Series of Interest
Bienvenue sur
Series of interest


Si vous rencontrez un problème pour vous connecter ou vous inscrire, vous pouvez nous contacter, nous répondrons aussi vite que possible.
Series of Interest
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Bienvenue dans l'univers de toutes les séries
 
AccueilAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-40%
Le deal à ne pas rater :
Prix cassé sur les baskets Nike LeBron Witness III
60.47 € 99.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Script VF - 2X22 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
carine79
Personne influente
carine79


Script VF - 2X22 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Empty
MessageSujet: Script VF - 2X22 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Script VF - 2X22 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb I_icon_minitimeJeu 23 Juil - 16:52

2010 – Jour 3191
SÉQUENCE – WebCam 223 heures 59 minutes 17 secondes
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Finch : (Arrivant près de son poste de travail avec une béquille.) Tu le savais.
 
La frise chronologique passe de 2010 à 2013.
La Machine a du mal à se reconnaître, son système s’étant complètement brouiller. Il s’éteint et elle est donc obligée de se réinitialiser. Elle recherche maintenant son administrateur.
 
2013 – Jour 1
SÉQUENCE – Hall 8Caméra 300 heure 00 minute 22 secondes
INTÉRIEUR – Dans la grande bibliothèque municipaleNuit
Un téléphone public se met à sonner alors qu’Harold est assis à côté d’un boîtier électronique. Il fait un branchement sur un autre téléphone public qui se trouve à l’étage du dessous.
 
SÉQUENCE – Hall 2Caméra 400 heure 00 minute 29 secondes
À l’étage du dessous, un autre téléphone public se met à sonner. La Machine reconnaissant son atout et Sameen, le premier a un carré jaune alors qu’elle a un carré bleu.
 
INTÉRIEUR – Dans la grande bibliothèque municipaleNuit
John et Sameen semblent attendre alors que Root prend le téléphone.
La Machine : Est-ce que vous m’entendez ?
Root : Absolument.
À l’étage du dessous, John se met lui aussi à prendre le téléphone.
La Machine : Est-ce que vous m’entendez ?
Reese : Oui.
La Machine : 3 heures.
Au premier étage, Root est toujours en train de téléphone.
Root : J’ai compris. (Elle met son oreillette, quitte la cabine et prend Harold par le bras.) Venez Harold, la fête ne fait que commencer.
À l’étage du dessous, John est toujours dans la cabine.
Shaw : Ce n’est pas vraiment le moment de passer un coup de fil.
La Machine : 4 heures. (John ne comprend pas vraiment mais regarde la pendule en haut du bâtiment. Ayant désormais compris, il sort son arme et tire sur un homme de Décima.) 11 heures. (John tire en face de lui.) 10 heures. (Il neutralise un autre homme.)
Shaw : Il faut qu’on bouge d’ici et tout de suite.
La Machine : Restez.
Reese : (Rechargeant son arme.) On reste. Faites ce que je vous dis.
 
INTÉRIEUR – Dans la grande bibliothèque municipaleNuit
Dans un autre endroit de la bibliothèque, Root et Harold continuent leur chemin jusqu’à s’arrêter près d’une pièce.
Root : Message audio abrégé, s’il te plaît.
La Machine : Confirmez.
Root : Et les heures ne fonctionnent pas avec moi. Essayons un son ascendant pour la droite et descendant pour la gauche. (Elle vise vers une porte et un son se fait entendre. Elle tire à deux reprises. Elle pousse les portes et deux hommes sont au sol, blessés.)
 
INTÉRIEUR – Dans la grande bibliothèque municipaleNuit
Sameen et John continuent de neutraliser les hommes de Décima.
La Machine : 1 heure. (John tire en face de lui.) 9 heures. (La Machine fait le tour des menaces et indique à John à quel endroit il faut les neutraliser.) 2 heures. (Le téléphone commence à ne plus fonctionner car de l’électricité en sort. John raccroche. Son téléphone se met à sonner et d’autres instructions arrivent.) Bougez maintenant.
Reese : Allons-y. (Ils quittent leur position.
 
INTÉRIEUR – Dans la grande bibliothèque municipaleNuit
Harold et Root descendent des escaliers pour rejoindre la sortie.
Root : Eh dire que vous pensiez que ça ne plaira pas, Harold. Malheureusement, si mon accès à la Machine ne dure que vingt-quatre heures, il faut qu’on s’en aille. (Un bruit sourd émane de son oreillette et passant devant un ascenseur, Root neutralise encore un homme.) Votre ami John est toujours sur nos talons, comment ça se fait ? (La porte de l’ascenseur s’ouvre.)
Finch : Je ne sais pas.
Root : (Prenant une arme.) Ce n’est pas à vous que je posais la question. (Ils descendent.)
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit
Shaw : (Voyant John avec son portable à la main, regardant un plan.) Vous voulez bien me dire à qui vous parlez ? À notre bonne fée ?
Reese : Le groupe qui vous fournissez des renseignements vous l’appelez Research, pour votre ex-patron c’était Aurores Boréales.
Shaw : Vous m’avez dit que ces gens n’existaient pas.
Reese : Ce n’est pas tout à fait vrai. Disons, qu’au lieu d’être un groupe, c’est une chose, une Machine.
Shaw : Une intelligence artificielle. (John a trouvé la position d’Harold sauf que les lunettes sont au sol, cassées.) Le traceur GPS, peut-être que Finch ne veut pas qu’on le retrouve.
Reese : (S’adressant à une caméra.) Donne-moi la position de Finch. Tu vois tout et tu ne veux pas me dire sur la seule chose qui m’intéresse.
Shaw : D’accord, je vous ai fait sortir de prison mais je vous préviens, je n’irai pas vous chercher à l’asile.
 
SÉQUENCE – 5ème avenuePoste 73100 heure 14 minutes 56 minutes
Reese : (Via un micro.) Très bien, dis-moi au moins où je peux trouver une voiture.
La Machine : (Via un micro.) Voiture à 9 heures.
Ils s’en vont vers la rue.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans une salle d’interrogatoireNuit
Agent : (Via un micro ; alors que de l’autre côté de la vitre se trouve le badge et l’arme de Joss.) Racontez-nous encore votre histoire, lieutenant.
Carter : Ce n’est pas mon histoire. C’est ce qu’il s’est passé. Le suspect a fait irruption, il était armé et j’ai ouvert le feu et je l’ai tué. Je, je ne sais absolument pas ce qu’est devenue l’arme du suspect.
Agent : (Arrêtant le magnétophone.) Vous n’arrangez pas votre cas, lieutenant. On reprend dans vingt minutes. (Les deux agents des affaires internes s’en vont laissant Joss circonspecte.)
 
SÉQUENCE – Salle d’interrogatoire A 0300 heure 15 minutes 59 secondes
EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit
John et Sameen continuent leur chemin.
Shaw : Donc, Root veut accéder à la Machine.
Reese : Elle dit qu’elle veut la libérer. Pour ça, il faudrait déjà qu’elle la trouve. (Son téléphone se met à vibrer. Il reçoit un message du système : « 000-07-9185 – Catégorie : Non pertinent ».) Une minute, cette affaire n’a rien avoir avec Finch, pas vrai ? Venez. (À la Machine.) Où est la voiture ? (Une voiture se gare juste à côté d’eux. Un homme prend des cartons du coffre et les emmène, ce qui permet à John et Sameen de la prendre. À peine arrivé devant la voiture, le téléphone se remet à vibrer. Un autre message : « 000-07-9185 – Catégorie : Non pertinent – Probabilité de violence : très élevé – Temps : Imminent ».) D’accord. On va devoir faire un détour. Quelqu’un a besoin d’aide.
Shaw : Alors, on essaie plus d’empêcher l’apocalypse ?
Reese : Vous aimez les défis, Shaw. On est les gentils héros, ça veut dire qu’on est sur tous les fronts.
 
SÉQUENCES – 6ème étageCaméra 42 heures 04 minutes 24 secondes ; WebCam 12 heures 04 minutes 41 secondes
Deux Russes parlent à un homme qui est assis un bandeau sur la tête. Mais ils se font tirer dessus à travers la porte en ferraille.
 
INTÉRIEUR – Dans un box - Nuit
John ouvre la porte et les deux s’avancent, Sameen retirant une arme d’un des deux Russes.
Reese : (Le touchant à l’épaule.) Ne bougez pas, la police ne va pas tarder. Compris ? (L’homme acquiesce de la tête. John prenant un sac avec des munitions.)
Shaw : On a fini ?
Reese : On a fini. (Ils quittent l’endroit.)
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit
Ils s’avancent vers la sortie des box mais voient une voiture de police, ils font demi-tour.
Reese : Il nous faut un autre véhicule et une issue de secours.
Shaw : Dites-lui que cette fois, c’est urgent.
Reese : D’après la Machine, c’est derrière cette porte.
Shaw : J’espère que ce n’est pas une Berline familiale.
Ils ouvrent la porte et voient une Ferrari. Shaw semble apprécier cette voiture.
Reese : (Recevant le fusil de Shaw.) Pourquoi vous me donnez ça ?
Shaw : Pour vous donner une contenance pendant que je serais au volant.
Ils ont pris la voiture et sont partis.
 
La frise chronologique passe de 2013 à 2010.
 
2010
SÉQUENCE – Cellule 05Caméra 0121 heures 23 minutes 33 secondes
Hersh interroge un terroriste et il est aidé par un interprète.
Hersh : C’était quoi ton plan. (L’interprète traduit à l’homme qui ne semble pas répondre.) Tu voulais tuer des gens.
INTÉRIEUR – Dans un endroit inconnuDans une celluleSoirée
Hersh : Oui mais pas de chance, on t’a eu. Ça n’a plus d’importance maintenant, alors autant me parler. Le Ferry…
SÉQUENCE – Cellule 05Caméra 0423 heures 23 minutes 53 secondes
Hersh :…parle-moi du Ferry.
 
La frise chronologique passe de 2010 à 2013.
 
2013
SÉQUENCE – AttentionCaméra 024 heures 38 minutes 30 secondes ; Surveillance du trafic A4624 heures 38 minutes 59 secondes
INTÉRIEUR – Dans une chambre d’hôtelNuit
Hersh entre dans la chambre en pointant son arme pour voir s’il n’y a pas de menace. Le conseiller spécial est assis attaché à une chaise et bâillonné. Un homme enlève son bâillon.
Conseiller spécial : Vous en avez mis du temps. À quoi ça sert que j’ai une balise GPS.
Hersh : Contrôle a estimé que le problème de Décima était prioritaire. (Il enlève les liens du conseiller.) En plus, on a une situation à régler avec des agents déloyaux comme votre ancienne assistante de direction. On redoute que le projet Aurores Boréales soit compromis. (Il montre la photo de Root au conseiller qui se lève.) Il se pourrait même qu’elle ait accès à tout.
Conseiller spécial : C’est une très mauvaise nouvelle, en effet. Allons à Contingence n°1, pas de téléphone et évitez toutes les caméras. (Hersh casse son téléphone en deux.)
 
SÉQUENCES – ToitCaméra Nord4 heures 40 minutes 03 secondes ; Vue de la mer ; 29B6 heures 31 minutes 42 secondes ; Cruiser298C7 heures 52 minutes 12 secondes ; Cruiser437ACaméra8 heures 42 minutes 28 secondes
La Machine perd le contact avec le conseiller spécial et ses hommes. Elle recherche désormais son administrateur.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Root est avec Harold qui n’a désormais plus de lunettes. Une discussion continue entre les deux. Elle le tient par le bras.
Root : Votre Machine me renseigne sur tous ces gens, Harold, sur leurs secrets.
 
SÉQUENCE – Section 08Caméra 119 heures 01 minute 24 secondes
Root : (Via un micro.) Je commence à comprendre pourquoi vous avez une aussi mauvaise…
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Root : …opinion de l’espèce humaine. (Un vélo passe devant Harold.) Attention. Quelle impolitesse, c’est la première fois que j’y vois clair et vous vous êtes aveugle. (À la Machine.) Il nous faut des lunettes pour Harold, je suis sûre que tu sais quels verres lui conviennent.
 
SÉQUENCE – Section 08Caméra 049 heures 01 minute 37 secondes
La Machine : (Via un micro.) Lunettes à 3 heures.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Root trouve des lunettes dans un sac d’une passante et les prend. Elle les met sur le nez d’Harold.
Root : Ça vous va ?
Finch : Je ne sais toujours pas où nous allons.
Root : Bien sûr que si, on va rejoindre la Machine.
 
SÉQUENCES – Section 08Caméra 069 heures 02 minutes 12 secondes ; Salle d’interrogatoire A 029 heures 02 minutes 42 secondes
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeUne salle d’interrogatoireMatinée
Turney arrive dans la salle d’interrogatoire où se trouve Joss. Il apporte un gobelet pour elle.
Raymond Turney : Salut, ça va Carter, tu tiens le coup ?
Carter : Oh. (Elle a l’air désemparé.)
Raymond Turney : Tiens.
Carter : Merci.
Raymond Turney : (Mettant sa main sur l’épaule.) De rien. Voila, j’ai, j’ai fait ma déposition, et je ne vois pas ce que je peux faire d’autre, l’arme n’a toujours pas été retrouvée. Tu devrais contacter ton délégué syndical. (Il boit son gobelet.)
Carter : Non, ça va aller. (Elle boit aussi son gobelet.) Je sais qui a récupéré l’arme. J’ai reconnu un des flics en uniforme sur la scène du crime. Et ils l’ont interrogé sur l’affaire de la DRH mais ils ne l’ont pas gardé. Je vais envoyer Fusco bavarder un petit peu avec lui.
Raymond Turney : C’est toujours le même problème avec toi, Carter. Tu n’as jamais su te tenir à carreau et fermer ta grande gueule. (Il se rapproche de Joss.) Écoute, tu as toujours été sympa avec moi. Et entre nous, tuer des femmes je n’aime pas ça, mais continue de creuser et on te mettra au fond du trou. Exactement comme ton petit ami. Et si tu entraînes ton ordure de coéquipier dans cette affaire, on lui passera la corde autour du cou à lui aussi. Et peut-être même à ton fils. Alors, qui est-ce qui va être bien gentille pour une fois, et attendre sagement que les choses se tassent. (Voyant qu’elle fait un petit oui de la tête.) Eh bien voilà. (Son téléphone se met à sonner. Il prend l’appel en sortant de la salle d’interrogatoire et Joss arrive à appairer son téléphone.) Salut patron, non elle ne posera pas de problème.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeMatinée
Raymond Turney : Maintenant, il faut supprimer le bras droit d’Elias. Et on pourra enfin s’occuper de lui.
 
SÉQUENCE – Hall C 039 heures 04 minutes 41 secondes
Raymond Turney : (Via un micro.) J’ai fait jouer certaines relations…
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeUne salle d’interrogatoireMatinée
Raymond Turney : (Au téléphone ; pendant que Joss écoute la conversation.)…transfert de prison ce soir. (Joss raccroche, comprenant que Carl est en danger.)
 
SÉQUENCE – Sud-EstCaméra 099 heures 10 minutes 06 secondes
Shaw : (Via un micro.) Où est Balou ?
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée
Reese : Provisoirement chez un certain Leon. Vous l’aimez bien mon chien ?
Shaw : Sans lui, je serai partie depuis longtemps. Qu’est-ce qu’on fait ici ?
Reese : D’après la Machine, c’est ici que je trouverai la réponse.
Shaw : C’était quoi la question ?
Reese : Où se trouve la Machine ?
Shaw : Elle ne peut pas vous le dire.
Reese : Finch l’a programmée pour qu’elle ne le fasse pas, par précaution.
Shaw : Sans vouloir vous vexer, peut-être que votre ami veut garder le contrôle de la Machine pour lui seul.
Reese : Si Finch a quelque chose à voir avec le virus, je suis sûr qu’il a ses raisons. Le bon côté des choses, c’est que la Machine ne révélera pas non plus à Root où elle se trouve.
Shaw : (S’approchant du tableau où se trouve la photo de Root.) La prochaine fois que je vois cette femme, je la vise en plein cœur et je la descends. (Lisant le message que John vient d’avoir sur son portable.) Ghost. Alpha. Kilo. C’est quoi ?
Reese : Un bouquin. (Il se rend dans la bibliothèque et prend un livre.) Voilà, le fantôme dans la machine. (Il feuillette le livre et tombe à la dernière page sur une photo d’Harold et de Nathan.)
Shaw : C’est l’ingénieur Nathan Ingram. (Lisant ce qu’il se trouve au dos de la photo.) Au tout début. Il a bossé avec Finch ?
Reese : Ils ont créé la Machine ensemble.
Shaw : (Voyant qu’il y a une ouverture.) Il y a quelque chose derrière. (Ils enlèvent les livres en les posant au sol, et se mettent à enlever le morceau d’étagère et découvrent un coffre-fort.) Une idée de la combinaison. (Un message apparaît sur le téléphone où il est noté « 02-24-05 ». Ils y découvrent des photos de personnes.) Qui c’est ?
Reese : Je n’en sais rien. Des gens qu’ils ont aidés. Des personnes qu’ils ont… (Il s’arrête devant la photo de Jessica.)
Shaw : Vous la connaissez ? (John fait oui de la tête.) Quelqu’un de proche ? Elle est en vie ?
Reese : Non.
Sameen sort un plan des États-Unis et la déploie sur la table.
Reese : Ce n’est pas l’écriture de Finch. Ingram a dû vouloir retrouver la Machine lui aussi après qu’ils l’ont donnée au gouvernement.
Shaw : Yucca Mountain, Nevada, Hanford, Washington, Commanche Peak, Texas. Il a limité ses recherches à ces trois endroits. Vous savez ce qu’ils ont en commun ?
Reese : Ce sont tous des sites de haute sécurité.
Shaw : Pour le stockage de combustibles nucléaires. Quand Root m’a torturée, elle m’a posée des questions sur un certain Daniel Aquino, ingénieur en nucléaire.
Reese : Il doit avoir un lien avec le site où la Machine est entreposée. Qu’est-ce que Root voulait savoir ?
Shaw : Le nom de celui qui avait engagé cet ingénieur.
Reese : Et comment est-ce qu’il s’appelle ?
 
EXTÉRIEUR – Dans un parcMatinée
Root : (Voyant un homme en face de lui.) Lawrence. Lawrence Szilard. Ça fait si longtemps que je rêve de vous rencontrer. J’ai des questions à vous poser. (Lawrence ne comprend pas et Harold semble pas très à l’aise.)
 
2010
SÉQUENCE – Sud-EstCaméra 1519 heures 22 minutes 32 secondes ; EmpileCaméra A219 heures 22 minutes 50 secondes
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueSoirée
Harold arrive dans la bibliothèque alors que Nathan semble ranger des photos sur un tableau.
Nathan Ingram : (Le voyant venir.) Qu’est-ce que tu veux, Harold ?
Finch : Tu n’es pas venu au bureau depuis plusieurs jours, tu ne réponds pas à mes appels.
Nathan Ingram : Je démissionne.
Finch : Je sais que tu as cherché la Machine. Nathan, si tu essaies de la retrouver pour accéder aux numéros non-pertinents…
Nathan Ingram : Ça ne marchera pas, je sais, tu l’as verrouillée et je n’ai pas tes talents d’ingénieur mais j’ai un avantage sur toi, je suis le visage de l’IFT, et quand j’invite un journaliste à discuter autour d’un café, il accepte.
Finch : Qu’est-ce que tu vas faire, Nathan ?
Nathan : (Rangeant des photos.) Je vais révéler ce qu’on a fait, ce qu’on a créé.
Finch : Tu ne peux pas faire ça.
Nathan Ingram : (Commençant à s’énerver.) Pourquoi ? Parce que le gouvernement détruira la Machine pour l’intérêt général. J’en ai assez de tout ça.
Finch : (Haussant le ton.) Ça va beaucoup plus loin que ça, désormais. J’ai mené mon enquête, je crois que le gouvernement supprime des gens. Les ingénieurs engagés par Corwin pour remonter la Machine après son transport, il y a eu des accidents, des disparitions. Le chef du projet du nom de Lawrence Szilard a disparu le mois dernier.
Nathan Ingram : Ma parole, tu es devenu complètement parano, Alicia ne donnera jamais l’ordre de me tuer, voyons.
Finch : Ça échappe peut-être à son contrôle. On a donné au gouvernement le pouvoir suprême. S’ils apprennent que tu as contacté un journaliste, ils ne prendront aucun risque. Ils te tueront ainsi que de tous ceux qui pourraient être au courant du projet.
Nathan Ingram : Tu n’as confiance en personne, n’est-ce pas ? Ni en moi, ni en la Machine. Est-ce que ta fiancée sait au moins comment tu t’appelles ?
Finch : J’attends que ce soit le bon moment. Nathan, s’il te plaît, dis-moi comment je peux te convaincre de ne pas faire ça.
Nathan Ingram : Redonne-moi accès à la liste non-pertinente. Fais-le avec moi.
Finch : Quoi ? Tu nous imagines vraiment tous les deux, en train d’essayer de sauver ces gens un par un.
Nathan Ingram : Il y a en ce moment un numéro là-dedans. Il sera effacé à minuit mais peut-être, peut-être qu’on peut sauver une vie.
Finch : Ces numéros de me regardent pas, moi c’est toi que je veux sauver.
Nathan Ingram : Ferry de Liberty Island, demain à huit heures. (Posant ses mains sur les épaules d’Harold.) Il est temps de donner notre version de l’histoire. J’aimerai que tu viennes. (Il s’en va en laissant Harold.)
SÉQUENCE – WebCam 219 heures 25 minutes 30 secondes
 
La frise chronologique passe de 2010 à 2013.
 
SÉQUENCE – Section 10Caméra 039 heures 52 minutes 22 secondes
Root : (Via un micro.) C’est le moment d’avoir une conversation.
EXTÉRIEUR – Dans un parcMatinée
Lawrence Szilard : Comment vous m’avez retrouvé ?
Root : Disons qu’une amie m’a aidée.
Lawrence Szilard : Qui êtes vous ? Qu’est-ce que vous voulez ?
Root : Des infos sur Aurores Boréales.
Lawrence Szilard : Je ne vois pas de ce que vous voulez parler, je n’ai rien à dire. (Il s’en va mais Root le rattrape en lui montrant son portable.)
Root : Votre fille Christine, vous la croyez en sécurité à Los Angeles, ce serait très embêtant que des gens d’Aurores Boréales la retrouve. (Elle lui montre la photo de sa fille.)
Finch : S’il vous plaît, c’est inutile. Je connais le début de l’histoire. Vous avez été engagé par une femme, Alicia Corwin.
Lawrence Szilard : Elle a été assassinée l’an dernier.
Root : Une affreuse tragédie.
Lawrence Szilard : Tous mes collègues sur ce projet sont morts dans des circonstances suspectes au cours des vingt-quatre derniers mois. Pour autant que je sache, je suis le seul encore en vie.
 
SÉQUENCE – Section 10Caméra 069 heures 53 minutes 09 secondes
La Machine reconnaît ses deux administrateurs et Lawrence car ils ont des carrés jaunes autour de leur tête.
Finch : (Via un micro.) Et le seul qui puisse encore nous parler du projet Aurores Boréales.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Reese : Szilard est à Central Park. C’est sans doute là qu’on trouvera Finch.
Shaw : (Voyant que John a un nouveau message où il est écrit « 000-22-7814 ».) Encore un autre détour ? Vous recevez combien de ces numéros par jour ?
Reese : Parfois aucun mais aujourd’hui, la journée s’annonce chargée. Allons-y. (Ils montent dans la voiture et elle part en trombe.)
Homme : (Pointant son arme sur les mariés.) Je t’avais prévenue, tu seras à moi et à personne d’autre. (Le mari tente de le calmer tandis que les témoins semblent paniqués.) Tu m’entends Katie, à personne d’autre. (Il se prend une balle dans l’épaule par John qui est arrivé en voiture, et l’homme s’écroule.)
Reese : Toutes mes félicitations. (Les gens sont surpris de les voir alors qu’ils se mettent à partir.)
 
SÉQUENCE – Section 14Caméra 0510 heures 19 minutes 44 secondes
Lawrence Szilard : (Via un micro.) On nous a demandés de construire…
 
EXTÉRIEUR – Dans un parcMatinée
Lawrence Szilard : …une structure, un édifice officiel mais secret avec de l’énergie pour cinquante mille personnes. Quand j’ai entendu ça, j’ai dis en plaisantant : « Vous voulez une centrale nucléaire ? ». Le lendemain, on me passait commande d’une usine de retraitements des déchets nucléaires et j’avais des ingénieurs de l’Armée pour me seconder. Ensuite, les éléments ont commencé à arriver, camoufler en matériel radioactif afin d’échapper aux contrôles. On devait se contenter de mettre chacune des pièces à sa place, seulement moi, j’ai besoin de comprendre.
Finch : Vous avez jeté un œil aux données.
Lawrence Szilard : Oh, la plupart était cryptée mais ce que j’ai vu, c’était comme un aperçu du futur.
 
SÉQUENCE – Section 14Caméra 1210 heures 20 minutes 35 secondes
Lawrence Szilard : (Via un micro.) Une Machine élégante, intuitive.
 
EXTÉRIEUR – Dans un parcMatinée
Lawrence Szilard : Pratiquement vivante. (À Root.) Elle est en train de vous parler en ce moment même, n’est-ce pas ?
La Machine : Bougez. Maintenant. Menaces. Multiples.
Root : Venez avec nous.
 
SÉQUENCE – Section 14Caméra 1210 heures 20 minutes 51 secondes
Lawrence, Root et Harold se mettent à marcher autour du parc.
EXTÉRIEUR – Dans un parcMatinée
Root : Dites-moi, où se trouve le centre nucléaire ?
Lawrence Szilard : Vous n’allez pas la détruire ?
Root : Jamais. Je veux la libérer.
Lawrence Szilard : Ah, ça me rassure. (Il se prend une balle dans la poitrine par un sniper.)
Root : Non. (Elle se rapproche de lui pour avoir l’information.)
Hersh : (Avec des jumelles pour les voir.) Allez, descends la femme.
Root : Répondez. (Le sniper tire vers Root mais la rate.)
Finch : (La prenant par le bras.) Venez, partons, vite.
Root : Par ici. (Ils se dirigent vers un autre endroit du parc.) Ils l’ont assassiné, Harold. C’était notre seul espoir. Comment on va la trouver maintenant.
La Machine : Menace. Imminente. (Un bruit sourd se fait et Root s’apprête à tirer vers deux hommes.)
Root : Ne le touchez pas.
Elle tire faisant fuir les passants qui se mettent à crier. Elle prend Harold par le bras et s’en vont. Pendant ce temps, John et Sameen arrivent à l’endroit où se trouve le corps de Szilard.
Shaw : C’est elle qui a fait ça ?
Reese : Non, c’est un coup de vos anciens patrons. (Sameen voit la mallette de Lawrence au sol.) Venez.
Shaw : Je vous rejoins dans une petite minute.
John se met à courir alors que Root et Harold arrivent vers un véhicule. Elle menace deux hommes.
Root : Restez où vous êtes.
Reese : Finch ! (Il le voit près d’un véhicule mais Harold se met à monter dedans.)
 
INTÉRIEUR – Dans un véhiculeMatinée
Finch : D’accord, ça suffit, je sais où elle est. Je vais vous y emmener. (Root se met à conduire le pick-up.)
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
Shaw : (Voyant le véhicule partir.) On dirait que votre ami a retourné sa veste.
 
La frise chronologique passe de 2013 à 2010.
Revenir en haut Aller en bas
carine79
Personne influente
carine79


Script VF - 2X22 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Empty
MessageSujet: Re: Script VF - 2X22 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb Script VF - 2X22 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb I_icon_minitimeJeu 23 Juil - 16:52

2010
SÉQUENCES – Pier 04Caméra A21 heures 43 minutes 49 secondes ; Cellule 05Caméra 0221 heures 46 minutes 30 secondes
Hersh est toujours en train d’interroger le suspect.
Hersh : (Via un micro.) Le Ferry…
INTÉRIEUR – Dans un endroit inconnuSoirée
Hersh : …parle-moi du Ferry. (Le traducteur traduit en arabe.) Qu’est-ce que tu comptais faire ? (Après une hésitation, l’homme répond.)
Asif : Semtex.
Traducteur : Du plastique. (Asif continue de parler dans sa langue pendant que le traducteur continue de traduire.) Chargé dans un fourgon, garé près du Ferry de Liberty Island.
Hersh : Quel genre de détonateur. (Le traducteur traduit et Asif répond puis le traducteur reparle en français.)
Traducteur : Moi, le détonateur c’était moi. Attentat suicide.
Hersh se relève et tire sur le traducteur qui s’écroule, puis injecte un produit dans le cou d’Asif.
 
SÉQUENCE – Cellule 05Caméra 0121 heures 47 minutes 22 secondes
 
2013
EXTÉRIEUR – Dans un parcMatinée
Shaw : (Montrant un papier.) J’ai trouvé ça dans la mallette de Szilard. Un ticket de bagage pour un voyage à Portland dans l’Oregon, il y a quatre ans. Portland est l’aéroport le plus proche du centre nucléaire…
Reese : …Du centre nucléaire de Hanford dans l’État de Washington.
 
SÉQUENCE – Section 18Caméra 0310 heures 23 minutes 59 secondes
Shaw : (Via un micro.) C’est là que Szilard travaillait, c’est le site d’Aurores Boréales.
Reese : (Via un micro.) Donc, Root se dirige là-bas.
 
EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée
John et Sameen arrêtent une voiture en plein milieu de la route. Une femme s’y trouve dedans.
Shaw : Nous sommes de la police, madame.
Femme : Ah oui, mais qu’est-ce qu’il me le prouve ?
Shaw : (Sortant son arme.) Ces New Yorkais. (Elle tire plusieurs fois au sol et la femme quitte sa voiture en courant pendant que Sameen et John montent dedans. Ils s’en vont en trombe.)
 
EXTÉRIEUR – Dans un autre quartier de la villeMatinée
Homme : (Au téléphone.) Je prends ma voiture et je file. On décolle dans quarante minutes, ah, direction St Bart. (Il ouvre sa voiture mais Root arrive et pointe son arme contre la taille de l’homme.)
Root : C’est sûrement la bonne saison pour aller aux Antilles, monsieur Chandler mais mon ami et moi, nous avons besoin de votre jet pour aller à Portland.
 
SÉQUENCE – EntréeCaméra A10 heures 43 minutes 19 secondes
L’homme semble chercher quelque chose dans sa voiture.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeMatinée
Joss appelle John.
Reese : (Au téléphone.) Carter, rassurez-moi, est-ce que ça va ?
Carter : J’ai connu des jours meilleurs. Enfin, peut importe. Je crois que la DRH et le clan des Yogorov va s’en prendre à Elias ce soir.
 
INTÉRIEUR – Dans une voitureMatinée
Reese : Elias a tenté de vous tuer, Carter. Il a kidnappé votre fils. Sa sécurité n’est pas vraiment une de mes priorités.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeMatinée
Carter : Quelqu’un a tiré sur son lieutenant ce matin. La réaction d’Elias a été de placer immédiatement des gardes du corps devant sa porte à l’hôpital. Il est loyal.
 
INTÉRIEUR – Dans une voitureMatinée
Des sirènes de voitures de police se mettent en route.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeMatinée
Carter : (Entendant le bruit.) Est-ce que ça va ?
 
INTÉRIEUR – Dans une voitureMatinée
Reese : Désolé, il faut que je vous laisse. Faites attention à vous, d’accord.
 
INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeMatinée
Carter : Vous aussi, autant que possible.
 
INTÉRIEUR – Dans une voitureMatinée
Shaw : Vous dites à votre Machine de nous tirer d’affaires ou (elle montre un fusil à côté d’elle) vous me laissez régler ça à ma façon.
Reese : Tu as entendu. Issue de secours s’il te plaît. (Ils continuent de rouler de plus en plus vite.)
La Machine : (Via un micro.) Trois cents mètres à droite.
Reese : Il n’y a pas de sortie.
La Machine : (Via un micro.) Deux cents mètres à droite.
Ils sont toujours poursuivis par une voiture de police.
Reese : Dans deux cents mètres à droite.
Shaw : Où ça à droite ?
Reese : Faites-lui confiance, Shaw.
La Machine : (Via un micro.) À cent mètres, tournez à droite.
Shaw : Ça risque d’être violent. (Elle déporte sur la droite.)
 
SÉQUENCE – ParkingCaméra H10 heures 52 minutes 28 secondes
La voiture se prend le muret et tombe en contrebas.
 
EXTÉRIEUR – Sur un parkingMatinée
Trois hommes qui sont en train de déjeuner voient la voiture qui fait une chute et se retrouve sur le toit. Un hélicoptère se trouvant à côté. Shaw arrive à s’extraire de son siège et jette l’arme au sol. Elle la reprend alors que John en sort aussi et s’avancent vers l’hélicoptère.
Reese : Nous avons besoin de votre hélicoptère, les gars. (Les hommes les regardent, incrédules.)
 
SÉQUENCES – Passage cloutéCaméra 0220 heures 25 minutes 40 secondes ; ForêtCaméra 48 C23 heures 31 minutes 30 secondes
INTÉRIEUR – Dans un boisNuit
Raymond Turney : Terminus, Elias. (Ils amènent Carl au cœur d’un bois menotté avec une cagoule sur la tête qu’enlève Turney. À côté, se trouve Peter Yogorov.)
Carl Elias : Oh, c’était donc de ce genre de transfert qu’il s’agissait.
Peter Yogorov : J’ai entendu une histoire à ton sujet. Ton papa voulait se débarrasser de toi, alors, il a chargé deux de ses copains de t’emmener faire un petit tour dans les bois.
Carl Elias : Est-ce qu’il y a une morale ?
Raymond Turney : Ouais, on récolte ce que l’on sème.
Carl Elias : (Faisant non de la tête.) Non, non, toi je ne te parle pas. Je suis fidèle à ce que je suis. Comme mon ami Yogorov ici présent. J’ai tué son père, il me tue, ce n’est que justice mais toi, tu n’es qu’un, qu’un misérable traître. Un vers.
Raymond Turney : On t’a assez entendu. (Il lui met la cagoule sur la tête.) Maintenant crève. (Il est sur le point de tirer lorsque deux coups de feu se font entendre. Une femme s’approche de Turney.) Pitié, pitié j’ai une famille. (Il se prend un coup dans le visage et s’écroule.)
La femme amène Carl dans sa voiture et elle monte côté chauffeur. Elle enlève sa cagoule, il s’agit tout simplement de Joss Carter.
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de Joss - Nuit
Carl Elias : (Enlevant sa cagoule, il voit la femme devant lui.) Vous, lieutenant Carter ? Dans quel monde vit-on ? Et maintenant, on va où ?
Carter : Je ne sais pas.
 
SÉQUENCE – BoisCaméra 49A23 heures 35 minutes 54 secondes ; Fence DCaméra 1420 heures 59 minutes 26 secondes ; Couloir GCaméra 0220 heures 59 minutes 26 secondes ; Surveillance DCaméra 0320 heures 59 minutes 27 secondes
La Machine va de New York vers la centrale nucléaire d’Hanford sur le site 12X
INTÉRIEUR – Dans la centrale nucléaireSoirée
Des hommes en combinaison se trouvent dans un couloir, faisant leur travail tout en se protégeant. Une alarme se met en route alors que les caméras de vidéosurveillance sont désactivées.
Homme : Panne sur l’enceinte numéro quatre. On passe en mode de commande auxiliaire. Tout le monde évacue, tout de suite.
Harold et Root sont dans un couloir et passent devant tout le monde. Les techniciens les voient passer éberlués mais ne bougent pas.
Root : (Devant la porte où se trouve la centrale.) Code. Code d’accès.
 
SÉQUENCE – Couloir GCaméra 0621 heures 00 minute 11 secondes
L’accès à la Machine a expiré depuis onze secondes.
 
INTÉRIEUR – Dans la centrale nucléaireSoirée
Root : On dirait que notre joli carrosse s’est transformé en citrouille. Peu importe, on a réussi. (Un homme en combinaison de sécurité ouvre la porte et voit Root et Harold.)
Technicien : Qu’est-ce que vous faites ici, vous devez partir tout de suite. Vous n’avez rien à…
Root : (Menaçant l’homme avec son arme.) Ouvrez la porte.
Technicien : Vous êtes folle ? On va tous mourir.
Root : Non, seulement vous. (Le technicien tape un code sur le pavé numérique et la porte s’ouvre.) Venez Harold, on va enfin rencontrer Dieu.
Finch : Ne vous faites pas trop d’illusions, mademoiselle Groves. (Ils rentrent dans le sas et la porte se referme. Root ouvre l’autre porte et entre dans la pièce.)
Homme : (Voyant Root et Harold entrer.) Eh, vous n’avez pas le droit d’entrer. Vous entendez, vous n’avez rien à faire ici. (Il se lève et s’approche de Root mais préfère s’arrêter. Pendant ce temps, Root regarde la pièce et rien ne se trouve. Elle est suivie par Harold.)
Root : Où est-ce qu’elle est ?
Finch : Je suis navrée. Vous disiez vouloir libérer la Machine, je l’avais déjà fait.
Root : (Sur le point de pleurer.) Où est-ce que tu es ? S’il te plaît, parle-moi. (Elle se tourne vers Harold, l’air énervé.) Vous m’avez mentie. Jamais je ne l’aurai cru, jamais je n’aurais pas cru ça de vous. (Harold semble soulager par la situation.)
Finch : Mademoiselle Groves…
Root : Je m’appelle Root, est-ce que c’est clair ? (Elle est sur le point de tirer sur Harold mais elle se prend une balle dans l’épaule et tombe au sol. Elle pousse un petit cri de souffrance. Harold se retourne mais il s’agit de Sameen et John. Sameen continue de braquer son arme vers Root et s’avance vers elle.)
Reese : Harold, est-ce que ça va ? (Sameen est devant Root qui pleure de désespoir.) C’est ce que vous attendiez ?
Finch : C’est ce que j’espérais.
 
La frise chronologique passe de 2013 à 2010.
 
SÉQUENCES – ToitCaméra 47 heures 56 minutes 26 secondes ; MTACaméra 4837C  - 7 heures 56 minutes 52 secondes ; Cruiser 477CCaméra7 heures 54 minutes 04 secondes ; Cruiser 289BCaméra7 heures 57 minutes 22 secondes ; Quai 4Caméra 27 heures 58 minutes 34 secondes
Homme 1 : Notre ami va parler à la presse.
Homme 2 : On ne peut pas le laisser faire.
Homme 3 : C’est une personnalité, ce sera compliqué de le faire disparaître.
Hersh : Il me semble que la solution est toute trouvée.
 
Pendant qu’Harold arrive vers l’endroit du Ferry, un homme fait l’annonce au micro.
Homme : Le prochain départ pour Liberty Island dans dix minutes. Les passagers munis d’un titre de transport sont priés…
 
INTÉRIEUR – Dans un fourgonMatinée
Hersh : (Réveillant l’homme à côté de lui.) Hey, Asif, réveille-toi. C’est l’heure. Félicitations, Asif, tu vas accomplir ta mission.
Asif se réveille les mains attachées au volant et quand il se retourne, des bonbonnes de gaz ainsi que des barils d’essence s’y trouvent pour tout faire exploser. Hersh ouvre la porte et s’en va.
 
EXTÉRIEUR – Près du FerryMatinée
Pendant que Hersh s’en va après avoir quitté Asif, Nathan attend près de la file d’attente. Il semble chercher Harold et le voit derrière les gens.
Nathan Ingram : Harold ! Je savais que tu viendrais. Il est temps d’affronter la tempête. (Harold sourit mais une explosion se fait entendre et il bouge son cou alors que Nathan se met à crier.)
 
2013
INTÉRIEIUR – Dans la centrale nucléaireJournée
L’alarme continue de retentir, Harold regarde toujours devant lui alors que Sameen amène l’homme devant un mur et lui tourne la tête.)
Shaw : (Le menaçant avec son arme.) Toi, tu te retournes, tu es mort. (Elle rejoint Harold et John pendant que ce dernier met un bandage sur l’épaule de Root, apathique.)
Reese : Donc, ce n’est pas vous qui avez fait ça.
Finch : Je n’aurais pas pu, je me suis interdit l’accès. La Machine a été conçue pour accepter des modifications de son programme uniquement en réponse à une attaque. Je savais que tôt ou tard, quelqu’un essaierai de prendre le contrôle. Mais je ne savais pas qui. J’ai donc prévu qu’en cas d’attaque, on utilise mon propre code.
Reese : (Se relevant.) Vous avez caché un virus dans un virus ?
Finch : (Il sourit d’acquiescement.) J’ai réalisé que les gens à qui Nathan et moi avions confié la Machine étaient de mauvaises personnes, que la seule façon de la protéger, était de, eh bien, de lui apprendre l’autodéfense. Je ne voulais pas vous impliquer dans cette affaire, monsieur Reese, parce que j’avais l’espoir que, que si je devais ne jamais revenir, vous, vous continueriez à œuvrer pour notre cause. (L’alarme s’éteint brusquement, se retournant vers la porte.)
Shaw : Je n’aime pas ça. Allons-nous-en.
Finch : On l’emmène. (Voyant le regard de Sameen.) Si on la laisse ici, ils la tueront.
Il relève Root qui semble toujours aussi apathique et lui met son manteau. Voulant partir avec John et Sameen, ils se trouvent nez-à-nez avec Hersh qui arrive avec un autre homme. Tout le monde braque son arme vers les uns et les autres.
Hersh : Shaw.
Shaw : Vous auriez dû mieux me tuer, Hersh. (Le conseiller spécial arrive dans la pièce et constate qu’elle est vide.)
Conseiller spécial : Je sais que c’est un problème mineur comparé à l’effroyable catastrophe que je constate ici mais votre trahison me surprend beaucoup, Shaw.
Shaw : Vu la situation, je vous trouve culotté de dire ça. Qu’est-ce que vous voulez ?
Conseiller spécial : Je voudrais discuter avec votre nouvel ami. J’ai toujours su qu’il y avait quelqu’un derrière Ingram, comparable à un trou noir, invisible mais très puissant. Alors, dites-moi, où avez-vous transporté la Machine ?
Finch : Elle est partie toute seule.
Conseiller spécial : Mais qui la contrôle ?
Finch : Pour l’instant, elle se gère elle-même.
Conseiller spécial : Les numéros vont continuer à nous parvenir ?
Finch : C’est la Machine qui le décidera.
Conseiller spécial : Si elle cesse de nous les fournir, notre pays sera sans défense.
Finch : Non, un peu moins bien défendu, c’est tout. Nous savons parfaitement vous et moi que le véritable enjeu va bien au-delà de la simple question de la défense du pays.
Conseiller spécial : Vraiment ? Votre but avec cette Machine était de nous aider à protéger la population, ce qu’on fait très bien d’ailleurs. Ne soyez pas têtu, aidez-nous à la retrouver ou reconstruisez-la, vos conditions seront les nôtres. Vous avez ma parole.
Finch : C’est ce que vous avez dit à Nathan et vous l’avez tué. Venez, on s’en va. (Il commence à partir avec Root pendant que John et Sameen les protège. Il se met à quitter la pièce alors que Hersh les laisse passer.)
Conseiller spécial : Vous êtes sûr de choisir le bon camp, Shaw ? Vraiment ?
Shaw : (Sur le point de quitter la pièce.) Vous m’avez mentie à moi aussi. (Elle se met à courir, suivi par John qui garde son arme braqué. Ils quittent le couloir de la centrale et Root semble toujours aussi apathique.)
 
2010
INTÉRIEUR – Dans un hôpital de fortuneMatinée
Harold est sur un lit et reprend connaissance. Il voit quelqu’un utiliser une lampe torche dans les yeux de Nathan et le moniteur bipe. Il met ses mains derrière son cou et regarde une main qui se trouve ensanglantée.
Finch : Nathan ! (En criant.) Nathan !
Médecin : (Venant à son chevet.) Ne bougez pas. Il y a eu un accident.
Finch : Il faut que je trouve mon ami.
Médecin : Monsieur, je vous demande de rester allongé calmement, d’accord ? Vous êtes blessé au cou et aux lombaires. Vous comprenez ?
Infirmier : Docteur, venez vite.
Médecin : Ne bougez pas, je reviens.
Harold met sa main derrière son cou et tente de regarder sur sa gauche où se trouve un lit avec Nathan.
Médecin : C’est fini. L’heure du décès… (Une infirmière met le drap sur le corps de Nathan.)
Finch : Nathan ? (Il voit son meilleur ami mourir sous ses yeux. Un urgentiste déplace le lit.)
Homme : (Au téléphone.) C’est réglé. On va voir s’il a parlé à quelqu’un et si c’est le cas, on s’en occupe. (Il raccroche.)
Harold remet sa main derrière son cou et arrive à se relever. Il s’assoit sur le lit, se lève difficilement et prend une canne posée sur un autre lit. Il se lève et, prêt à partir, se cache derrière un paravent, sa blessure au cou continue de saigner, car sa fiancée, Grace, arrive au même moment.
Grace Hendricks : Harold ? Harold ? (Elle voit tout le monde qui a dans la pièce et se dirige au milieu. Harold tente de la voir derrière le paravent.) Harold ! (À un urgentiste.) Oh, s’il vous plaît, je crois que mon fiancé était sur le Ferry. Comment je peux savoir si…
Urgentiste : Je regrette toutes les personnes qu’on a repêchées sont là. (Deux hommes semblent guetter le moindre mouvement suspect.) Si vous ne le trouvez pas, euh, les effets personnels qu’on a récupérés sont là-bas.
Harold continue de regarder vers Grace, sa main toujours derrière son cou. Pendant ce temps, Grace regarde dans les affaires et voit le livre que lui a offert Harold pour ses fiançailles, elle regarde dedans et se met à pleurer. Harold semble aussi triste qu’elle, ne sachant pas comment réagir. Il se décide quand même à quitter la pièce.
 
SÉQUENCE – GymCaméra 219 heures 17 minutes 23 secondes ; WebCam 223 heures 59 minutes 15 secondes
Il arrive difficilement dans la bibliothèque et pose sa canne contre son bureau.
Finch : (À la Machine.) Tu le savais.
INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueNuit
Harold tape sur son clavier pour récupérer les données  des numéros de sécurité sociale non-pertinent. Une liste s’affiche et il surligne un numéro se terminant pas 1860 et accède à l’identité de Nathan Ingram. Une photo apparaît puis toutes les données disparaissent car il est près de minuit et la Machine se réinitialise à 23 heures 59 minutes. Il est minuit et tout est effacé ce qui rend triste Harold.
 
La frise chronologique passe de 2010 à 2013.
 
2013
SÉQUENCE – Fence DCaméra 062 heures 25 minutes 21 secondes
INTÉRIEUR – Dans la centrale nucléaire d’HanfordNuit
Conseiller spécial : Comment a-t-elle été déplacée ?
Homme : Exactement selon vos instructions, étalement sur cinq semaines, un module à la fois, pour qu’elle ne soit jamais déconnectée. Conditionnement en container pour matériel radioactif expédié où, ça j’en sais rien et j’ai pensé que c’était normal.
Conseiller spécial : Vous n’avez pas cherché à nous joindre pour confirmation ?
Homme : Si, je l’ai fait et vous avez confirmé. (Le téléphone du conseiller se met à sonner, il prend l’appel.)
Conseiller spécial : On va la trouver, Madame. Une chose aussi imposante ne passera pas inaperçue. Je suis sûr que… (Entendant la réponse de sa chef.) Oui, Madame. (Il passe le téléphone à Hersh.)
Hersh : Oui, Madame, je verrouille tout. (Il tire sur les deux hommes qui se trouvent dans la pièce et est sur le point de tuer le conseiller spécial.)
Conseiller spécial : Fait ce que tu as à faire. (Hersh tire et l’homme s’écroule.)
 
SÉQUENCES – Cour 2Caméra 082 heures 36 minutes 43 secondes ; Vue du cielCaméra 35 heures 59 minutes 32 secondes ; Cruiser 530BCaméra12 heures 29 minutes 57 secondes ; ParcCaméra 415 heures 33 minutes 26 secondes
Reese : (Marchant avec Harold et Balou.) Finch, vous croyez qu’on aura un jour un nouveau numéro ?
Finch : Je ne sais pas.
EXTÉRIEUR – Dans un parcJournée
Finch : Quoiqu’il en soit, je vous dois une explication et des excuses. Il y a trois ans, quand j’ai mis au point le code pour libérer la Machine, je n’avais aucune idée de la tournure que prendraient les choses ou des conséquences inattendues que ça pourrait avoir. Je n’avais jamais voulu faire de mal à qui que ce soit. Mais j’ai accepté l’idée que quelqu’un pourrait souffrir. Toutefois, j’ai peur que les événements que j’ai en somme provoqués aient pu avoir une influence considérable sur votre vie.
Reese : Ma vie a changé le jour où j’ai fait le choix de me taire dans un aéroport il y a sept ans. Vous n’avez rien à voir avec ça. Vous avez perdu un ami et vous avez fait ce qu’il fallait. (Ils se mettent à regarder vers une cabine téléphonique.) Étant donné qu’on ne reçoit plus de numéro, vous ne devriez pas continuer à me payer aussi généreusement que vous le faites.
Finch : Je sais que vous faites don de 90% de ce que je vous paie alors pourquoi ne pas continuer comme ça. (Le téléphone se met à sonner, ce qui veut dire que les affaires reprennent.)
 
INTÉRIEUR – Dans la voiture de MadameJournée
Hersh : (Il frappe sur la vitre de la voiture et Madame la baisse après avoir fermé un dossier.) Madame, Research a pris contact il y a deux minutes. Un numéro.
 
SÉQUENCE – Quartier 415 heures 44 minutes 25 secondes ; Couloir 05Caméra B15 heures 45 minutes 05 secondes
Madame : Rassemblez une équipe. (Hersh se met à partir.)
 
INTÉRIEUR – Dans un hôpital psychiatriqueJournée
Des passants et des soignants traversent un couloir tout comme Root qui ne semble plus avoir de but. Elle s’approche d’une cabine téléphonique qui se met à sonner et, hésitant quand même, elle prend tout de même l’appel.
La Machine : Est-ce que. Vous. M’entendez. (Root se met à sourire.)
Root : (Hors cadre.) Absolument.
Revenir en haut Aller en bas
 
Script VF - 2X22 - Crédits : carine79/POI Hypnoweb
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème de Lecture pour mon Script T_T
» problème de découpe écriture script
» Textes inédits des Brontë
» Un script pour le Finder
» [TUTO]Script V6 Supercharger pour Android - Optimisation Ram et Multitâche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Series of Interest :: Person of Interest :: Scripts :: Saison 2-
Sauter vers: