah était comme une grande sœur pour elle.
Samantha Groves : (Voyant le livre sur la table.) Des Fleurs pour Algernon.
Hannah Frey : Tu devrais le lire, c’est génial.
Samantha Groves : Hmm.
Hannah Frey : (Finissant son jeu.) Oh, zut, encore morte de dysenterie.
Samantha Groves : Ce jeu est franchement débile, je ne comprends pourquoi tu y joues.
Hannah Frey : Parce que je veux aller dans l’Oregon.
Barbara Russell : La bibliothèque ferme dans dix minutes. Si vous voulez emprunter des livres, venez me voir.
Hannah Frey : Salut. (Elle s’en va.)
Samantha Groves : Salut.
Barbara Russell : (Hors cadre.) Sam avait douze ans. Une drôle de gamine. (Samantha se met à la place d’Hannah.)
 
2012
INTÉRIEUR – Dans la maison des RussellDans le salon - Matinée
Barbara Russell : Elle vivait avec sa mère à l’entrée de la ville. Sa mère était malade. C’est sans doute pour ça qu’elle passait autant de temps à la bibliothèque.
Sheriff Landry : Qu’est-ce qui vous fait dire que c’était Sam au téléphone ? Il y avait d’autres gamines.
Barbara Russell : C’était Sam.
Carter : Comment le savez-vous ?
Barbara Russell : Parce qu’elle m’a dit la même chose. Elle a dit qu’elle avait vu Hannah monter dans une voiture.
Sheriff Landry : (Dépité.) Oh, Barbara, pourquoi ne m’avez-vous rien dit ?
Carter : Parce que Sam a vu qui était dans la voiture. Et elle vous l’a dit, n’est-ce pas ?
Barbara Russell : (Se mettant à pleurer.) Elle a dit que… qu’elle avait vu monsieur Russell.
Sheriff Landry : Comment se fait-il que vous n’ayez pas réagi ?
Barbara Russell : J’ai réagi. Je lui ai dit quelque chose. À elle.
 
1991
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèque municipaleSoirée
Barbara Russell gronde après Samantha pour lui avoir dit la vérité.
Barbara Russell : (Hors cadre ; elle se met à pleurer de plus belle.) Je lui ai dit qu’elle n’était qu’une petite peste en quête d’attention, que je trouvais inouï qu’elle pense de telles horreurs à propos de monsieur Russell, à l’homme qui faisait de choses pour la ville, la bibliothèque et les enfants.
 
2012
INTÉRIEUR – Dans la maison des RussellDans le salon - Matinée
Barbara Russell : Et ensuite, je lui ai dit de ne parler de tout ça à personne.
Carter : Pourquoi ?
Barbara Russell : Parce que j’étais amoureuse de Trent Russell. Et que je ne pouvais pas admettre qu’il ait fait une telle chose.
Carter : Et maintenant, vous pensez quoi ?
Barbara se rend près de la fenêtre menant sur la cour où se trouve la terrasse. Joss la rejoint.
Carter : Qu’est-ce qu’il y a ?
Barbara Russell : La terrasse. Il l’a refaite deux semaines après qu’Hannah a disparu.
 
INTÉRIEUR – Dans la chambre du motelMatinée
Reese : (Au téléphone.) Oui, c’est le lieutenant Stills de la police de New York. Je travaille sur une affaire de disparition d’enfant, il y a eu une transaction d’un des comptes de votre banque vers une librairie à Seattle. (Quelqu’un frappe à la porte. John regarde une feuille.) Le nom du titulaire du compte est Von Neuman. Les derniers chiffres sont 4-2-5-3.
Homme : (Frappant à la porte, il l’ouvre mais a peur.) Euh, eh, désolé, mec. Ne t’énerves pas, on veut juste récupérer notre…
Reese : (Braquant l’arbalète vers eux.) Affaire de police.
Homme : (De plus en plus peur.) Oh, d’accord, d’accord, on s’en va. (Il ferme la porte.)
Reese : (Déposant l’arme sur le lit.) Oui, j’écoute.
 
EXTÉRIEUR – Près de la maison des RussellMatinée
Une pelleteuse s’affaire à déterrer ce qu’il y a sur la terrasse. Des policiers avec des pelles tentent de trouver quelque chose.
Policier : (Remontant un sac.) J’ai quelque chose.
Pendant que madame Russell regarde, le Sheriff enlève la terre du sac et en sort un livre, « Des Fleurs pour Algernon ».
Sheriff Landry : Le même livre.
Joss et Landry regardent vers Barbara qui rentre chez elle. Ils comprennent qu’Hannah a été assassinée.
 
INTÉRIEUR – Dans la chambre du motelMatinée
Reese : (Au téléphone.) Oui, j’aimerai connaître les opérations récentes sur une carte de crédit au nom de Dyson. (Attendant la réponse.) Station service à Relton dans le Maryland ? Juste après 4 heures du matin. (Il raccroche.) Ça fait à peine trois heures. (Mettant le doigt sur le nom de la ville.) Je te tiens.
 
SÉQUENCE – Champ B­ – Caméra 37 heures 36 minutes 30 secondes
Finch : Vous saviez que j’allais l’aider, n’est-ce pas ?
INTÉRIEUR – Dans la maison de Julie DavenportMarylandMatinée
Finch : Vous l’avez laissé vous frapper, prendre votre arme, vous aviez tout prévu.
Root : (Ramassant le couteau, pendant que Weeks est attaché aux mains et inconscient.) Dire que vous avez confié la Machine à ces gens-là. Des gens violents, aux réactions parfaitement prévisibles. (Elle se relève et rejoint Harold, posant le couteau sur la table.) Il faut que vous réalisez que je suis de votre côté.
Finch : Je ne suis d’aucun côté.
Root : (S’abaissant vers Harold.) Vous savez ce que je veux dire. Je suis la meilleure amie, le meilleur soutien, la meilleure partenaire que vous puissiez avoir, (en souriant) et certainement la plus amusante.
Finch : Non, vous êtes pire que Weeks, pire que tous ces gens, je préfère mourir que de vous donner la Machine alors tuez-moi tout de suite, je ne tiens pas à vous écouter davantage, s’il vous plaît.
Root : (Changeant son regard.) Vous êtes fatigué. (Se touchant la bouche ensanglantée.) Et je suis couverte de sang. Euh, je vais nettoyer ça.
Harold tente de se retourner.
 
INTÉRIEUR – Dans la chambre du motelMatinée
Reese : (Pendant que Carter entre dans la chambre, il met sa veste.) Carter, gardez la voiture de location. On me prête un véhicule.
Carter : (Voyant l’arbalète.) Pourquoi y a-t-il une arbalète sur le lit ?
Reese : C’est une longue histoire mais on est copains maintenant. Je file, un jet privé m’attend.
Carter : Où est-ce que vous allez ?
Reese : Sur la côte est. (Prenant le livre « Des fleurs pour Algernon », il l’utilise pour faire le chemin qui a mené vers Root.) Ce bouquin m’a mené à une librairie et à une banque, puis une autre et une autre et enfin, une carte de crédit utilisée il y a trois heures dans le Maryland. C’est Root. Hannah est Root, elle est vivante et je sais où elle est.
Carter : (S’asseyant sur le lit.) Ce n’est pas Hannah. Hannah est enterrée, John. Elle est morte. Elle n’a pas pu échapper à Russell.
Reese : Alors, qui a fait ça ? L’envoie des livres, l’exécution de Russell ?
Carter : (Montrant la photo où se trouvent Hannah et Samantha Groves. John la prend et s’assoit sur le lit.) Le père d’Hannah m’a donnée ça. Elle s’appelle Sam Groves. C’était une amie d’Hannah. Elle a vu Hannah monter dans la voiture de Russell, ce soir-là. Elle l’a dit à Barbara, elle a appelé les secours mais personne ne l’a écoutée.
Reese : Eh on sait où elle est ?
Carter : Fille unique, sa mère était malade, elle est morte il y a dix ans. Alors Sam est partie, personne ne l’a jamais revue. Si la fameuse Root existe, c’est forcément elle.
Reese : Dans ce cas, c’est elle qui a Finch. Je sais où elle est, je pars la retrouver. (Il donne la photo à Joss et s’en va. Joss regarde la photo avec attention sur Sam Groves.)
 
1991
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèque municipaleSoirée
Alors qu’Hannah est partie vers le comptoir où se trouve madame Russell, Samantha s’assoit à l’ordinateur et commence à jouer au jeu. Elle y joue de manière rapidement et arrive à rejoindre l’Oregon. Ne sachant pas quoi faire, Samantha se dirige vers la fenêtre et voit Hannah monter dans la voiture de Russell. Elle retient le numéro de la plaque et va prévenir Barbara.
 
2012
 
SÉQUENCE – Entrée 3Caméra B14 heures 03 minutes 20 secondes
Hersh, le téléphone à la main, arrive à l’endroit où habitait Alicia Corwin.
INTÉRIEUR – Dans la voiture de FuscoNew York - Journée
Fusco : C’est qui ce type ? (Il arrive à cloner le portable d’Hersh.)
Hersh : (Au téléphone.) Je crois que j’ai retrouvé la planque de Corwin.
Fusco : Eh, ça marche. (À Balou.) Comment tu dis ça en néerlandais ?
Hersh : (Au téléphone.) Il n’y a rien ici.
Fusco : Parce que je suis passé avant toi, couillon. (Sur le siège passager se trouvent les affaires de Corwin dont deux photos, celle de Weeks et celle où se trouve Harold.)
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau du Conseiller spécialWashingtonJournée
Conseiller spécial : Ouais, c’est ça, on a un plus gros problème. Denton Weeks.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de FuscoNew York - Journée
Conseiller spécial : (Au téléphone.) Il a disparu et ne répond plus au téléphone.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueNew YorkJournée
Hersh : Vous avez des pistes ?
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de FuscoNew York - Journée
Conseiller spécial : (Au téléphone.) Il semble que Weeks ait une maîtresse. Une certaine Julie Davenport.
Fusco : (À Balou.) Cache-toi.
 
INTÉRIEUR – Dans le bureau du Conseiller spécialWashingtonJournée
Conseiller spécial : Apparemment, ils ont un nid d’amour…
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de FuscoNew York - Journée
Conseiller spécial : (Au téléphone ; pendant que Hersh passe devant la voiture de Lionel.)… secret dans les environs de Washington. Trouvez-le. (Balou a la langue pendante.)
 
SÉQUENCE – Champ BCaméra 217 heures 10 minutes 54 secondes
Root : (Hors cadre.) Désolée d’avoir été aussi longue.
INTÉRIEUR – Dans la maison de Julie DavenportMarylandJournée
Root : (Enlevant la protection d’une seringue, elle la montre à Harold.) Un léger sédatif. Ça m’embête de faire ça, mais je tiens à ce que vous soyez un petit peu plus… (elle lui injecte le produit dans le cou) docile. (Son téléphone se met à biper, elle regarde et voit un message lié à sa carte de crédit.) Tiens, tiens. Apparemment, j’ai sous-estimé votre copain bagarreur. Comment il est arrivé là ? Ah, ça j’en sais rien. C’est la Machine qui l’a mis sur nos traces ? (Rangeant son portable dans son sac, elle le ferme.) Voilà quelque chose dont on pourra discuter pendant notre voyage. (Emmenant un fauteuil roulant près d’Harold.) J’espère que vous aimez le train. (Harold commence à sentir les effets du sédatif. Grâce un ciseau, elle coupe les liens des deux mains d’Harold. Celui-ci enlève son bouton de manchette et le garde dans la main pendant qu’elle pose les liens sur la table.) Allez, Harold. (Elle le prend et l’installe dans le fauteuil. Après ça, elle se rend près de Denton Weeks et s’accroupit.) Une dernière question et je te laisse tranquille. Où est la Machine ? (Harold regarde vers le téléphone au sol. Root montre les balles du pistolet.) Cette fois, il est chargé. (Elle remet le chargeur en place, elle le menace.) Alors, où tu as emporté la Machine ?
Denton Weeks : (Pendant qu’Harold écrit des chiffres sur le téléphone.) Je vous l’ai déjà dit, je ne sais rien. (Elle met l’arme contre sa poitrine.) Attendez. Le 12 juillet 2009, on l’a emballée et mise dans un train.
Root : Vu le nombre de serveurs, il fallait bien un train mais un train pour où ?
Denton Weeks : Il est parti de Des Moines puis le convoi a bifurqué sur les lignes de l’Union Pacific, (pendant qu’Harold finit d’écrire les chiffres sur le téléphone) direction Salt Lake City. C’est tout ce que je sais, je vous le jure.
Root : C’est déjà ça.
Denton Weeks : Vous ne savez pas dans quoi vous vous embarquez.
Root attend puis tire deux balles dans la poitrine de Weeks, qui meure sur le coup. Harold sursaute de peur et de surprise.
Root : (Rangeant son arme derrière son pantalon.) Hmm. (Voyant le téléphone au sol car elle enlève la sécurité pour pouvoir rouler.) Harold, vous croyez vraiment que j’avais oublié de déconnecter le téléphone ? (Root commence à faire rouler le fauteuil, Harold dépose le bouton au sol.)
 
SÉQUENCE – Pompe 2/4Caméra17 heures 33 minutes 30 secondes
Reese : Je viens d’atterrir dans le Maryland.
 
INTÉRIEUR – Dans une station-serviceJournée
Reese : (Regardant les images de caméra de vidéosurveillance où Root fait le plein.) Je suis à une station-service, elle y ait venu dans la nuit.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Fusco : Ça fait des heures que j’essaie de te…
 
INTÉRIEUR – Dans une station-serviceJournée
Fusco : (Au téléphone.) …joindre.
Reese : Tu as du nouveau à m’annoncer ?
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Fusco : (Regardant un article sur Weeks dans le New York Journal.) Je crois que la fille qui a enlevée ton ami en a aussi après un certain Denton Weeks. Il était dans le même genre d’affaire gouvernementale…
 
INTÉRIEUR – Dans une station-serviceJournée
Fusco : (Au téléphone.) … que Corwin. Mais il a disparu.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Fusco : Les fédéraux se démènent pour le retrouver.
 
INTÉRIEUR – Dans une station-serviceJournée
Reese : Ils cherchent de quel côté ?
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Fusco : Apparemment, il fréquente une femme qui a un chalet pas loin de Washington. Cette femme s’appelle…
 
INTÉRIEUR – Dans une station-serviceJournée
Fusco : (Au téléphone.)… Julie Davenport.
Reese : Cherche un acte de propriété à Relton dans le Maryland au nom de Davenport. (Lionel raccroche tout comme John, qui s’en va.)
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée
Lionel se met à son ordinateur pour faire la recherche pendant que John s’en va.
 
SÉQUENCE – Salle d’attente principaleCaméra 15
INTÉRIEUR – Dans une gareJournée
Il y a du monde dans la gare lorsque Root arrive avec Harold.
Femme : Le train 1817 à destination de Baltimore…
Root : Je vais juste voir si le train n’a pas de retard, Harold. (Arrêtant le fauteuil au milieu de la foule.) Faut-il que je vous rappelle notre accord ? Si vous tentez quoi que ce soit, des innocents en souffriront. (Pendant qu’elle va vers un guichet, Harold tente d’enlever son deuxième bouton de manchette.)
 
SÉQUENCE – Salle d’attente principaleCaméra 1117 heures 45 minutes 54 secondes
La Machine considère toujours Root comme une menace car elle a un carré rouge autour de sa tête.
 
INTÉRIEUR – Dans la maison de Julie DavenportMarylandJournée
John, l’arme à la main, entre dans la maison et découvre Denton Weeks, mort. Il range son arme et vérifie que Weeks est bien mort en tâtant son pouls. Il récupère le bouton de manchette sur le sol et prend le téléphone.
Reese : (Appuyant sur le téléphone, qui n’arrête pas de biper, il voit une suite de chiffres.) Un message codé, bien joué.
Il note sur une feuille 5 chiffres à l’horizontal et à la verticale puis ajoute les lettres de l’alphabet. À partir des numéros du téléphone, il rassemble les lettres qui font « Train Station », donc il comprend qu’il doit aller à la gare.
Reese : Ils sont à la gare. (Il s’en va en courant.)
 
INTÉRIEUR – Dans une gareJournée
Root entend la voix de la femme parlant d’un train se dirigeant vers Baltimore et se lève.
Root : (Commençant à faire rouler le fauteuil.) Vous allez aimer l’ouest, Harold. Il y a moins de gens et plus de raisons. C’est mieux pour réfléchir. (Entendant que le train aura quatre minutes de retard, elle s’arrête, se retourne et voit John arriver dans la gare. Elle fait rouler le fauteuil pour tenter de se cacher.) Comment il nous a retrouvés ?
Finch : Parce que vous avez tord, il est la preuve que vous avez tord. (Étant cacher.) Les humains ne sont pas tous de mauvais codes.
Root : Vous l’avez aidé. Je vous avais dit ce qui arriverait si vous essayez de m’échapper. (Elle se relève et fait un signe de la main tout en souriant.) Excusez-moi, monsieur.
Agent : (Ayant vu Root.) J’arrive.
Harold recule son fauteuil pour essayer de voir John. Ce dernier l’a aperçu.
Agent : Que puis-je faire pour vous, madame ?
Root sort son arme vers l’agent, John la prend aussi mais Harold arrive, en se levant, à bousculer Root. Un coup de feu retentit. La panique s’empare de la foule alors que Root décide de s’enfuir. John court vers Harold en bousculant un homme. Il voit qu’il est encore allongé au sol.
Reese : Bougez pas, bougez pas.
Finch : Est-ce que je suis blessé ?
Reese : Non, je ne pense pas. (Relevant Harold.) Désolé d’avoir mis si longtemps.
Finch : (Encore sous le choc.) Vous plaisantez, je n’espérais pas vous voir arriver pour me sauver. Il y a d’autres personnes qui ont besoin de votre aide.
Reese : (Prenant Harold par le bras.) Vous m’avez déjà sauvé la vie une fois ou deux, il était normal que je vous rende ce service.
 
SÉQUENCES – Vue du cielCaméra G20 heures 24 minutes 39 secondes ; EntréeCaméra 0120 heures 35 minutes 29 secondes
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans les bureaux de Lionel Fusco et Joss Carter Soirée
Joss revient avec un sac sur l’épaule et va à son bureau.
Fusco : (Encore à son bureau.) Salut.
Carter : Salut Fusco. Où est le chien ?
Fusco : Superman est venu le chercher.
Carter : Ah.
Fusco : Alors, on a retrouvé notre ami à lunettes.
Carter : (En souriant.) Ouais, ça y est. Je t’offre un verre ?
Fusco : Tant qu’il n’y a pas d’œuf dedans. (Ils se mettent à rire.)
 
SÉQUENCE – Sud-EstCaméra 1220 heures 48 minutes 11 secondes
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèque - Soirée
John et Harold entrent dans la bibliothèque en l’allumant. Balou arrive avec un livre dans la gueule et s’assoit.
Reese : Harold, voici Balou. Malheureusement, mon propriétaire m’interdit formellement de l’avoir chez moi.
Finch : Moi, j’ai une règle stricte concernant les éditions originales, je ne veux pas qu’on les mange.
Reese : Balou… (Il donne un ordre en néerlandais, le chien dépose le livre par terre.)
Finch : (Se baissant pour ramasser le livre.) Asimov. (Il se relève.) Ce chien a des goûts de luxe. Je suis sûr qu’on va bien s’entendre. (Voyant John avancer dans la pièce.) Monsieur Reese, je vous suis reconnaissant.
Le téléphone de John se met à sonner.
Root : (Au téléphone.) Ce n’est pas le bon moment, John. (Harold recule, surpris.) Je voulais vous remercier…
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de RootSoirée
Root : …d’avoir retrouvé mon ami Hannah. Elle repose en paix maintenant. Je ne l’oublierai pas.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèque - Soirée
Reese : (Se retournant le dos derrière Harold.) Approchez encore une fois et vous le regretterez.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de RootSoirée
Root : Je n’en suis pas si sûre. Dites à Harold que je le contacterai quand je serai prête.
 
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèque - Soirée
John décroche et regarde Harold, conscients qu’ils n’en ont pas fini avec elle.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de RootSoirée
Root prend des photos de l’entrée de la maison de Davenport où Hersh s’y trouve. Des scientifiques sont là, récupérant le corps de Weeks.
Agent : C’est Denton Weeks. Quelqu’un l’a eu. (Root prend des photos de Hersh.)
Root : Hmm.
 
1991
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèque municipaleBishopTexasSoirée
Samantha Groves termine le jeu de l’Oregon sur l’ordinateur et le joueur en tête du jeu n’est autre que Root donc Samantha Groves et Root sont une seule et même personne.
Revenir en haut Aller en bas
 
Script VF - 2X02 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème de Lecture pour mon Script T_T
» problème de découpe écriture script
» Textes inédits des Brontë
» Un script pour le Finder
» [TUTO]Script V6 Supercharger pour Android - Optimisation Ram et Multitâche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Series of Interest :: Person of Interest :: Scripts :: Saison 2-
Sauter vers: